Le reseau d'information de Carminati

Les Carabinieri constatent que le "conseil" non sollicité de Carminati, concernant l'avocat de confiance de Mancini, était tout sauf que désintéressé et, au contraire, servait à garantir que le suspect ne communique pas d'informations fondamentales sur l'organisation.

Lupa del Campidoglio Lupa del Campidoglio

Après une affaire judiciaire qui a duré sept ans, l'ancien maire de Rome Gianni Alemanno, accusé dans une branche du procès "Mafia Capitale", a finalement été acquitté par la Cour de cassation de l'accusation de corruption, peut-être la plus grave pour un ancien administrateur de la "res publica". Les juges d'appel ont également établi la nécessité de procéder à un nouveau procès, afin de recalculer la peine en modifiant l'accusation initiale de corruption dans le trafic d'influence.
Les charges se réfèrent à l'affaire de la libération de paiements par Eur spa en faveur du groupe de coopératives sociales 29 Giugno, ayant a sa tete Salvatore Buzzi le chef d'une des deux pretendues organisations criminelles. Alemanno a été condamné en octobre dernier en appel à six ans de prison ferme.


Curieux croisements
Avec les avocats Michelngelo Curti et Domenico Leto, l'avocat Pierpaolo dell'Anno a vu le Parquet de Rome rejeter les accusations portées contre lui de complicité extérieure d'association mafieuse. 
Non seulement il a défendu dans le passè des personnages du poids criminel tels que Michele Senese et Ernesto Diotallevi, mais Dell'Anno a obtenu le mandat de certains des accusés dans l'enquête appelée "Mafia Capitale".
À commencer par Fabrizio Testa, impliquè dans l'enquête ENAV-Finmeccanica (aujourd'hui Leonardo) avec l'ancien conseiller du PDG Piergiorgio Guarguaglini, Lorenzo Cola.
Après avoir été condamné à un an en première instance pour avoir réussi à obtenir pour Selex Sistemi Integrati, qui fait également partie du groupe Finmeccanica, une douzaine de contrats de l'ENAV (Trésor public à 90%), Testa a été pendant six ans membre du conseil d'administration de l'ENAV, l'organisme de contrôle du trafic aérien.
Testa a egalement négocié une peine d'un mois pour une affaire liée à sa nomination en tant que vice-président de Tecnosky. Parrainé par l'ancien maire Alemanno, Testa aurait été, selon les juges de Mafia Capital, le lien entre l'association dirigée par Massimo Carminati et Salvatore Buzzi, et l'administration du Capitole dirigée par Alemanno.
Une autre personnalité impliquée dans l'enquête et défendue par Dell'Anno a etè Riccardo Mancini.
Responsable de la collecte de fonds pour la campagne de l'ancien maire Alemanno ainsi que trésorier de sa fondation Jeune Italie, avec la nomination d'Alemanno a Ministre de l'Agriculture en 2008 Mancini a reçu le poste de PDG d'Eur SpA.

L'arrestation de l'ancien trésorier d'Alemanno
Mancini a été arrêté en janvier 2013 pour une tangente de 600 millions d'euros versés par Breda-Menarini (groupe Finmeccanica), concernant l'appel d'offres pour l'achat de 40 bus produits par l'entreprise italienne.
Selon le parquet de Rome, l'accusation pour Dell'Anno de complicité externe d'association mafieuse remonte au fait que sa nomination en tant que défenseur de Mancini a suivi une série de rencontres avec Massimo Caminati, considéré comme le chef de l'organisation criminel.

Les Carabinieri-Ros ecrivent:

26.09.2012 Mancini Riccardo est soumis à une perquisition
27.09.2012 Massimo Carminati a rencontré l'avocat Dell'Anno près de son bureau.
1.10.2012 Riccardo Mancini a désigné l'avocat Dell'Anno comme son défenseur.

Les écoutes téléphoniques de l'avocat Dell'Anno ont révélé que non seulement lui, mais aussi ses collègues, Leto et Curti, étaient en bons termes avec Carminati.
Des relations amicales, et non professionnelles, qui auraient permis d'utiliser ces ecoutes dans un éventuel procès.
De plus, non seulement les quatre se connaissaient, mais la rencontre Carminati-Dell'Anno avait pour objet la définition de la ligne de défense à adopter pour le client Mancini.
Le Ros écrit : "leurs conversations avaient pour objet, comme cela sera mieux précisé et argumenté ci-dessous, la ligne de défense à adopter dans d'autres procédures contre Riccardo Mancini, ou plutôt comment éviter que ceux-ci, enquêtés et arrêtés dans d'autres procédures, en référence auxquelles Dell'Anno avait été nommé, rapportent des nouvelles nuisibles aux associés".
Par conséquent, les Carabinieri constatent que le "conseil" non sollicité de Carminati, concernant l'avocat de confiance de Mancini, était tout sauf que désintéressé et, au contraire, servait à garantir que le suspect ne communique pas d'informations fondamentales sur l'organisation.


Les déclarations de Mancini
Lorsque Riccardo Mancini il a etè arrêté, Carminati ete' encore un homme libre. Il a etè donc capable de se déplacer, et notamment de se rendre au bureau de l'avocat Dell'Anno pour rencontrer Mancini lui-même. Et ce dernier se serait attendu tout sauf que rencontrer l'ancien NAR. 
Le Parquet de Rome a interprété cette nécessité de  Carminati de connaître, à travers Dell'Anno, les déclarations de Mancini, comme l'une des démonstrations de l'existence de l'association mafieuse.
A cela s'ajoutent nécessairement les prétendues menaces adressées à Mancini par Carminati, menaces proferees lors d'une rencontre a l'entree de l'etude de Dell'Anno, pour l'empêcher de collaborer avec les magistrats. Des menaces qui auraient été exprimees par Carminati a Mancini  et intercepte dans une conversation en voiture entre Salvatore Buzzi et Giovanni Campennì (un proche de Buzzi).
Et, en effet, la capacité de Carminati de connaître, en peu de temps, les déclarations faites aux magistrats par Francesco Ceraudo, le PDG de Breda-Menarini qui avait soudoyé Mancini, dénotait d'un cotè un intérêt spécifique par l'ex NAR, ainsi que la disponibilité d'un patrimoine de connaissances non indifférent. Et dans une autre, preuve des liens avec les avocats de Ceraudo par Carminati.
A ce sujet c'est suggestive lire une conversation interceptè par le Ros, de l'ex NAR lui-même : "Avant de l'appeler (Mancini) s'il y avait quelque chose ils m'appellent". (cm)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.