Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

5 Éditions

Billet de blog 29 févr. 2016

NDDL et Barjac délivrent un message clair : la transition, c'est maintenant !

Les dizaines de milliers de manifestants du week-end contre la construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes (NDDL) et contre les hydrocarbures de schiste (Barjac) ont délivré un message d'une grande clarté à un gouvernement qui en manque : il est urgent d'abandonner les infrastructures et projets d'un autre âge et de se tourner vers la transition écologique et sociale.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus de 50 000 manifestant.e.s contre la construction de l'aéroport de Notre-Dame des Landes ce samedi. Près de 15 000 à Barjac dans le Gard, contre les hydrocarbures de schiste et pour une loi d'interdiction. Le message est clair, les exigences connues : les projets de construction de nouvelles infrastructures carbonées et d'exploitation sans limite des ressources naturelles doivent être abandonnés pour laisser place à la transition. Des exigences qui sont autant d'engagements individuels et collectifs pour se mettre en travers de ce mal-développement.

A Notre-Dame des Landes, samedi 27 février

Une claque aux projets climaticides

François Hollande, le gouvernement et les collectivités territoriales ont le choix : bifurquer, en modifiant leurs décisions, leurs choix d'investissement et les régulations actuelles pour accompagner ce mouvement citoyen. Ou bien, s'ils ne changent rien, ils trouveront face à eux une population de plus en plus déterminée à bloquer les projets climaticides et inverser l'ordre de priorité des politiques publiques : la protection des écosystèmes plutôt que l'exploitation sans limite de la nature, l'abandon progressif de l'utilisation des énergies fossiles et fissiles plutôt que l'accroissement du pouvoir des multinationales (Tafta and co), la solidarité et la coopération plutôt que la concurrence et la compétitivité, la justice et la dignité plutôt que l'arbitraire et la déchéance.

« Pour résoudre la crise climatique (…), les bons sentiments, les déclarations d’intention ne suffiront pas, nous sommes au bord d’un point de rupture ». Nous avons besoin « d’une profonde mutation, nous ne pouvons plus considérer la nature comme un vulgaire et inépuisable réservoir de ressources destiné à notre seul et plein accomplissement ». « Notre plus grand défi, c’est de passer d’une mondialisation fondée sur la compétition à un modèle basé sur la coopération ». « Nous devons penser la planète comme un espace unique, établir un pacte d’équité entre le Nord et le Sud et un partenariat entre l’homme et la nature ».

Ces paroles, prononcées par François Hollande en ouverture de la COP21, le 30 novembre dernier, pour faire bonne figure devant les caméras du monde entier, sont sur le point de passer aux oubliettes de l'histoire : refus d'abandonner NDDL, allongement de la durée de vie des centrales nucléaires, incapacité à penser et opérer une transition agricole, décision autorisant Alteo à rejeter des produits toxiques au large des Calanques, soutien aux négociations du Tafta ou encore à la Loi travail. Faut-il être surpris alors que le renoncement et le reniement sont devenus monnaie courante à l'Elysée et à Matignon ?

A Barjac, ce dimanche 28 février

Un souffle éthique et politique

Nous, les citoyennes et citoyens mobilisés à Notre-Dame des Landes et à Barjac (et ailleurs), nous ne sommes pas de celles et ceux qui changent d'avis en fonction de l'attention des media. Nous ne sommes pas de celles et ceux qui vont laisser les multinationales telles que Total ou Vinci accroître leur emprise sur nos territoires et nos vies. Nous ne sommes pas de celles et ceux qui vont accepter de voir notre avenir hypothéqué au nom de la compétitivité et du productivisme promus par des élites déconnectées du sens des réalités. Nous ne sommes pas de celles et ceux qui préfèrent incriminer le voisin et la voisine plutôt que modifier leurs politiques inefficaces.

Non. Nous, nous sommes celles et ceux qui nous battrons sans relâche pour opérer une véritable transition écologique, sociale et démocratique. Pour nous, ces mots ne sont pas sans valeur : c'est notre horizon. Un horizon d'émancipation et d'innovation, pour que demain, nous puissions vivre bien, toutes et tous, dans des territoires et sur une planète aussi préservée que possible. Face à l'état d'urgence climatique, face à l'aggravation de la crise écologique, face à l'impasse de politiques économiques néolibérales qui génèrent précarité et désespérance, les mobilisations de Notre Dame des Landes et Barjac peuvent contribuer à redonner un cap collectif, un souffle éthique et politique, visant à récupérer notre avenir et mettre de côté les demi-mesures et promesses vides qui conduisent à perpétuer l'inacceptable.

Changeons le système, pas le climat - Attac France

Ce week-end réussi donne le coup d'envoi des mobilisations pour le climat et la transition à venir : outre le maintien de la pression contre ce projet d'aéroport suranné et contre les hydrocarbures de schiste, ces mobilisations citoyennes viseront notamment à bloquer le Davos des pétroliers qui se tiendra à Pau début avril, comme un prélude aux actions prévues dans le monde entier en mai prochain pour nous libérer des énergies fossiles (campagne BreakFree). Pour un futur juste et vivable, c'est à nous de faire respecter les lignes rouges à ne pas franchir.

La transition écologique et sociale, c'est maintenant.

Maxime Combes, économiste et membre d'Attac France.

Auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition,Seuil, coll. Anthropocène.

@MaximCombes sur twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon