Maxime Grimbert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2017

Débat de la Primaire citoyenne : Bennahmias centriste révolutionnaire

Lors du premier débat télévisé de la Primaire citoyenne, Jean-Luc Bennahmias s’est plus illustré par son ethos de gauchiste radical que par ses mesures de centriste social pro-entreprise et pro-européen, contre toute attente.

Maxime Grimbert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En somme : un personnage qui invoque plus, dans l’esprit de nombreux téléspectateurs, l’image d’un José Bové de bonne humeur que celle du François Bayrou technocratique dont il a vice-présidé le parti (MoDem).

Pour plusieurs journalistes d'une rédaction d'où j'écris ce billet, « Bennahmias, quel intérêt ? Il est vieux et ringard ! » Par contre, « Peillon, lui, c’est le plus canon de la primaire ! » D’accord, le premier a six ans de plus que le second. Mais de là a le cataloguer chez les « vieux sans intérêt » ... C’est que Jean-Luc a vieilli parce qu’il a vécu, il montre à ses futurs électeurs un visage ridé par le-s sourire-s. Bien sûr, le col de sa chemise ouverte, sa calvitie et son regard parfois malicieux contrastent fort avec les cravates, les coupes de premier de la classe et les mines endormies, patibulaires et antipathiques des Valls, Montebourg ou de Rugy, qui l’entourent. Observateurs de la vie politique, prenons du recul sur ce à quoi nous nous sommes habitués !

Jean-Luc Bennahmias © Wikimédia Commons

Son ethos de bon vivant – M. Bennahmias est le seul à ne PAS donner l’impression de subir totalement la prestation télévisuelle - n’est pas nécessairement un trait propre à la gauche radicale. Mais on voit en lui plus d’autostoppeur-hippie-prêt-à-égayer-notre-trajet que de Jacques-Chirac-tombant-les-godets.

Etre un altermondialiste gauchiste, aujourd’hui, ça consiste en quoi ? A changer d’avis, si possible souvent, en défendant toujours, dans le fond, les mêmes valeurs. A être provoc’ en ne disant pas la même chose que ses voisins – pour « choquer la bourgeoise » comme les premiers punks londoniens ou parfois par conviction. A proposer un vivre-ensemble différent, même quand tout le monde se moque de soi. Et, aussi, à saupoudrer le tout d’une once de jem’enfoutisme. Le lecteur voit-il ou nous voulons en venir ?

Sur ces points, dressons un résumé de la soirée télévisée du 12 janvier, par le prisme Bennahmias.

Pour la girouette qui suis son cap : Jean-Luc milite pour Les Verts à 30 ans, rejoint le MoDem il y a 10 ans et fonde le Front démocratique en 2014. Pas étonnant, tant la proximité entre les trois partis est étroite sur les sujets qui l’intéressent : construction européenne plus politique qu’économique, développement durable par le progrès technique, libéralisme économique et social à la sauce libertaire-Cohn-Bendit, préférence pour les petites entreprises – mais les entreprises quand même.

Pour la provoc', il explique ne pas prioriser la lutte contre les inégalités femmes/hommes, son domaine de compétence étant, hors des effets de mode, la défense des précaires et des classes populaires.

Pour la vision altermondialiste, il défend le revenu de base, contre ses coreligionnaires et contre les associations d’aide aux plus pauvres qui s’y opposent. Contrairement à Benoît Hamon, il dit le faire parce qu’il veut pousser une société dans laquelle chacun peut vivre de son activité, sans qu’elle ait nécessairement besoin d’être rentable - aussi traditionnelle soit-elle (comme l’agriculture paysanne, notamment).

Même pour se moquer ouvertement de lui, par exemple lorsqu'il oublie le nom d'un Premier ministre du siècle dernier, ses concurrents retiennent leurs éclats. Et lorsque, enfin, les autres protagonistes s’autorisent à rire à sa petite blague (« Je parle de Roland Castro, pas de Raoul ni de Fidel, je ne voulais pas évoquer Royal »), il poursuit après avoir souligné son humour, « très mauvais ». Mettre son jem’enfoutisme au service de sa vision : une technique vraiment révolutionnaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Corruption : un nouveau front potentiellement dévastateur pour Netanyahou
Jugé depuis deux ans pour « corruption », « fraude » et « abus de confiance » par un tribunal de Jérusalem, l’ancien premier ministre israélien devra aussi affronter une commission d’enquête chargée d’établir ses responsabilités dans la plus dévastatrice affaire de corruption de l’histoire d’Israël.
par René Backmann
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni
Journal
Le Balkany catalan dort en prison
Mis en examen en mai dernier pour « extorsion en bande organisée », le maire (DVD) du Barcarès Alain Ferrand a été écroué mardi pour avoir violé de façon répétée son contrôle judiciaire.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica