Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

5 Éditions

Billet de blog 17 mai 2016

Message aux députés qui sont conduits à ratifier l'Accord de Paris

Les députés sont amenés à voter ce mardi 17 mai le projet de loi autorisant la ratification de l’Accord de Paris adopté le 12 décembre 2015, en clôture de la COP21. Quelle que soit l'analyse qui peut-être faite de l'Accord de Paris, il est frappant de constater le décalage existant et persistant entre l'auto-congratulation d'un côté, et l'inertie des politiques climatiques de l'autre.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La lecture de l'exposé des motifs et de l'étude d'impact du projet de loi autorisant la ratification de l’Accord de Paris m'ont conduit à rédiger ce court message à destination des députés, qui restera, sans aucun doute, sans effet.

Le débat parlementaire est accessible ici : http://videos.assemblee-nationale.fr/direct.3927699_573b13afeec20

Message aux députés qui sont conduits à ratifier l'Accord de Paris

Bonjour

Vous êtes amené à vous prononcer – en procédure accélérée – sur le projet de loi autorisant la ratification de l’Accord de Paris adopté le 12 décembre 2015, en clôture de la COP21.

Quelle que soit l'analyse qui peut-être faite de l'Accord de Paris (la nôtre est ici : le climat après la COP21 : c'est à la société civile de faire respecter les 2°C), il est frappant de constater que :

  • ni l'exposé des motifs, ni l'étude d'impact ne mentionnent le fait que les engagements des États (INDCs), rendus publics avant la COP21, ne respectent pas l'objectif consigné dans l'article 2 de l'Accord de Paris : les émissions mondiales vont augmenter pour atteindre 55 gigatonnes d'ici à 2030, soit une trajectoire de réchauffement largement supérieure à 3°C (données de l'ONU) ;

  • l'étude d'impact (point III, page 3) entérine le cadre énergie-climat 2030 comme horizon indépassable des politiques climatiques en France et en Europe, notamment le refus de la Commission européenne de donner plus d'ambition au bien faible objectif de 40 % d'émissions de GES d'ici à 2030 ; un tel refus met en danger les déjà très peu contraignants mécanismes de revoyure prévus dans l'accord de Paris, et hypothéquant gravement les possibilités de réduire d'au moins 80% les émissions d'ici à 2050 (voir ici) ; c'est également une remise en cause de l'engagement de François Hollande énoncé dans son discours de clôture de la COP21 consistant à revoir à la hausse l'INDC français (et donc européen) ; en repoussant à plus tard les efforts qui devraient être faits aujourd'hui, la Commission européenne et la France institutionnalisent la procrastination au niveau international ; il est a minima urgent que les pays européens qui se veulent à la pointe de la lutte contre les dérèglements climatiques (France, Allemagne, etc) proposent une coopération renforcée pour aller plus loin que les maigres objectifs actuels, dans l'optique de faire bouger les lignes au niveau européen et mondial.

  • ni l'exposé des motifs, ni l'étude d'impact, pas plus que les déclarations du gouvernement, n'évoquent, même a minima, les tensions existantes, pourtant fortes, entre le corpus d'accords internationaux en matière de commerce et d'investissement (existant ou en cours de négociation) et les objectifs assignés par l'Accord de Paris ; les exemples récents ne manquent pourtant pas (Ontario, Inde, Québec, etc) pour caractériser, au nom de l'impératif de l'urgence climatique, l'urgence de rénover les règles du commerce mondial ;

Il est enfin frappant de constater que le triomphalisme et les congratulations qui ont entouré l'Accord de Paris et sa signature à New-York le 22 avril dernier n'ont conduit à aucune modification substantielle des politiques menées en France (voir nos 14 propositions pour amorcer la « révolution climatique » annoncée par François Hollande).

Maxime Combes, économiste et membre d'Attac France.

Auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition, Seuil, coll. Anthropocène. Octobre 2015

@MaximCombes sur twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut