Emeutes à Patras provoquées par les néo-nazis

Des émeutes ont explosé mardi à Patras, troisième ville de Grèce.Après l'annonce de la mort d'un Grec de 29 ans, présumé avoir été assassiné par des Afghans, les militants de Chryssi Avghi ont effectué une manifestation aucours de laquelle de nombreux débordements ont eu lieu avec la police: on compterait 5 blessés, dont un député du parti néo-nazi.

Des émeutes ont explosé mardi à Patras, troisième ville de Grèce.Après l'annonce de la mort d'un Grec de 29 ans, présumé avoir été assassiné par des Afghans, les militants de Chryssi Avghi ont effectué une manifestation aucours de laquelle de nombreux débordements ont eu lieu avec la police: on compterait 5 blessés, dont un député du parti néo-nazi.

Les membres du parti se sont ensuite dirigés vers une usine où se trouvent les immigrés. Ils tentent depuis un moment de forcer l'entrée. Une tentative aurait été faite d'y entrer avec un chariot élévateur.

Des bus remplis de membres du parti néo-nazi arrivent à Patras. 4 bus viennent d'arriver alors que 2 ont été stoppés par la police.

Par ailleurs une manifestation anti-fasciste a commencé, et s'oriente vers le centre de la ville, où se trouvent les néo-nazis, tandis qu'on note une forte présence policière pour empêcher tout débordement. Utilisation de lacrymogènes excessive, même sur les civils qui se trouvent autour du lieu.

D'après la police, la situation est "hors de contrôle".

Voir ici la manifestations des membres de Chryssi Avghi.

Η χρυση Αυγη πορεια © KONSTANTINOS FLAMIS

 

 

 

Et ici une vidéo des premiers débordements:

Πάτρα επεισόδια Πειραϊκή πατραϊκή μετανάστες © KONSTANTINOS FLAMIS

 

 

 

La situation a l'air donc très critique. J'essaierai de rajouter des infos au fur et à mesure.

EDIT 23/05 à 13h45: La situation s'est calmée. Bilan: 5 arrestations 22 détentions, 8 policiers blessés. La police a accusé les 350 activistes de Chryssi Avghi d'avoir causé les violences.

Ce soir une manifestation est prévue à 18h pour contester la mort du grec assassiné hier, et pour demander une solution à la présence d'immigrés clandestins. L'extrêmisme de Chryssi Avghi révèle dans sa forme la plus exacerbé toute la teneur d'un problème de plus en plus sérieu ici en Grèce avec l'immigration. La Grèce reçoit 9/10 du total de toute l'immigration européenne, et ne met en aucun cas les moyens pour pouvoir en traiter convenablement.

Sur le sujet, mon camarade Mathieu Martinière a fait un reportage à la frontière avec la Turquie, précisément à Orestiada et Nea Vyssa, où passent des centaines d'afghans, pakistanais etc.. chaque jour.

Voir ses articles:

http://www.regards.fr/monde/grece-aux-frontieres-de-la-crise

http://journal.tdg.ch/grece-batit-mur-frontiere-turque-2012-05-14-0

Les évenements d'hier montrent quelque part que le soutien de Chryssi Avghi provient également d'une approbation de leurs idées sur l'immigration, la gauche étant très loin de proposer des solutions viables.

Enfin, ils montrent combien le climat social est tendu tant du côté du peuple que de la police. Certains parlent d'un risque élevé de guerre civile, et Patras est l'endroit où les conditions sont le plus rassemblées pour une explosion de violence.

A voir mon dernier article.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.