Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

5 Éditions

Billet de blog 24 août 2019

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Non, M. Macron, un G7 démonétisé et impuissant ne sauvera ni l'Amazonie ni le climat

Emmanuel Macron appelle le G7 à « parler » des feux en Amazonie et à adopter trois positions en ce sens. Un G7, désarmé par ses divisions, démonétisé par ses promesses non tenues et délégitimé par son bilan, peut-il sauver l'Amazonie ? Non. A force d'avoir promis de sauver le monde à plusieurs reprises, plus personne n'y croît. Ceux qui ont allumé l'incendie planétaire ne sauraient l'éteindre.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le G7 est né du choc pétrolier de 1973 et de la crise économique. Il a grandi pour « stabiliser » l'économie mondiale et a (mal) vieilli pour essayer d'assurer la domination de ses pays membres. C'est peu dire que la protection de l'environnement et la lutte contre les dérèglements climatiques ne sont pas vraiment dans son ADN.

Par la force des choses, le G7 a pourtant été contraint de s'y intéresser. Réuni à Tokyo début mai 1986 quelques jours à peine après le début de la catastrophe de Tchernobyl – comme aujourd'hui dans le cas de l'Amazonie – le G7 s'est attaché à garantir (sic) au reste du monde la sureté nucléaire civile. « L'énergie nucléaire est et restera une source d'énergie de plus en plus largement utilisée » affirma-t-il néanmoins pour sauver l'industrie nucléaire de l'opprobre mondial.

Dès l'année suivante, le G7 de Venise se félicitait « des progrès importants accomplis » en matière de « sûreté dans la gestion de l'énergie nucléaire » (re-sic). Lorsque le G7 devint G8 – intégration de la Russie – il prit également l'engagement d'oeuvrer contre la prolifération nucléaire militaire (Moscou 1996). On connait le résultat, tant sur le plan du nucléaire civil que militaire.

Il faudra ainsi attendre le G7 de L'Aquila (Italie), en 2009, pour trouver un engagement chiffré en matière de lutte contre le dérèglement climatique : le G8 engageait les pays riches à réduire leurs émissions d'au moins 80% d'ici 2050. Oui, vous avez bien lu : au moins 80 % d'ici à 2050. Un engagement que le G7-G8 n'osa plus renouveler. Ni avant la COP21, ni après. Un engagement que ses pays-membres refusent de tenir.

Depuis, le G7 fait, au mieux, du surplace : la présence et la longueur d'un paragraphe sur le climat dans son communiqué final varie en fonction des priorités des pays hôte, et non en raison de l'aggravation de la crise climatique. Hors de question pour le G7 de remettre en cause son orientation néolibérale, productivistes et croissantiste : les trois moteurs de la globalisation économique ont toujours été, sont et resteront les trois piliers inamovibles des communiqués et de l'action du G7. Désinvestissement des énergies fossiles et régulation des activités climaticides n'y ont jamais eu droit de cité.

Quand Emmanuel Macron appelle le G7 à « lever des financements pour pouvoir reboiser le plus vite possible », « développer des mécanismes de prévention » et « stopper le processus de déforestation industrialisée », ce sont donc au mieux des vœux pieux. Des promesses qui n'engagent que celles et ceux qui y croient, comme celles prises au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl. Celles et ceux qui y croient sont de moins en moins nombreux.

Le G7 a en effet un bilan : à force d'avoir promis de sauver le monde à plusieurs reprises, ses promesses ont été démonétisées : n'a-t-il pas, en plus d'avoir « assuré la sécurité du nucléaire civil et militaire » et fait du climat sa priorité, supprimé la dette des pays pauvres en 1999 à Cologne et mis fin à la pauvreté en 2005 à Gleneagles (Ecosse) ?

Le G7 lui-même n'y croit plus. Aucun communiqué commun ne sera publié à l'issue de celui-ci. Machine à fabriquer des promesses, le G7 de Biarritz va admettres aux yeux du monde entier sa pleine et entière impuissance. le G7 est désarmé : il ne dispose d'aucun outil, d'aucune force propulsive, d'aucune réponse adaptée aux défis qui sont devant nous. Ni en Amazonie, ni ailleurs.

Qui peut en effet croire qu'Emmanuel Macron va convaincre Donald et Boris de faire de l'Amazonie – et plus largement du climat – la priorité de leurs actions ? Personne.

Le G7 et son monde

Le G7 et son monde, c'est celui

  • de ceux qui prétendent résoudre les problèmes qu'ils contribuent à générer et amplifier.

  • de cette diplomatie de connivence où les poignées de main comptent plus que les actes, où la photo remplace la substance, où les promesses ne sont jamais suivies d'effet.

  • de l'hégémonie occidentale d'hier qui n'a plus aucun fondement et n'a plus lieu d'être.

Le G7 et son monde est celui d'un monde dépassé que nous héritons du siècle passé. Le G7 est une scorie, une relique, qu'on nous a léguée et qu'il serait bon d'enfermer au grenier et de reléguer aux seuls livres d'histoire.

On ne confie pas à celles et ceux qui ont allumé et nourri l'incendie planétaire la charge de l'éteindre.

Au mieux exige-t-on d'eux qu'ils mettent en cohérence leurs actes avec leurs propos : Emmanuel Macron est-il prêt à protéger les 360 000 hectares de forêts en Guyane menacés par les permis d'exploitation minière alors que son gouvernement n'a cessé depuis 2017 de délivrer de nouveaux permis d'exploration ? Est-il prêt à suspendre TOUS les projets d'infrastructure en France qui contribuent à détruire des forêts et des terres (GCO, Europacity, etc) ? Est-il prêt à agir avec détermination pour ne plus importer et consommer en France des produits des contribuent à la déforestation à l'autre bout de la planète ? Est-il prêt à renoncer à tous les accords de commerce et d'investissement qui contribuent à amplifier "cette déforestation importée" (l'Amazonie n'est pas la seule région du monde à brûler) ?

L'Amazonie n'est pas la seule région du monde à brûler

Sa politique du quotidien, celle qui est menée quand les caméras de CNN ne sont plus là, répondent par la négative à toutes ces questions.

Dès lors, Non, ni Emmanuel Macron ni le G7 ne vont sauver l'Amazonie à Biarritz.

Maxime Combes, économiste, porte-parole d'Attac France, et auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition, Seuil, Anthropocène, 2015.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT