Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2022

Le boss passionne' du foot

Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 16 avril 2014 le boss de la camorra Antonio Lo Russo, qui figurait alors parmi les 100 criminels les plus recherchés d'Italie, a été capturé à Nice.
Il était déjà recherché depuis quatre ans, suite à une condamnation à 20 ans de prison pour trafic de drogue et organisation mafieuse.
Avec lui ont ete' arrete' son cousin Carlo Lo Russo et un troisième homme, dont l'identité n'a pas été révélée.

L'homme était le chef du clan de la Camorra connu sous le nom de "Capitoni di Miano", actif dans les régions napolitaines du Nord de Melito et Mugnano.

Le clan était au centre d'une guerre interne, suite à la décision du précédent chef de l'organisation, Salvatore Lo Russo père d'Antonio, de coopérer avec la justice.
C'est à partir de ce choix que s'est développée une lutte pour la succession à la gestion de l'organisation.
Estime' par son oncle Mario, le frère de Salvatore, comme incapable de succéder à son père après le choix de ce dernier de collaborer, Antonio a ordonne l'élimination des deux régents du clan soutenus par son oncle. Le 5 août 2011, Salvatore Scognamiglio et Salvatore Paolillo ont été tués à l'intérieur du guichet Betting 2000, a Naples.

Avant ce double homicide, il y en avait un autre, celui des criminels de Mugnano Massimo Frascogna et Lazzaro Ruggiero, tués sur ordre du boss Salvatore Lo Russo le 26 juillet 2007.
Après le repentir de ce dernier, par peur d'y être impliqué, de la Pologne où s'était réfugié Antonio téléphoné à ses hommes pour leur ordonner de déterrer les corps des ces deux victimes et de les dissoudre dans l'acide.

Il y a une autre histoire qui lie Antonio Lo Russo à la France, et en particulier au football français.
Le boss de la camorra a déclaré aux magistrats italiens que, avant d'etre arrete'  lorsqu'il a appris que le Paris Saint Germain était intéressé par le joueur du Naples Ezequiel Lavezzi, il allait se mobiliter pour en empêcher la vente.
Ces faits ont été signalés à la Commission parlementaire anti-mafia par Enrica Parascandalo, magistrat de la DDA de Naples.
Ce dernier a déclaré que Lo Russo a ordonné à certains groupes de fans du club de foot du Napoli d'accrocher deux banderoles dans les deux courbes du stade S. Paolo, contre la vente de Lavezzi au PSG.
Le magistrat a souligné que le club Napoli Calcio n'était absolument pas au courant de ce qui se passait.
En échange, le "Pocho" s'est engagé à ne pas être vendu à aucun club de football italien, ce qui s'est effectivement passe'.

Le magistrat a ensuite déclaré que l'amitié entre Antonio Lo Russo et Lavezzi a commencé en 2009-2010, deux ans après l'arrivée du joueur à Naples, grâce à l'intercession d'un ami patron de restaurant.
Le lien aurait été confirmé par le footballeur dans le cadre d'une autre enquête ouverte par le parquet de Naples pour recel, dans la quelle il serait impliqué. 
Après sa vente au PSG  en 2012, Lavezzi aurait tenté d'emporter avec lui à Paris une statue du Parc Archéologique de Pompéi. Le joueur de foot a révélé que c'est un de ses fans de Posillipo qui lui a offert cette statue. Le "Pocho" a ensuite raconté d'avoir accueilli Lo Russo dans sa villa de Posillipo, lors de son séjour avec l'équipe du Napoli.

Les deux auraient bien joué à la PlayStation.
Selon le magistrat Lavezzi communiquait avec Lo Russo par le biais d'un téléphone portable "exclusif" au nom d'une tierce personne, afin d'éviter les interceptions.
Dans le cadre de l'enquête sur Lo Russo, la DDA de Naples a également acquis des photos montrant le boss à l'intérieur du périmètre du terrain de jeu du stade S.Paolo de Naples, à l'occasion de plusieurs matchs de foot du Championnat italienne.

Le magistrat a expliqué à la commission parlementaire que Lo Russo avait un laissez-passer de jardinier. La société où il était formellement employé a révélé que Lo Russo n'avait jamais réellement travaillé pour eux, mais qu'il s'agissait d'une faveur fait à un client. Tout cela s'est passé avant que Lo Russo soit en cavale. (cm)

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Alertée sur les dérives du lycée Stanislas, Valérie Pécresse refuse de suspendre ses subventions
Le conseil régional d’Île-de-France a rejeté un amendement exigeant la suspension des subventions vers le lycée Stanislas après les révélations de Mediapart sur ses dérives. La gauche régionale saisit le ministère de l’éducation nationale pour qu’une enquête sur l’établissement catholique soit ouverte.
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Europe
Lâché pour un mensonge de trop, Boris Johnson finit par démissionner
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique a annoncé jeudi sa démission après une cinquantaine de départs dans son gouvernement. Il a tenté de résister jusqu’au bout, mais la pression de son parti a été plus forte.
par François Bougon
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"