Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2021

Cette nouvelle droite

Le 26 septembre s'est tenu à Belgrade un sommet entre les principales organisations européennes d'extrême droite, dans le but d'adopter une stratégie commune par rapport à la montée de l'opposition contre les gouvernements en place, en ce qui concerne les modalités de gestion de la pandémie de Covid 19.

Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jeudi 13 octobre, la cour de révision a confirmé la garde a vue pour Roberto Fiore et Giuliano Castellino, respectivement fondateur et dirigeant romain du parti d'extrême droite Forza Nuova. Ils ont été rejoints par l'ex-membre des Nuclei Armati Rivoluzionari, Luigi Aronica, le leader du mouvement "Io Apro" Biagio Passero, ainsi que Pamela Tesa et Salvatore Lubrano, du mouvement "No Green Pass".
Toutes les personnes arrêtées avaient participé, avec d'autres, à l'assaut du siège national du syndicat CGIL, à la suite du cortège non autorisé parti du rassemblement organisé par les mouvements No Vax et No Green Pass a Piazza del Popolo le samedi 9.
"La persistance de l'intention criminelle, écrit le juge à propos du comportement de Castellino, l'usage de la violence et le grave danger pour l'ordre public apparaissent symptomatiques d'une personnalité autoritaire, agressive, incapable de contrôler ses impulsions violentes et, surtout, dépourvue de toute retenue".
Il faut rappeler que Castellino n'aurait pas pu monter sur scène de Piazza del Popolo, et encore moins organiser un cortège non autorisé, puisqu'il est déjà soumis à la mesure restrictive de la liberté individuelle de la "surveillance spéciale", en raison de ses précédentes procédures judiciaires.
Cette semaine, pendant ce temps, le débat se poursuit dans la sphère politique quant à l'opportunité de dissoudre l'organisation politique Forza Nuova, un débat qui arrive peut-être trop tard étant donné que, comme le soulignent Fiore et Castellino eux-mêmes, le parti (c'est la définition correcte étant donné qu'il s'est présenté plusieurs fois aux élections politiques locales), n'est plus opérationnel depuis 2020. Il aurait peut-être fallu y penser à temps, à la lumière de l'enquête du parquet de Rome intitulée "Banglatour".

Cette réunion à Belgrade
Derrière ce qui pourrait apparaître comme une action non planifiée, résultat d'une négociation entre certains organisateurs de la manifestation de la Piazza del Popolo et les responsables de l'ordre public, il y aurait en réalité un plan général partagé par tous les mouvements d'extrême droite européens.
C'est ce qu'a déclaré Mario Parente, directeur des services secrets italiens (AISE), lors d'une audition à la Commission de surveillance des services (Copasir), présidée par le sénateur Adolfo Urso (FdI).
Les deux leaders de Forza Nuova, Fiore et Castellino, ainsi que l'ancien membre de NAR Aronica, avaient l'intention de prendre d'assaut les palais du pouvoir, le Parlement et le siège du gouvernement, dans une sorte de remake en sauce italienne de ce qui s'est passé le 6 janvier dernier au Capitol Hill (Washington), après la défaite électorale de l'ancien président américain Donald Trump à la dernière élection présidentielle.
Selon ce qui a été documenté par l'AISE, le 26 septembre s'est tenu à Belgrade un sommet entre les principales organisations européennes d'extrême droite, dans le but d'adopter une stratégie commune par rapport à la montée de l'opposition contre les gouvernements en place, en ce qui concerne les modalités de gestion de la pandémie de Covid 19, et en particulier aux mesures établies à l'échelle européenne pour la reprise des activités productives et de travail.
Ont participé à la réunion l'ancien président du National Party britannique Nick Griffin, Yvan Benedetti du Parti national français (l'ancienne Ouvre Francaise), le leader du Parti national-démocrate allemand Claus Kramer, Manuel Andrino porte-parole de la Phalange espagnole, Yannis Zogrofos représentant le parti grec Elasyn, le Roumain Cristi Grogoras pour Noua Dreapta et le leader de l'ultra-droite serbe Misha Vacic. 
La stratégie qui aurait été décidée à cette occasion serait de monopoliser les manifestations No Vax et No Green Pass, présentes un peu partout en Europe, pour tenter de renforcer le profil électoral des partis politiques concernés et de l'extreme droite en général, lors des prochaines élections locales et politiques.
Cette stratégie n'est pas nouvelle: il suffit de penser à ce qui se passe depuis quelque temps déjà dans les courbes des stades de football, utilisées pour obtenir un consensus et une notoriété politique, et souvent aussi pour un gain financier, comme l'ont montré de nombreux rapports journalistiques.
En effet de nombreuses enquêtes ont montré dans le passè le rôle joué par les supporters organisés, dont les dirigeants sont très souvent proches des organisations d'extrême droite, auprès des clubs de football. Ces societes de football que leur ont confié la gestion de fan clubs et la vente de produits dérivés (écharpes, maillots, drapeaux, etc.). Dans certains cas egalement la gestion d'une partie de la revente de billets de stade.
L'hégémonie comme un exercice hebdomadaire par les fans infiltrés par des organisations d'extrême-droite, donc, comme l'étaient les affrontements hebdomadaires entre certaines des franges les plus extrêmes des supporters et la police, dans la tentative de cette dernière de gérer l'ordre public lors de certains matchs où s'affrontaient non seulement des clubs de football célèbres, mais aussi des bandes organisées de supporters, avec leurs rivalités historiques et leurs jumelages improbables.

Suivez l'argent
Une enquête journalistique du journal Domani a montré les liens financiers entre le fondateur de Forza Nuova Roberto Fiore (avec Massimo Morsello), ancien fondateur de Terza Posizione expatrié en Angleterre à la fin des années 70 suite à un mandat d'arrêt pour bandes armées, et une partie du mouvement No Vax. 
Dans les années 80, Fiore a pu créer un empire économique au pays d'Albion (propriétaire de 1300 appartements) consistant en l'organisation de logements pour les vacances d'études "Easy London", avec l'aide de l'extrême droite anglaise, en particulier de l'ancien partenaire Nick Griffin, et des fonds de la Ligue de Saint-Georges.
Maintenant, grâce à Domani, nous savons que l'ancien fondateur de TP est le deus ex machina derrière le Saint George Educational Trust basé à Londres. Fondé en 1995, le trust est le coffre-fort qui a très probablement alimenté financièrement Forza Nuova, et qui finance actuellement l'association Vicit Leo, le nouveau taxi politique utilisé par le leader noir.
Créée en juillet 2020, l'association Vicit Leo est née grâce au travail de la gynécologue Luisa Acanfora, ainsi que de son mari Pierfrancesco Belli, ce dernier étant déjà membre de la commission régionale de contrôle de la santé de la region Toscane. Ils ont été rejoints par l'avocat Daniele Trabucco, proche du mouvement No Vax, qui est cité comme constitutionnaliste à la "Libera Accademia degli Studi di Bellinzona".
Officiellement apolitique, Vicit Leo a vu son fondateur le gynécologue Belli, ainsi que Marco Marchi professeur de statistiques médicales à l'université de Florence, participer à l'audition de la Commission de la santé du Sénat dans le cadre de l'enquête "Safe Birth". Belli et Marchi auraient également participé au développement du projet "baby birth", consistant en une bande gonflable créée pour faciliter l'accouchement.
Le projet de création de l'emmaillotage en question (appelé "Fenarete" avec la fourniture d'un approvisionnement initial de 250 bandes à l'autorité sanitaire locale d'Empoli), après avoir obtenu un financement initial de 100 000 euros de la région Toscane en 2014, a été rejeté par les organes de contrôle régionaux.  
Parallèlement, en 2015, le sénateur PDL Aldo Di Biagio et la députée Paola Binetti ont présenté un projet de loi visant à proposer la " bande de naissance " parmi les dispositifs garantis par les niveaux essentiels de soins de santé.

Le canal Telegram
Parmi les outils de communication utilisés par le Saint George Educational Trust, le plus important est sans aucun doute le canal Telegram "Catholic Information Hub", qui compte environ 3 000 abonnés et qui informe les personnes intéressées non seulement des événements liés au Trust, mais aussi des questions relatives à la lutte contre l'avortement et à la vaccination.
Parmi les maximes diffusées en ligne figurent des citations de l'évêque anglais Richard Williamson, célèbre négationniste de l'Holocauste, et de l'archevêque Carlo Maria Viganò, connu pour être l'un des principaux antagonistes du pape François. Entre les divers agréments diffusés sur le web, on trouve également des messages commémoratifs concernant Massimo Morsello, l'un des fondateurs de Forza Nuova, qualifié "ami et bienfaiteur". Récemment aurait circulé en ligne un appel de soutien aux neuf personnes arrêtées, dont Fiore et Castellino, suite aux affrontements de samedi dernier en marge de la manifestation NoVax à Rome. 
A part le lien déjà connu avec le mouvement Pro Life, il existe selon le parquet de Rome un lien très étroit entre Roberto Fiore et une partie de la hiérarchie catholique, en particulier les Lefevbrians, qui étaient dans le passé proches de l'Action Française. 
Hostiles à la papauté de François, définie comme " moderniste ", après avoir été les promoteurs d'un schisme avec l'Église catholique, scission intervenue en 2013, les Lefevbrians seraient actuellement en train d'obtenir une prélature personnelle, comme cela s'est déjà produit sous la papauté de Jean-Paul II avec l'Opus Dei.
C'est ainsi que le pape Francois tente d'apaiser les contrastes avec les disciples de Marcel Lefevbre. (cm)

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel