Volatilité électorale et l'échéance 2022 : Une graine à semer...

Ces mêmes faits-divers quotidiens qui depuis 20 ans abêtissent les Français à 20h00 à l'approche des présidentielles ! Puis au second tour, on farderait ce vote en un sauvetage de la République et de la démocratie. Dans cette période de crise sanitaire, économique et sociale, certains outsiders vont tenter une préparation novatrice et pourraient entrevoir la finale, à l'insu des bookmakers.

Le compte à rebours a commencé dans les médias, le temps de la préparation mentale va donc commencer. En utilisant la même préparation médiatique que celle qui a conduit au match de 2002 Chirac - le Pen, il faudra faire monter le curseur des représentations infondées. Celles des peurs de son voisin et des origines de son histoire. Celui d'une insécurité au coin de chaque rue de France, celle de la déraison.  C'est une méthode simple pour éveiller les consciences nationalistes et donc l'électorat de réaction de l'extrême droite. C'est une recette qui marche, en marche vers le vers le nouveau mandat dès l'annonce des finalistes à l'issue du premier tour. Il faudra montrer le côté obscur des cités, les agressions qui choquent, en jouant la touche affective envers la classe d'âge qui vote. On y redécouvrira les zones de non-droit. Ces mêmes faits-divers quotidiens qui depuis 20 ans abêtissent les Français à 20h00 à l'approche des présidentielles ! Puis au second tour, on farderait ce vote en un sauvetage de la République et de la démocratie. Statistiquement, il y a encore bien trop de votants ayant dans leur conscience que l'extrême droite rappelle les pires moments du 20e siècle. Il y a encore une part importante de ces votants qui ont un lien mémoriel et qui ne feront pas un vote sanction au 2e tour. 

 Dans cette période de crise sanitaire, économique et sociale, certains outsiders vont tenter une préparation novatrice et pourraient entrevoir la finale, à l'insu des bookmakers.

                 Le premier camp qui est retardé par la stratégie d'assimilation Macronienne est la droite.  Les leaders de poids tels que Monsieur Baroin ou l'ancien Premier ministre semblent préférer des postes prestigieux dans le secteur privé. Monsieur Estrosi ne participera pas à cette course préférant s'assurer un avenir probable à la tête d'un ministère. Néanmoins, il en reste un dont l'éloquence pourrait convaincre de nombreux électeurs et qui sera difficile à détourner de son ambition. Xavier Bertrand présente un franc parlé résonnant dans les habitudes du langage populaire. On ne parle pas avec des circonlocutions. Cette parfaite maitrise de communication pourrait plaire auprès de ceux qui ne veulent plus de longues promesses électorales. Mais peut-on avoir l'air moderne quand on a déjà été dans un gouvernement coutumier ? Bien que le temps est au recyclage se présentera t-il avec un programme pour les républicains? Les Français voteront t-ils pour un ancien ministre à la tête d'un ancien parti ?  

                Cette crise sanitaire durant cela pourrait modifier une partie de l'inconscient collectif. Pour avoir peur de son voisin, il faut encore pouvoir sortir de chez soi. La crise sanitaire ayant un lien avec les combats écologiques. La peur de l'avenir pour ses petits-enfants prendra peut-être le pas sur l' insécurité physique? Les Français pourront-ils oublier si rapidement cette crise sans précédent ? Les conséquences indirectes de la Covid  sur le niveau de vie des ménages français vont peut-être éveiller les consciences sur la nécessité de se mobiliser pour l'environnement. Le curseur de l'insécurité se déplacera t-il vers celui d'une écologie populationnelle centrée sur la personne? Alors le favori devrait-il affronter le camp de la nature? Ces millions de Français qui vivent à son contact et qui pourraient faire valoir la pensée profonde de ces territoires oubliés composant la France rurale.

 L'heure est-elle venue pour une vague écolo? Seront ils les adversaires inattendus de cette finale ?

Le pari semble audacieux. Le français est au stade de l'éveil écologique. Tel un enfant qui découvre le monde et son influence sur le monde qui l'entoure. Afin de ne pas le bloquer dans son apprentissage, il faut sans doute lui proposer une écologie modérée. Dans sa façon d'être et de penser le français est un conservateur. Il lui faut du temps pour s'investir mais néanmoins il peut-être au rendez-vous du changement permanent. Alors tout comme l'extrême droite et sa volonté de renverser le fonctionnement en place, l'extrême écologie ne saurait être le prochain champion. La politique des extrêmes pour le poste ultime ne porte aucune vision de l'avenir.  Pour débuter, les Français ont besoin  d'une écologie modérée et permanente. C'est le moment pour la France de se retrouver au centre du monde de la pensée pour redevenir celle qui inspire le changement. 

                 Un champion ne gagne que s'il a la meilleure équipe ! Pourtant dans l'équipe sortante il y avait l'un des champions français. Mais celui-ci ne voulait plus se mentir depuis le mois d'août 2018. Avec Nicolas Hulot toujours dans son camp, cette part grandissante du vote écolo aurait pu être facilement acquis. A ceux qui ont un défaut de mémoire, il n'y aura qu'à leurs rappeler la tristesse et le désarroi de ce défenseur de la planète qui a failli face à un lobby acharné et omniprésent.

Qui pourrait surfer cette vague écolo ? Le plus important c'est le champion que l'on présente. Les Français dans leur histoire sont attachés à l'Homme ou à la Femme providentielle. Ils votent plus par sensibilité et confiance envers une personnalité que par fidélité pour un parti. Le leadership ne s'apprend pas, les Français sont attachés au charisme naturel. Le leader doit-il être un écologiste déclaré ? Ce leader pourrait-il être issu d'une union des gauches pour paraitre moins extrême ? Cela ne risque pas de se transformer en une rivalité permanente de leadership et des sensibilités divergentes ?

Si le champion venait à perdre son titre alors la probabilité de voir un modèle disruptif apparaitre est important. L'élection de 2022 ne pourrait être seulement celle de la France , berceau de la révolution et de la constitution mais celle d'une Europe nouvelle avec une France plus verte que nature!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.