Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2022

La mafia italienne en France

"Connaît-on l'importance de ce réseau et les services du ministère sont-ils au courant d'investissements réalisés à la suite du blanchiment de l'argent de la drogue ? Par ailleurs, il serait intéressant de connaître les mesures prises pour lutter contre la Mafia en France".

Meloni Claudio
translator - traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite aux assassinats des juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, tous les deux interviewés avant leur mort par des journalistes français sur l'extension du phénomène mafieux en Europe, le 6 août 1992 le député français Xavier De Villepin a remis au ministre de l'Intérieur de l'époque, Paul Quiles, une question ecrite.  "(Le deputat) il souhaiterait obtenir des informations sur l'implantation de cette organisation et sa pénétration dans notre pays" on lit dans le texte de la question ecrite.

Et ensuite: "Connaît-on l'importance de ce réseau et les services du ministère sont-ils au courant d'investissements réalisés à la suite du blanchiment de l'argent de la drogue ? Par ailleurs, il serait intéressant de connaître les mesures prises pour lutter contre la Mafia en France".

La réponse du ministre de l’intérieur viennent donnée quelques mois plus tard, le 10 décembre:

"Les récents attentats qui ont coûté la vie à deux magistrats italiens ont suscité une vive et légitime émotion tant en Italie qu'en France, et en Europe, et ont renforcé les services de police dans leur volonté de lutter plus efficacement contre les manifestations du phénomène mafieux. L'action conjuguée des services spécialisés de la police nationale qui portent leur attention sur des investissements réalisés dans l'immobilier, les loisirs, l'hôtellerie et divers secteurs susceptibles d'attirer des capitaux d'origine frauduleuse n'a pas permis, à ce jour, de révéler l'implantation sur notre territoire de structures criminelles organisées. Cependant, des traces localisées d'activités mafieuses ont pu être ponctuellement détectées et ont fait l'objet de poursuites judiciaires, avec arrestations de malfaiteurs. Les services de la police nationale restent très vigilants et portent un intérêt particulier sur les investissements d'argent sale susceptibles d'être opérés et procèdent, au travers de réunions bilatérales, à des échanges d'informations avec les services italiens. Les préoccupations de la lutte contre la Mafia ont été élargies à l'ensemble des pays européens, par l'établissement de relations entre services de police spécialisées de la CEE. Dans ce cadre, les ministres de l'intérieur et de la justice européens se sont réunis à Bruxelles le 18 septembre 1992 en vue d'étudier ensemble les mesures permettant de lutter plus efficacement contre cette organisation criminelle. C'est ainsi que la lutte contre la criminalité organisée est une mission nouvelle confiée à Europol, Office européen de coopération policière entre les douze Etats membres, qui commencera à fonctionner dès janvier 1993, sous la forme d'une unité Drogues chargée d'échanger des renseignements sur le trafic des stupéfiants. Les ministres ont également décidé la création d'un groupe de travail européen associant des policiers et des magistrats. Ce groupe devra, dans les six mois, faire des propositions pour lutter contre la criminalité organisée de type mafieux. Enfin, les informations émanant des différents services feront l'objet d'une centralisation au sein du ministère de l'intérieur et de la sécurité publique dans la perspective de dégager une vue d'ensemble du phénomène sur la France et de l'analyser, ce qui permettra d'engager des actions particulières. Pour ce faire, le ministre de l'intérieur et de la sécurité publique a annoncé, lors de la conférence de presse qu'il a tenue le 24 septembre 1992, la création, au sein de son ministère, d'une cellule de coordination du renseignement et d'action anti-mafia auprès du directeur général de la Police nationale : l'UCRAM". (cm)

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — Europe
« Années de plomb » : avis défavorable à l’extradition de dix anciens militants d’extrême gauche italiens
La cour d’appel de Paris a prononcé mercredi un avis défavorable à l’extradition de dix anciens militants d’extrême gauche italiens réclamés par l’Italie pour des faits de terrorisme commis lors des « années de plomb » dans les années 1970-1980.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux