Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2021

Les liens internationaux de l'ancien leader du GUD

Après un procès en France pour financement illégal du Front National, Frederic Chatillon a décidé de déplacer le centre de gravité de ses activités commerciales en Italie, hors du radars des magistrats francais. Mais il n'a jamais quittè ses liens avec la France.

Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'amitié entre Frédéric Chatillon, l'ancien dirigeant de l'organisation d'inspiration fasciste et naziste Groupe Union Dèfense (GUD), et Marine Le Pen remonte aux années 1990, lorsque tous les deux étaient inscrits à l'exclusive faculté de droit d'Assas. 
L'estime et la confiance mutuelles ont renforcé leur lien au fil du temps, à tel point que le jeune Chatillon a été nommé garde du corps de l'ancien leader du Front National.  Après un procès en France pour financement illégal du Front National, par le biais de sa société Riwal sarl, M. Chatillon a décidé de déplacer le centre de gravité de ses activités commerciales en Italie, à Rome, où il réside actuellement avec son épouse.
Ici l'ex chef du GUD il y'a établi un partenariat politique et opérationnel avec l'organisation néofasciste italienne Casapound. 
Le mariage entre les deux il a etè officialisé en 2011, a l'occasion de la guerre en Syrie. Riwal sarl a été chargé par l'ancien général syrien Manaf Tlass de gérer un récit alternatif sur le conflit syrien. Mais le lien entre l'ancien garde du corp de Marine Le Pen et la Syrie remonte aux années 1990. Le site web d'information info.Syrie il è donc cree par Riwal sarl, et aussi la stratégie de communication qui comprenait des attaques contre les journaux les plus autorisés, ainsi qu'une myriade de faux profils sur les réseaux sociaux qui ont fait de la propagande favorable au régime de Damas.  

Les activités françaises confiées au Groupe Erer
En effet, Chatillon n'a jamais définitivement quittè ses liens avec la France. Le 20 juin 2013, il a été créé en France le Groupe Erer, une société par actions simplifiée au capital de 2 000 €, dont le siège social est situé au 76 rue de la Pompe à Paris. Cette société fonctionne de la même manière avec un ou plusieurs partenaires.
Présidée par M. Claude Perrault, la societe' en question a pour objet la prise de participation sous toutes ses formes, en France ou à l'étranger, dans toutes sociétés et en toutes autres forme d'investissement.
Le Groupe Erer avait initialement un capital social de deux mille euros, correspondant à 2.000 actions numérotées d'une valeur nominale d'un euro chacune.
Les actions sont entièrement souscrites et libérées, comme le certifie la Banque Hottinguer, dépositaire des fonds.
Le montant total versé par les actionnaires, soit 2.000 €, a été dûment déposé sur un compte ouvert au nom de la société en cours de constitution, auprès de la banque susmentionnée.
Le 9 août 2013, l'entrepreneur Frèdèric Chatillon a cédé ses 840 actions, sur les 1.200 qui composent le capital de la Sarl Riwal, à la société Groupe Erer.
En exécution de la mission confiée à M. Jacques Boudint, expert-comptable et témoin expert, par le Président du Tribunal de Commerce de Paris, les 840 actions de la Sarl Riwal (dont le capital social est de 180.000 €) apportées par M. Chatillon ont été évaluées à 2.100.000 euro.
En vertu d'une résolution de l'assemblée générale extraordinaire du 7 octobre 2013, le capital social du groupe Erer a été augmenté de 2.100.000 euro. Le capital de la société en question a donc été fixé à 2.102.000 euro.
Selon les conclusions de M. Boudinot, "l'apport de 840 actions dans le capital social de la Sarl Riwal à 2.100.000 € (3.000.000 € : 1.200 actions x 840 actions) n'a pas été surévalué". 
Sur la base d'un extrait des informations disponibles auprès des sources ouvertes, le bénéficiaire final de la Sarl Riwal reste M. Chatillon, malgré le transfert des actions au Groupe Erer.
Cela signifie que le plus grand bénéficiaire effectif du Groupe Erer est M. Chatillon lui-même, puisque 2.100.000 millions des 2.102.000 millions de capital sont constitués d'actions de la Sarl Riwal.  Mais quelle est la valeur du Groupe Erer aujourd'hui ?
Selon le bilan de 2018, les actifs sont passés de 4.696.474 € en 2017 à 5.256.775 € en 2018.
Par contre le valeur des participations, un indicateur important puisqu'il s'agit d'une société holding, est restée inchangée à 2.332.326 €.
En revanche, dans l'actif circulant, la trésorerie et les équivalents de trésorerie sont passés de 30.424 € à 412.269 €. 
Le résultat de l'exercice clos le 30 septembre 2018 s'élève à 8.421 € et a été imputé au compte " report à nouveau ".

Les affaires italienne de M. Chatillon et de son épouse
Selon le registre d'entreprises italien, F. Chatillon possède 79 % du capital social du Gruppo Edda srl, une société holding qui achète et gère des paquets d'actions. 
Dotée d'un capital de 10.000 €, la srl en question a été créée en août 2021 et a pour PDG Gian Luigi Ferretti.
Actionnaire de la holding en question avec 20% du capital est Sighild Blanc, qui est en même temps actionnaire avec Chatillon de Riwal Sarl, avec 13% du capital.
Parmi les sieges d'entreprise occupés par Chatillon, il convient certainement de mentionner celui d'administrateur unique de Riwa Italia srl, une nomination remontant à l'octobre 2014 au sein de la srl qui est actuellement inactive.
D'autre part Marie Pierre, l'épouse de Chatillon, détient 20% de Piesse srl.
Avec un capital de 10.000 euros et un siège social à Latina, 90 kilometres au sud de Rome, la société en question s'occupe de la conception et de la réalisation des logiciels non éditoriaux.
La directrice de la société, Pauline Proietti, détient le 78% des actions, et son mari Umberto Proietti les 2% restants.
Mme Chatillon détenait auparavant une participation de 30% dans Automation Control System (ACS) srl, pour une valeur de 6 millions de LIT (6.000 €).
Cette société, qui a cessé d'exister en 2002, avait pour objet de concevoir, de fournir des conseils techniques et de proposer des modifications aux systèmes d'instrumentation, d'automatisation et de climatisation.
Les associés dans l'ACS srl étaient, avec Mme Châtillon, Immacolata Marson, avec un 30% du capital évaluée à 6 millions de lires (6.000 €), et Giovanni Enrico Palmigiani, avec un 40% évaluée à 8 millions de lires (8.000 €). (cm)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier