Ce jour-là à Vintimille. Retour d’un lieu d’exil sans cesse confiné

Chaque nuit, des dizaines de personnes en situation d’exil dorment dans les rues de Vintimille. Laissées à l'abandon par les pouvoirs publics depuis la fermeture du principal camp d'hébergement, elles sont repoussées du centre-ville par les forces de police. De retour de cette frontière, nous publions ce texte de témoignage afin d'alerter sur la mise en danger institutionnelle des personnes en migration.

Chaque nuit, des dizaines de personnes en situation d’exil dorment dans les rues de Vintimille. Laissées à l'abandon par les pouvoirs publics depuis la fermeture du principal camp d'hébergement, elles sont repoussées du centre-ville par les forces de police alors que la municipalité prépare la reprise des activités touristiques au lendemain du confinement. De retour de cette frontière franco-italienne, nous publions ce texte de témoignage afin d'alerter sur la mise en danger institutionnelle des personnes en migration.

Depuis la fin du confinement en Italie, on peut estimer que 200 personnes en migration sont quotidiennement livrées à elles-mêmes à Vintimille. La plupart sont originaires d'Afghanistan, d'Iran, du Pakistan, dans une moindre mesure de pays africains. Nous avons également rencontré une famille kurde accompagnant une femme enceinte. "Bonjour, ça va ?". Suivant les mots que nous adressons à leur rencontre, les discussions s'ouvrent sur les projets passés et présents. La principale destination évoquée à cette étape des parcours est la France. Marseille, Porte de la Chapelle... Certains ont passé plusieurs années dans le pays d'où nous venons, avant de se faire renvoyer vers l'Italie. "Ništa !" : au détour d'une conversation en Pachtoune, on reconnait une expression ramenée des routes balkaniques, qui signifie qu'il n'y a rien à trouver ici. "Racist", "police", "violent" sont d'autres mots transparents que nous glanons en parcourant les rues de Vintimille, ce jeudi 11 juin.

Surimpressions

À la veille de la reprise officielle de la saison touristique, plusieurs réalités se superposent. Les arrivées de touristes tant attendues par la municipalité coïncident avec celles de groupes considérés comme irréguliers. Les usagers des terrasses à nouveau animées côtoient les déambulations quotidiennes des personnes exilées pour trouver une stratégie de passage. Les camions de nettoyage sillonnent les rues ; les fourgons des marchands du célèbre marché de Vintimille reprennent place. Cette soudaine effervescence économique est traversée par le ballet des forces de l’ordre : militaires, police municipale, guardia di finanza et carabinieri quadrillent la ville. Nous nous étonnons de voir la police nationale française stationnée devant la gare. La stratégie des autorités italiennes semble moins correspondre à une logique de contrôle de l’immigration qu’à un impératif de tenir à l’écart du centre-ville les migrant-tes indésirables. C’est-à-dire celles et ceux qu’il ne faut pas voir dans ce paysage renaissant de la consommation.

Ce jour-là, le 12 juin, alors que les interdictions liées aux rassemblements dans les centres commerciaux et lieux de restauration sont progressivement levées, le maire a explicitement interdit aux ONG présentes à la frontière de fournir toute aide matérielle aux personnes exilées.

Réouverture du marché de Vintimille le vendredi 12 juin 2020 © Morgane Dujmovic Réouverture du marché de Vintimille le vendredi 12 juin 2020 © Morgane Dujmovic


Invisibilisations

Sur cette portion du territoire transalpin, le confinement décidé en mars 2020 a signifié l’arrêt des activités humanitaires, en raison de la fermeture officielle de la frontière et des interdictions de rassemblement en Italie.  Les volontaires du collectif Kesha Niya et de Roya Citoyenne ont dû mettre fin aux distributions alimentaires groupées — une activité essentielle pour les personnes exilées en transit dans les rues de Vintimille, assurée quotidiennement depuis trois ans. Alors que de nouvelles arrivées ont été constatées depuis la fin du confinement, les distributions doivent s’effectuer en discrétion.

Les paquets alimentaires, kits d’hygiène et masques sont fournis aléatoirement, en fonction du nombre de personnes exilées rencontrées au cours des maraudes. Cette situation délétère n’est pas sans rappeler le contexte de l’année 2016, alors qu’un arrêté municipal de la commune de Vintimille interdisait les distributions de repas pour cause de risques sanitaires[I]. Inique autant que cynique, l’argument de la salubrité publique est à nouveau le levier d’une mise en danger des personnes exilées. Bien que l’ONG Médecins du Monde ait constaté en juin des besoins médicaux auprès des personnes en errance dans la ville (tels que des problématiques respiratoires connues pour leur propension à entrainer une forme grave de COVID-19), aucun accès aux soins n’est organisé par les institutions locales ou nationales. Sur la seule après-midi du 18 juin 2020, deux patients ont été admis en hospitalisation d’urgence suite à des signalements de l’ONG (urgence obstétricale et détresse cardiaque).

Prise en charge par la croix verte italienne d’une détresse cardiaque devant le poste-frontière franco-italien, le jeudi 18 juin 2020. © Carla Melki Prise en charge par la croix verte italienne d’une détresse cardiaque devant le poste-frontière franco-italien, le jeudi 18 juin 2020. © Carla Melki

Cette nuit-là, le vent est levé. Venus pour assurer une distribution de sacs de couchage et de masques, mis en difficulté dans cet acte simple, nous ressentons l’hypocrisie d’une frontière qui crée ses propres marges. Avec quelques autres volontaires qui tentent d’assurer un relai social et médical, nous devons nous aussi nous cacher, nous rendre invisibles.


Épuisements

Il y a quelques semaines, le camp de la Croix-Rouge assurait encore la mise à l’abri d’individus sans papiers. Institué comme bras humanitaire de la Préfecture d’Imperia en 2016, cet établissement situé à 4 kilomètres du centre-ville centralisait l’hébergement des personnes en transit, autant que leur contrôle[II]. Depuis la détection d’un cas de coronavirus le 18 avril, le campo a été fermé aux nouvelles arrivées[III]. Seuls les petits-déjeuners et un service de douche délivrés par Caritas sont assurés aux personnes recalées, ainsi qu’une assistance juridique répartie entre plusieurs associations locales[IV].

Désormais, pour celles et ceux qui arrivent sur ce territoire, les rares lieux de répit se situent à l’abri des regards, dans quelques marges urbaines tolérées. Corollaire du droit à la mobilité, le droit à la ville est mis à mal dans les interstices urbains de Vintimille. Ces rues sont le théâtre d’un nouveau « game », selon le nom donné dans les Balkans aux tentatives répétées de traversée des frontières, suivies de refoulements violents[V].

À cette étape des parcours, la France demeure le seul horizon envisageable : tous et toutes parviennent finalement à passer, mais au prix d’épuisements multiples et de nouveaux dangers.

Ce jour-là, sous le pont de Vintimille, une laie ballade ses marcassins à la recherche de nourriture, à proximité immédiate d’un lieu de campement régulièrement sujet aux déguerpissements policiers. Les voyages nous sont contés avec des mots et des blessures, souvent ramenées de la traversée des Balkans. À cette frontière intérieure de l’Europe, aucun moyen médical institutionnel n’est disponible pour les soigner.


Des corps confinés

Confiner, c'est aussi étymologiquement toucher une limite. Bloquées à la frontière italo-française, les personnes exilées se heurtent à des confins au cœur de l’espace Schengen dit « de libre circulation ». Seuls les chiffres de l’activité policière communiqués par la Préfecture des Alpes-Maritimes permettent d’évaluer numériquement l’évolution des arrivées ces derniers mois : alors que 107 refus d’entrée[VI] ont été enregistrés côté français entre le 15 mars et le 15 avril, ce sont environ cinquante personnes qui seraient refoulées chaque jour de la France vers l’Italie, depuis la fin du confinement officiel. Toutefois, ces statistiques n’intègrent ni les tentatives de traversées répétées par une même personne, ni les refoulements non enregistrés par la police française, en dépit des lois en vigueur[VII]. C’est pourquoi le regard d’acteurs non étatiques s’avère nécessaire dans cette phase de déconfinement. Salariée humanitaire, universitaire ou volontaire bénévole, notre présence à Vintimille tient à des raisons diverses, mais nos mots dessinent une même idée : « impératif de mise à l’abri », « inégalité des vies »[VIII], « acharnement dissuasif » …

Deux policiers italiens « escortent » un jeune homme noir sur le quai de la gare de Vintimille, le jeudi 11 juin 2020. © Morgane Dujmovic Deux policiers italiens « escortent » un jeune homme noir sur le quai de la gare de Vintimille, le jeudi 11 juin 2020. © Morgane Dujmovic


Ces deux derniers mois ont fourni l’opportunité de comprendre le caractère essentiel du droit à la mobilité — en particulier pour les personnes qui ont pu se confiner dans des conditions dignes et qui retrouvent depuis le mois de mai les délices de la liberté de circulation[IX]. Que reste-t-il de cette expérience collective ?

La période post-confinement signale plutôt le renforcement des inégalités à la mobilité. Non seulement la « crise sanitaire » n’a pas amené de véritable réflexion sur la précarité des personnes bloquées aux frontières, mais elle a de plus permis la poursuite des activités de contrôle mortifères à l’écart de l’attention médiatique. C’est le cas en Libye et en Méditerranée[X], mais aussi au cœur de l’Union européenne, à cette frontière franco-italienne.

Ce jour-là, le train de voyageurs internationaux Vintimille-Cannes fait à nouveau vibrer les rails, à côté du campement improvisé pour la nuit par les exilé-e-s. Le lendemain, nous rejoindrons le bivouac de notre choix sans le moindre contrôle, reconnus à nouveau aptes à circuler, contrairement à ces corps confinés.


Morgane Dujmovic, chercheuse en géographie des migrations, membre de Migreurop

Carla Melki, coordinatrice à la frontière transalpine pour Médecins du Monde

Valentin Payneau, volontaire

[I] L’arrêté en vigueur d’août 2016 à avril 2017 interdisait aux particuliers et associations de donner à manger et à boire dans la rue. Sur le contexte répressif de l’époque, voir le reportage de Louise Fessard « À la frontière italienne, ceux qui aident les réfugiés sont harcelés et à bout » (Mediapart, 23 novembre 2016) et l’article de Morgane Dujmovic « Balkans, du corridor au cul-de-sac » (Plein droit, décembre 2016).

[II] Une prise d’empreinte est réalisée à l’admission dans le camp aux fins d’enregistrement dans le fichier européen Eurodac. Cette procédure peut entraîner le renvoi de demandeurs d’asile vers d’autres pays européens.

[III] Le 12 mai 2020, un courrier d’interpellation de l’association ASGI demandait la fermeture du camp et son transfert, celui-ci ne remplissant plus sa fonction essentielle d’accueil de personnes en transit sur le territoire frontalier.

[IV]Les associations WeWorld Onlus, Diaconia Valdese, et Save the Children assurent une assistance juridique face au non-respect de droits élémentaires de protection et du droit d’asile.

[V]Sur les routes des Balkans, voir le fil d’information du Courrier des Balkans et d’Infomigrants.

[VI] Des refus d'entrées délivrés à des personnes non ressortissantes UE

[VII] La Coordination d’action aux frontière intérieures (CAFI), regroupant Amnesty International, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières et Le Secours catholique a dénoncé à de nombreuses reprises les pratiques de refoulements illégaux des autorités françaises. Le 15 Mai dernier, la CAFI et l’Anafé (Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers) ont à nouveau alerté sur le refoulement illégal d’une jeune femme et de son enfant vers l’Italie. Malgré le dépôt d’un référé, rejeté par le Tribunal administratif de Nice le 19 mai, aucune mesure de protection n’a été engagée pour assurer l’hébergement et le suivi médical de l’enfant, pourtant dans un état de santé alarmant.

[VIII] Cette réaction fait suite à la tribune de Didier Fassin parue dans Libération du 18 mars 2020 : « L’inégalité des vies en temps d’épidémie ».

[IX] Voir la tribune d’Anne-Laure Amilhat Szary parue dans Libération du 27 avril 2020 : « Les confinés, ce sont les plus mobiles ! ».

[X] Voir le rapport de terrain de Sacha Petiot, chef de mission en Libye pour Médecins Sans Frontières : « L’enfer libyen au temps du coronavirus ou l’échec des politiques d’aide humanitaire destinées aux migrants ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.