Islamo-gauchisme, la manœuvre du sonar et le respect du deuil

«Ce terme conscient, politico-religieux, qui se concrétise par des écarts répétés avec les valeurs de la République» peut se traduire en une attaque dénuée de fondement contre l'islam, les musulmans, les partis de gauche, le respect de la fonction suprême de Président de la République ainsi que la mémoire de Monsieur Paty.

Primo : la manœuvre du sonar

Cela ressemble à une manœuvre politique. L'onde de choc provoquée par ce terme dont il est difficile de définir son sens, permet de cartographier la sensibilité et le degré de réactivité de la population et des médias à ce type de propos couramment utilisés par l'extrême droite. Comment la population et l'électorat va réagir ? Comme je l'ai précédemment publié dans un  billet (volatilité électorale et l'échéance 2022 : Une graine à semer...) l'objectif est de sonder l'affiliation probable de cet électorat à quelques mois de l'échéance présidentielle. Néanmoins, cette crise sanitaire repousse chaque jour la détermination de cette volatilité. L'élection présidentielle risque d'être un référendum sur la capacité à gérer cette crise majeure. Il faut au plus vite trouver plusieurs stratégies électorales à suivre pour les prochains mois. 

 Deuzio : le terme islamo-gauchiste

Dans la linguistique générative, cela relève de la stratégie de dégradation. Sans avoir l'étiquette d'un parti extrême, ces "punchlines" interpellent et cherchent à séduire petit à petit un électorat quasi-extrême. Il faut progressivement habituer ces futurs probables électeurs à des termes qui réveillent le sentiment de patriotisme républicain et que l'on ne peut pas objectivement définir.  Cela relève également de la stratégie du différé, parler du futur dès aujourd'hui afin d'espérer dans quelques mois, influencer plus facilement les votants quasi-acquis lors de la campagne finale. Enfin cela permet d'inscrire dans la conscience collective populaire un rapprochement entre l'islam et la gauche. Une aubaine politique !

 Tertio : le respect du deuil

Suite à l'attentat et pendant cette vague d'émotions, le choix a été fait de court-circuiter la réflexion collective. Agir sous le coup de l'émotion pour introduire de l'amalgame auprès des Français. C'est cela qui a été réalisé, quelques jours après avoir dessiné le contour du problème du séparatisme islamiste.

À la suite de l'hommage national rendu par le Président de la République, on ne s'attendait pas à une telle incomplétude. Quand le chef suprême a parlé, tout ce qui s'ensuit montre l'impéritie de ses ministres. Le temps était venu pour le respect du deuil de la famille. 

 

"Ce terme conscient, politico-religieux, qui se concrétise par des écarts répétés avec les valeurs de la République" peut se traduire en une attaque dénuée de fondement contre l'islam, les musulmans, les partis de gauche, le respect de la fonction suprême de Président de la République ainsi que la mémoire de Monsieur Paty.

M.Bulvestre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.