Au moment où François Hollande interpellait les chefs d'Etat et de gouvernement à la tribune de l'ONU, son gouvernement délivrait de nouveaux permis d'exploration pétrolière. Nouvelle illustration de la schizophrénie de dirigeants qui climatisent bien plus leurs discours que les politiques publiques !

J-60 ! A deux mois de la conférence de l'ONU sur le changement climatique de Paris (30 nov – 11 déc), les ministres de l'écologie, Ségolène Royal, et de l'économie, Emmanuel Macron, viennent d'accorder trois nouveaux permis de recherches d'hydrocarbures liquides ou gazeux (les permis de Champfolie en Seine-et-Marne, de Herbsheim dans le Bas-Rhin et d'Estheria dans la Marne) tout en décidant d'en prolonger deux autres jusqu'à fin 2018 (les permis de Bleue Lorraine en Moselle et de Juan de Nova dans « les terres australes et antarctiques françaises »).

(voir cet article de Basta pour quelques détails sur les permis et les entreprises concernées)

Qu'il est donc facile de se dire « déterminé-e-s à agir » et ne jamais rien entreprendre de déterminant. François Hollande et son gouvernement sont en train de passer maîtres en la matière ! En matière de réchauffement climatique, les recommandations des climatologues du GIEC sont claires : pour avoir une chance raisonnable de maintenir le réchauffement climatique en deçà des 2°C d'ici à la fin du siècle, ce sont près de 80% des réserves actuelles et prouvées d'énergies fossiles qu'il faut laisser dans le sol. Permettre, faciliter, encourager l'exploration de nouveaux gisements est donc contradictoire avec l'ambition de contenir le réchauffement climatique.

C'est donc un crime climatique, comme l'explique cette pétition internationale (A faire signer largement!).

Extrait du livre « Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition » que je publie le 8 octobre prochain (couverture ci-dessous).

« Ceux qui tergiversent, ceux qui refusent d'envisager la sortie de l'âge des fossiles, ceux qui étendent la logique extractiviste en forant toujours plus loin et toujours plus sale, ceux qui professent que les marchés, la finance ou les techno-sciences vont sauver le climat nous détournent de l’essentiel. Ils gaspillent le temps et les ressources dont nous avons besoin pour enclencher la transition. Ce sont les climato-sceptiques du monde moderne, qui nient les recommandations des scientifiques pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique ! »

Maxime Combes, économiste et membre d'Attac France

@MaximCombes sur Twitter,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 05/10/2015 20:21
  • Par vezf

 Royal a quelque peu rassuré dimanche soir sur Cpolitique; elle est manifestement toujours autant contre, et elle explique avoir prolongé et accordé des permis de recherche, et uniquement de recherche et en avoir refusé beaucoup d'autres; elle rassure pour la suite; il faudra, si les recherches sont fructueuses, conduire une etude d'impact , et l'accord ne sera pas systematique; elle se réaffirme à plusieurs contre ces energies fossiles, et assure avoir la main totalemnt et non Macron; donc, à suivre......