Maxime Rouquet
Ex président du Parti Pirate
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2022

Madame la Première ministre, ne soyez pas une potiche

Alors qu'une femme a suivi l'invitation de la cheffe du gouvernement à «ne pas hésiter à aller porter plainte», son ministre mis en cause pour viols contre-attaque immédiatement pour dénonciation calomnieuse. Ce n'est plus seulement la parole des femmes que Damien Abad piétine, mais celle de la Première ministre. Élisabeth Borne doit le congédier si elle veut conserver sa crédibilité.

Maxime Rouquet
Ex président du Parti Pirate
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nul ne peut mesurer l'impact exact des interpellations de la Première ministre sur ses ministres mis en cause pour viols lors de la campagne des législatives, mais elles n'ont sans doute pas aidé nombre de personnes à glisser un bulletin Ensemble dans l'urne. Nul doute qu'Élisabeth Borne aurait préféré qu'on lui parle d'autre chose que des potentiels agresseurs sexuels au sein de l'équipe qu'elle avait constituée. Celle qu'on dit en coulisses exaspérée par ces polémiques avait dû se contenter de botter en touche, en prétendant vouloir attendre que la justice se prononce avant de limoger un mis en cause, manœuvre déjà contestable pour une responsable comme nous l'avons souligné. Pour tenter d'échapper au moins temporairement à ses responsabilités, Élisabeth Borne a ainsi lancé un appel aux femmes ayant mis en cause des ministres pour viols ou tentatives de viols : «En tant que Première ministre, je le dis aussi en tant que femme, il faut permettre à la justice d'établir les faits. Il ne faut pas hésiter à aller porter plainte.» Cet appel a manifestement été entendu, puisqu'on a appris hier qu'une des femmes avait ainsi déposé plainte.

Néanmoins, il y en a qui n'a pas écouté la Première ministre, et pas des moindres : Damien Abad lui-même. En effet, il a immédiatement annoncé avoir lui-même contre-attaqué en déposant une plainte pour dénonciation calomnieuse, bafouant l'engagement pris par sa cheffe de gouvernement : contrairement à ce qu'Élisabeth Borne avait affirmé, en précisant bien parler à la fois comme femme et comme Première ministre, il y avait bien une bonne raison d'hésiter. Non seulement il devait déjà être difficile de déposer plainte pour viols contre un ministre. De le faire auprès de forces de l'ordre répondant aux ordres d'un second ministre qui avait lui-même été mis en cause pour viols, et a à tout le moins reconnu avoir obtenu des relations sexuelles d'une femme venue lui demander son aide. Le tout sous la supervision d'un garde des Sceaux qui déclarait il y a peu dans GQ que «Le mouvement #Metoo a permis de libérer la parole et c’est très bien. Mais il y a aussi des “folasses” qui racontent des conneries et engagent l’honneur d’un mec qui ne peut pas se défendre car il est déjà crucifié sur les réseaux sociaux.» Oui, assurément, il devait déjà être difficile de déposer plainte et d'avoir pleinement confiance en l'impartialité de toute la machine judiciaire… mais il faudra donc désormais pour cette femme subir, en plus de tout cela, une plainte pour avoir donc osé parler, intimidation supplémentaire d'un ministre qui, personne ne le niera, donnera assurément des raisons d'hésiter aux autres femmes envisageant de sortir à sa suite de l'anonymat. En portant plainte en diffamation, Damien Abad a donc littéralement piétiné la parole de celle qui devrait pourtant être sa cheffe, et qui avait promis aux femmes qu'elle ne devaient pas avoir peur de saisir la justice.

Élisabeth Borne n'a plus que deux options désormais. Soit la cheffe de gouvernement affirme son autorité et doit congédier ses ministres accusés de viols, d'autant plus quand ils trahissent ses propres engagements de Première ministre et de femme ; quitte à mettre sa propre démission dans la balance si Emmanuel Macron s'efforçait de continuer à les couvrir. Soit elle se tait et ne fait rien, prouvant qu'elle n'a pas été mise à ce poste pour conduire un gouvernement, mais uniquement pour obéir à des ordres et servir de caution morale à de potentiels agresseurs qui s'essuient les pieds sur son autorité. Cette dernière voie risquerait de donner l'image que Matignon ne serait qu'un éphémère secrétariat féminin au service d'hommes, dont certains abuseraient de leur pouvoir mais dont tous partageraient le même mépris pour les femmes.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou