Melextra JET
Translators / Traducteurs
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2016

Melextra JET
Translators / Traducteurs
Abonné·e de Mediapart

The State of Emergency in concrete terms

The morning after the State of Emergency was imposed, French interior minister Bernard Cazeneuve outlined its key aspects. This article from the website of national radio station France Info was one of the first to reveal details of the new security measures.

Melextra JET
Translators / Traducteurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article source : "Ce que signifie concrètement l’état d’urgence", Rédaction de France Info

What impact is the State of Emergency having in France today? How does it affect public life, transport, and cultural and sporting events? On Saturday November 14, interior minister Bernard Cazeneuve outlined the key aspects of the measure.

He began by paying tribute to the bravery and effectiveness of the emergency services, the police and security forces. “All of the country's security forces are on high alert, every police officer, gendarme, firefighter and soldier is committed to neutralising the terrorists and ensuring the French people's safety,” he said. “It is thanks to them that France is and will remain standing.”
Ban on demonstrations on the public highway
Cazeneuve pointed out that the State of Emergency was already in force throughout the French mainland. It entails, in certain cases, the right to limit the movement of people and vehicles in determined places and at determined times. Every local préfet thus has the option to set a curfew in the areas within their département that they consider to be at high risk of a breach of public order. They can also set security perimeters around public and private buildings that are likely to be threatened.

The State of Emergency also grants the ability to remove any individual from a specified area or from an entire département if they are trying to hinder the activities of the authorities. Préfets can also requisition services or goods if necessary for the sake of public order.
In designated areas they can also order the temporary closure of auditoriums, bars and various meeting venues, or forbid any demonstration that might pose a risk for its participants.
In central Paris and all neighbouring départements, for example, the police commissioner decided to ban all protests on the public highway until Thursday November 19 2015. A similar decision was taken by the préfets of the surrounding départements during the same week.
Stricter border controls
The inter-ministerial crisis committee sat throughout the night of November 13 in the premises of the Ministry of the Interior. An operational general staff  was also meeting twice a day to manage all measures that fall within the ministry's remit. The interior minister announced an increase in the number of police and gendarmes on duty. Border controls have also been reinstated since November 13. France’s 61 main authorised border crossing points were subject to particularly strict controls by border police and customs officers in the wake of the attacks. Other unofficial crossing points are still being controlled by staff from various other national security forces, including the riot squad and the gendarmerie.
Checks on people travelling to France from abroad by train or plane have also been intensified, as have roadside checks. The ports are subject to special security measures, and security at the international train stations in Paris has been bolstered by police commanders.
Additional security forces throughout the territory
The ranks of the Gendarmerie have been reinforced, with 230 additional officers at the police commissioner's disposal. Two sections of the National Gendarmerie Intervention Group have been redeployed. The army also provided 1,000 extra soldiers, mainly in the Paris region to patrol the streets of the capital.
These reinforcements are intended to support the 30,000 police officers, gendarmes and soldiers who have, for the past few months, been assigned to the protection of 5,000 sensitive areas throughout France, as part of the Vigipirate security plan, Cazeneuve explained.  The intelligence services are also on high alert, and all of the specialist emergency response units are ready to intervene in case of emergency (chemical or radioactive hazard teams, bomb disposal units etc.).
The State of Emergency was initially declared for a period of 12 days, by presidential decree. It was then ratified by act of parliament on November 20, setting a deadline for renewal on February 26 2016. After strong campaigning by President François Hollande and Prime Minister Manuel Valls, the deadline was once again extended until May 26 by a parliamentary vote on February 16 (ed.).

Translated by Marie Luquet and Mélanie Geffroy

Editing by Sam Trainor


Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Énergies
Une livraison d’uranium russe repérée à Dunkerque malgré la guerre en Ukraine
Mediapart a assisté mardi, sur le port du Nord, au déchargement de dizaines de conteneurs et de fûts de substances radioactives en provenance de Russie. C’est la première fois depuis février 2022 qu’une cargaison d’uranium naturel russe est photographiée en France. 
par Jade Lindgaard
Journal
Les auteurs des attentats de Bruxelles vont enfin être jugés
Après un faux départ qui a entraîné un retard de deux mois, le procès des attentats du 22-Mars démarre. Les principaux acteurs du procès des attentats du 13-Novembre, dont Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, sont encore une fois dans le box des accusés.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart