Melextra JET
Translators / Traducteurs
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2016

France opts out of International Conventions on Human Rights

Editor of technological news website Next INpact, Marc Rees, reports that France has requested a derogation from the UN's International Covenant on Civil and Political Rights. Having already temporarily opted out of the European Convention on Human Rights, Rees shows that the French state is therefore currently contravening all of the international human rights agreements it has helped to draft.

Melextra JET
Translators / Traducteurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Image source: United Nations Office of the High Commissioner for Human Rights

Article source: "État d’urgence : la France déroge aussi au Pacte international relatif aux droits civils et politiques" ('ONU soit qui mal y pense'), Marc Rees. Next INpact, 20/01/2016.

After passing the law extending and modifying the State of Emergency, the French government had warned the Secretary General of the Council of Europe that it was to contravene the European Convention on Human Rights (ECHR). Article 15 of the ECHR permits a derogation, in case of war or “other public emergency threatening the life of the nation.” It therefore allows the French authorities to suspend measures guaranteeing privacy or freedom of movement, to ride roughshod over them by holding people under house arrest, and by searching property and computer files without court orders.

A Derogation to “prevent new terrorist attacks”

As anticipated, the United Nations received an identical application on December 3, this time in order to obtain a derogation from the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR): a covenant which contains similar protections of fundamental rights and freedoms.

François Delattre, ambassador and Permanent Representative of France to the UN, notes that the State of Emergency contravenes several articles of the ICCPR, including: Article 9, which guarantees freedom from arbitrary detention and protection of the rights to liberty and security; Article 12, which guarantees freedom of movement; and Article 17, forbidding “arbitrary or unlawful interference” with a person’s private life. “These kinds of measures seemed necessary to prevent further terrorist attacks,” the diplomat claimed.

A Threat to the Nation's Existence

As with the ECHR, the Convenant allows for such a temporary derogation: ‘In time of public emergency which threatens the life of the nation’, as long as the existence of the emergency is ‘officially proclaimed’.

Naturally, in order to conform to the Covenant, the French application cannot simply consist of a letter. While the UN's Special Rapporteurs have been very critical of the French decision, the task of judging the validity of the derogation request falls to to the UN Human Rights Committee, the body responsible for monitoring implementation of the Covenant. The committee has actually created several criteria – including a measure of proportionality – which are stated in this document, with the following core guideline: ‘the restoration of a state of normalcy where full respect for the Covenant can again be secured must be the predominant objective of a State party derogating from the Covenant’.

Meanwhile, the Human Rights League (Ligue des droits de l’homme) has asked a constitutional judge sitting on the French Council of State to suspend the State of Emergency, in whole or in part. The organisation, represented by barrister Patrice Spinosi, argues that the State of Emergency no longer has any reason to be in force, especially in light of critical reports produced by the board of enquiry established by the French National Assembly. Nevertheless, François Hollande’s government seems set to prolong this situation beyond the end of February.

Translated by Alexandre Margat and Rachel Lagrou

Editing by Sam Trainor

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale