Mehdi Thomas Allal
Attaché principal des administrations parisiennes / Chef de projet "promesse républicaine" (DDCT) / Maître de conférences à Sciences Po / Fondateur & Responsable du pôle "vivre ensemble" du think tank "Le Jour d'Après" (JDA) / Président de l'association La Casa Nostra / Membre du club du XXIème siècle / Député de l'Etat de la diaspora africaine (SOAD)
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 août 2022

Mehdi Thomas Allal
Attaché principal des administrations parisiennes / Chef de projet "promesse républicaine" (DDCT) / Maître de conférences à Sciences Po / Fondateur & Responsable du pôle "vivre ensemble" du think tank "Le Jour d'Après" (JDA) / Président de l'association La Casa Nostra / Membre du club du XXIème siècle / Député de l'Etat de la diaspora africaine (SOAD)
Abonné·e de Mediapart

Celui que retiendra l’Histoire ...

Nous sommes gênés par toutes les manœuvres de nombreux responsables et dirigeants de notre pays, qui font de Salman Rushdie un paratonnerre et un otage de la lutte contre le terrorisme. Oui, il est nécessaire de combattre l’islamisme radical, mais nos armes sont les dessins, les mots, les journaux, les idées, les livres, et non les armes, l’interdit, l’étouffement de la liberté d’expression ...

Mehdi Thomas Allal
Attaché principal des administrations parisiennes / Chef de projet "promesse républicaine" (DDCT) / Maître de conférences à Sciences Po / Fondateur & Responsable du pôle "vivre ensemble" du think tank "Le Jour d'Après" (JDA) / Président de l'association La Casa Nostra / Membre du club du XXIème siècle / Député de l'Etat de la diaspora africaine (SOAD)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le terrible attentat qu’a subi Salman Rushdie a provoqué une onde de choc et de protestation dans les milieux intellectuels & politiques occidentaux. L’ignoble fatwa dont a fait l’objet le romancier britannique n’a fait que confirmer une idée que nous développons depuis longtemps : le courant islamiste fait fausse route, de même d’ailleurs que les tentatives de récupération de certains défenseurs des droits de l’homme antimusulmans.

Car celui que retiendra l’Histoire est bien ce réfugié, qui a osé critiquer le Coran et qui a tant œuvré pour un Islam des Lumières dans son pays d’origine, l’Inde.

Salman Rushdie ne bénéficie pas tant d’une grande notoriété parce qu’il s’est élevé contre l’obscurantisme ou aurait en fait usité du droit au blasphème, mais bien parce qu’il est un formidable romancier, un conteur du chaos de ce monde, un auteur à rebours de l’islamisation « rampante » des pays musulmans, un faiseur de mots et d’arguments pour tous les authentiques avocats des libertés publiques et fondamentales.

Les deux sont liés, certes, la force romanesque et l’esprit contestataire, mais cela ne doit jamais nous faire oublier que Salman Rushdie est un être humain bien vivant, de chair et de sang, et non déjà un mythe de la lutte contre l’islamisme radical, comme certains encore le laissent à penser.

Et tous les internautes épris de culture et de tolérance d’afficher la couverture des « Versets sataniques » sur les réseaux sociaux. En effet, cette œuvre puissante constitue une invitation à lire autrement le sens du parcours du prophète, que celui qui projette en occident un autre visage de la religion islamique, mais ailleurs qu’à travers l’attitude et les jugements de certains thuriféraires de la guerre permanente contre le monde arabo-musulman.

Nous sommes gênés par toutes les manœuvres de nombreux responsables et dirigeants de notre pays, qui font de Salman Rushdie un paratonnerre et un otage de la lutte contre le terrorisme. Oui, il est nécessaire de combattre l’islamisme radical, mais nos armes sont les dessins, les mots, les journaux, les idées, les livres, et non les armes, l’interdit, l’étouffement de la liberté d’expression, les zones de non-droit … en bref tout ce que combat précisément Salman Rushdie.

Nous optons plus sereinement pour un (ré)apprentissage de l’ensemble des œuvres, notamment dans les cursus de lettres modernes, de cet artiste rebelle aux théories les plus crasses de l’idéologie islamiste.

Certains vous diront qu’il faut afficher au contraire la force et le caractère belliqueux des démocraties. Nous croyons au contraire que la fin ne justifie pas les moyens et que le droit et la morale sont des œuvres bien plus « sanglantes » dans l’Histoire des idées et de la philosophie politique.

Ceux qui somment les minorités musulmanes de réagir sont la somme d’un nombre incalculable d’aveuglements en droit international de certains néo-conservateurs, inspirés par les théories de Samuel Huntington et de bien d’autres. Des « penseurs » qui n’ont rien compris aux printemps arabes et aux voix qui s’élèvent pour briser les chaînes du népotisme dans les pays arabo-musulmans. Ces voix, comme celle de Salman Rushdie, ont besoin de notre protection. En revanche, elles déplorent que de nombreux pays occidentaux jettent de l’huile sur le feu, ou sur les cendres encore bouillantes des révolutions ...

La lutte contre l’islamisme radical passe donc non seulement par la résistance des musulmans modérés, qui en sont les premières victimes, mais aussi par un aggiornamento de toute cette malheureuse et maladroite culture chagrine de l’anticléricalisme du 20ème siècle. L’intégration des minorités musulmanes constitue encore un immense chantier, qui doit mobilier nos énergies. Il en va de l’honneur de certains pays des droits de l’homme comme la France ou en Amérique du Nord, qui demeure bafoué par les fous d’Allah, pris en tenailles par les tenants d’une certaine conception du principe de laïcité.

Il faut mettre en prison tous ceux qui empoisonnent le « vivre ensemble » par leur fanatisme, mais les juger sur leurs actes délictueux, plutôt que sur leurs prises de position. La place des ennemis de la liberté doit se trouver mis au ban de nos sociétés et éloigné des écoles, des théâtres, de la culture, des lieux de culte, de la presse, des médias … de nos nations, qui ont été les victimes, pendant des décennies, voire des siècles, d’acharnement contre l’État de droit. C’est à ce prix que nous retrouverons une vision dépassionnée et lucide de la religion islamique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac