Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

5 Éditions

Billet de blog 16 nov. 2022

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Climat : pourquoi faut-il gagner la bataille du Traité sur la charte de l'énergie ?

Et si la principale avancée en matière climatique des prochains jours se jouait à l'extérieur de la COP27 ? La bataille sur le très nocif Traité sur la charte de l'énergie entre dans une semaine décisive : les Etats-membres de l'UE, dont la France, peuvent enfin s'entendre pour supprimer cette terrible épée de Damocles qui pèse sur les politiques climatiques les plus ambitieuses. Explications.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

MISE A JOUR A 20H - 16 NOVEMBRE 2022

La France vient de changer de position et refuse désormais de soutenir la proposition de la Commission européenne consistant à ce que l'UE reste membre de ce traité et en prolonge l'existence en acceptant une version « modernisée » du traité. C'est une bonne nouvelle. Cette proposition de la Commission n’a plus de majorité au Conseil. Aucun vote n’a eu et n’aura lieu cette semaine (report de la décision). 
Il faut désormais accentuer la pression sur la Commission pour obtenir que l’UE se retire conjointement du TCE.

Et si la principale avancée en matière climatique des prochains jours se jouait à l'extérieur de la COP27 ? Alors que la COP27 est l'occasion de voir resurgir un débat sur l'(in)efficacité de ces conférences de l'ONU (lire mon analyse de ce que l'on peut attendre de la COP27), la bataille sur le Traité sur la charte de l'énergie est entrée dans une semaine décisive : les Etats-membres de l'UE, dont la France, et la Commission européenne peuvent enfin s'entendre pour supprimer cette terrible épée de Damocles qui pèse sur les politiques climatiques les plus ambitieuses.

Les sept pays qui se retirent du TCE représentent 71% de la population européenne © @MaximCombes

Nous ne manquons pas de preuves du caractère nocif du TCE, ce traité qui retarde, renchérit ou bloque la transition énergétique. L’urgence climatique impose la fermeture accélérée d’un certain nombre d’infrastructures liées aux énergies fossiles et une régulation fine du secteur de l’énergie. Comment alors accepter qu’un traité international dont l'UE et la France sont encore membres puisse continuer à encourager les industriels à poursuivre des États pour leurs politiques de fermeture de centrales au charbon (Pays-Bas), d’interdiction de forages pétroliers (Italie), de restriction sur l’utilisation des techniques d’exploitation les plus néfastes (Slovénie), ou d’adaptation des politiques de soutien aux énergies renouvelables (Espagne, France) ?

Le constat est clair : le TCE fragilise considérablement la capacité des pouvoirs publics à assurer à la fois la sécurité énergétique et climatique des populations. À la suite de la COP26 à Glasgow en 2021, les gouvernements du Danemark et de Nouvelle-Zélande ont reconnu avoir réduit l'ambition de leurs politiques climatiques pour éviter le risque d’être poursuivis par des investisseurs étrangers dans le cadre de traités internationaux comportant un mécanisme de règlement des différends investisseurs-Etat (ISDS) similaires à celui existant dans le TCE. Pour deux qui l'ont reconnu, combien d'autres Etats n'osent pas l'affirmer publiquement ? Aujourd'hui les promoteurs de ces mécanismes favorables aux investisseurs utilisent la COP27 et les négociations sur « les flux financiers » pour tenter de les généraliser au coeur même des négociations climat.

Ces dispositifs fonctionnent comme une arme de dissuasion massive face aux politiques climatiques les plus ambitieuses qui, nécessairement, entrent en contradiction avec les intérêts des détenteurs de capitaux investis dans le système énergétique existant. Souvent, les ONG, les militants du climat et les journalistes affirment que les ces politiques ambitieuses ne sont pas mises en œuvre par « manque de volonté politique ». Ce n'est pas toujours le cas. Bien souvent, il existe des institutions et des règles, notamment celles qui sont nées avec la mondialisation, qui empêchent que ces politiques climatiques les plus ambitieuses voient le jour.

Les principes qui fondent le TCE (protection des investisseurs, non-prise en compte des enjeux climatiques, etc) ne tiennent aucun compte des immenses défis climatiques et énergétiques auxquels nous sommes confrontés. Voilà donc l'enjeu avec la bataille contre le Traité sur la charte de l'énergie : obtenir la neutralisation des effets nocifs d'un traité pensé, négocié et mis en œuvre pendant l'âge d'or de la mondialisation (années 1990) et jamais revu à l'aune de l'impératif climatique.

Pour la première fois sans doute, c'est possible. Pour la première fois, nous pouvons faire la démonstration de l'impossibilité de résoudre la crise climatique dans le cadre étriqué et contraignant de la mondialisation et de ses accords contraires à l'urgence climatique. Et, surtout, pour la première fois, il est possible de desserrer l'étau : obtenir que l'UE se retire conjointement de ce Traité serait donc une grande victoire. Il est temps de lever cette épée de Damoclès qui menace les politiques climatiques les plus ambitieuses.

Ce n'est malheureusement pas (encore) gagné. Sans doute vous souvenez-vous qu'Emmanuel Macron a annoncé le 21 octobre dernier que la France allait se retirer du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) ? Après l'Italie (dès 2016), l’Espagne, les Pays-Bas et la Pologne, et avant celles confirmées depuis de la Slovénie et de l'Allemagne, l'annonce d'Emmanuel Macron, une excellente nouvelle, aurait pu suffire pour sonner le glas de ce traité qui retarde, renchérit ou bloque la transition énergétique.

Mais ce n'est pas encore le cas. La faute à la Commission européenne qui ne veut pas imaginer que l'UE puisse se retirer suranné et en raison de la frilosité d'Emmanuel Macron et de son gouvernement. Les 7 pays qui ont annoncé se retirer du TCE représentent plus de 70 % de la population européenne. Assez pour convaincre d'autres Etats européens et engager un processus de retrait collectif, coordonné et efficace de se traité.

Ce processus de retrait est la voie la plus simple, la plus efficace et la plus claire pour neutraliser les clauses les plus nocives du TCE. Pourtant, la Commission européenne refuse à ce stade de l'envisager et propose même que l'UE reste membre de ce traité et en prolonge l'existence en acceptant une version « modernisée » du traité qui prolonge d'au moins 10 la protection des investissements dans les énergies fossiles et étend ces dispositifs de protection à de nouveaux investissements dans l’énergie (captage et stockage du carbone, biomasse, hydrogène, combustibles synthétiques, etc.). Les risques de litiges n'en seront qu'augmentés.

Ce TCE « modernisé » est l'objet d'une première décision au Conseil de l'UE, sans doute ce vendredi 16 novembre. Pour être adopté par l'UE, il faut qu'au moins 15 Etats-membres de l'UE représentant 65% de la population votent en sa faveur. Puisque les sept Etats qui souhaitent s'en retirer représentent 70% de la population européenne, ils disposent d'une minorité de blocage. A la condition que la France ne vote pas POUR ce TCE modernisé tel que le gouvernement l'envisageait il y a encore quelques heures.

Pour le dire en résumé : annoncer que la France se retire du TCE c'est bien, empêcher que l'UE y reste c'est mieux. Si ce TCE modernisé n'est pas accepté lors du Conseil de l'UE, alors il faudra que la France mette tout son poids pour obtenir que la Commission européenne prépare un retrait coordonné du TCE et que celui-ci soit voté lors d'un prochain Conseil de l'UE : là aussi, c'est possible puisque les 7 Etats-membres qui se sont prononcés pour un retrait représentent 70 % de la population européenne et doivent pouvoir convaincre 8 Etats-membres supplémentaires de soutenir cette proposition.

Un tel scénario serait la voie la plus simple pour neutraliser le TCE. Imaginer, comme le fait la Commission européenne, qu'il faudrait d'abord accepter un TCE modernisé va conduire les Etats-membres de l'UE et l'UE en tant que telle dans un imbroglio sans fin dont les juristes consultés à ce sujet ne savent pas sortir : comment peut-on imaginer que sept des principaux Etats-membres de l'UE sortent d'un traité dont l'UE resterait membre. Cela ne fait aucun sens.

Pour agir :

1. Interpeller directement en ligne le gouvernement d'Emmanuel Macron pour qu'il vote de façon cohérente au Conseil de l'UE

Outil en ligne pour interpeller Emmanuel Macron et son gouvernement (cliquer sur l'image ou via ce lien : https://www.collectifstoptafta.org/traite-sur-la-charte-de-l-energie/article/interpellez-le-gouvernement-d-emmanuel-macron-votez-contre-la-prolongation-du) © @StopTafta

CLIQUEZ ICI

2. Relayer les interpellations du collectif Stop CETA-Mercosur, qui regroupe les organisations de la société civile mobilisées depuis des années contre ce traité nocif, et plus largement contre les accords de libéralisation du commerce et de l'investissement

Relayez l'appel à participation sur Twitter 

Relayez l'appel à participation sur Facebook

Soutenez le collectif Stop CETA Mercosur pour l'aider à mener campagne !

Maxime Combes, économiste et auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, 2015) et co-auteur de « Un pognon de dingue mais pour qui ? L’argent magique de la pandémie » (Seuil, 2022). 

Vous pouvez me retrouver ici sur Twitter, ici sur Facebook, ici sur Instagram et ici sur Linkedin

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop