Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2019

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Non, Mme Ndiaye, le burkini ne pose pas de problème d'hygiène

Cafouillage au gouvernement entre la porte-parole qui évoque des normes d'hygiènes, inexistantes selon le ministère des sports. Ce même ministère alerte sur les « discriminations indirectes pour des raisons religieuses » qui résulteraient d'une invocation sans preuve de l'hygiène.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La loi républicaine n'interdit pas cette tenue, ni à la plage (comme l'a rappelé le Conseil d’État en annulant les arrêtés municipaux qui le prohibaient à la fin de l'été 2016), ni à la piscine, comme l'a rappelé la décision du défenseur des droits n°2018-297 publiée le 12 décembre 2018.

Le Défenseur des droits a été saisi par une femme, Madame X. Un établissement municipal lui a refusé le droit de se baigner en burkini en juillet 2017. Le règlement intérieur a été modifié lors de son séjour. À l'arrivée de Mme X, le 8 juillet, il ne prohibait explicitement que de « se baigner habillé» et imposait le « slip de bain » pour les hommes et « les maillots de bain » pour les femmes. Mme X fait alors l'objet d'injures de la part de vacanciers. Le 14 juillet, le directeur lui remet un règlement qui a été modifié. L'interdiction du burkini a été rajouté.

Après une tentative de conciliation par l'intermédiaire du CCIF (Collectif Contre l'Islamophobie en France), Madame X saisit le Défenseur des droits qui, après enquête contradictoire, où l'établissement a été incité à réagir et à développer de nouveaux arguments justifiant l'interdiction au fur et à mesure que les précédents tombaient, conclut que cette interdiction constitue bien une discrimination.

Le premier argument apporté par l'établissement est celui de l'hygiène. C'est celui qui nous intéresse ici. On se reportera à la lecture de la décision pour tous les autres motifs invoqués pour justifier une interdiction.

L'argument de l'hygiène est décliné à l'envi, de la gauche dite universaliste à l'extrême-droite, en passant par la France Insoumise. Ce matin, sur BFM, la porte-parole du gouvernement évoquait sans citer de sources précises des « normes » d'hygiène : « Vous ne pouvez être ni topless, ni en burkini dans une piscine, et ce pour des questions d'hygiène et de sécurité. Ça n'est en aucun cas le fait de normes qui ont été édictées pour empêcher des personnes de telle ou telle communauté religieuse »

Or, le Défenseur des droits a cherché de telles normes qui justifieraient une interdiction : elles n'existent pas. Le Code de la santé publique et le Code du sport imposent des normes d'hygiène et de sécurité mais « aucune disposition législative ou réglementaire ne traite spécifiquement des tenues vestimentaires ». Cela implique que ce point soit laissé à l'appréciation des établissements, à conditions que le règlement intérieur respecte les principes élémentaires de droit. Or ce que la loi n'interdit pas est a priori autorisé.

Le Défenseur des droits a contacté Santé Publique France, qui s'est déclaré incompétente, et la direction juridique du ministère des sports. Sur les questions d'hygiène, "le ministère des sports n’a pas relevé a priori d’incompatibilité de principe ou de risques majeurs et/ou spécifiques au port du burkini en matière d’hygiène et de sécurité. D’ailleurs, plusieurs piscines autorisent le port du burkini."  Il rappelle bien que le Code de la santé publique ne précise rien, que les établissements sont compétents pour décider, mais qu' une interdiction ne pourrait être légale « que sur la base de raisons objectives telles que l’hygiène et/ou la sécurité, mais aussi démontrables afin de ne pas aboutir à une discrimination indirecte pour des raisons religieuses ».

La porte-parole du gouvernement dément donc, sans apporter la moindre source, un des ministères qu'elle est censée représenter. Et en évoquant des « normes » qui n'existent pas, en refusant s'apporter des démonstrations d'un problème d'hygiène spécifique au burkini, elle incite donc, malgré ses dénégations et au dire même du ministère des sports, à des discriminations indirectes pour des raisons religieuses.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez