Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

191 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2018

L'homophobie tue. La Croix la banalise

Le quotidien envoie à ses abonné-es des tracts de la Manif pour tous, malgré ses liens avec un complice de pédophiles, malgré sa haine des personnes LGBT, malgré les agressions homophobes en hausse à chacune de ses campagnes. Faut-il en passer par un appel au boycott de ce quotidien pour obtenir réparation ?

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tract de la Manif pour tous aux abonné-es. Photo de E. Goubert

Le journaliste Emmanuel Goubert annonce aujourd'hui sur Twitter avoir reçu un tract de la Manif pour tous dans son numéro du jour de La Croix. Il précise ensuite : « Contactée, la rédaction de La Croix précise qu'il s'agit d'une "publicité" envoyée à une partie des abonnés seulement, en fonction de régions, avec le journal du jour. "Il ne s'agit pas d'un article" me précise-t-on. »

© egoubert

La Croix confirme donc un partenariat publicitaire avec la Manif pour tous, dans certaines régions. Le tract reprend la litanie lesbophobe contre l'ouverture de la PMA (Procréation médicalement assistée), litanie proférée au nom de la protection de l'enfance.

La Manif pour tous est l'organisation qui a fait marcher à ses côtés le cardinal Barbarin, mis en examen pour avoir couvert des agressions sexuelles sur des enfants par des prêtres. Ses responsables relativisent pour l'essentiel la gravité des accusations. A quelle légitimité ose-t-elle prétendre en parlant de protection de l'enfance, elle qui n'a toujours pas réagi aux scandales pédophiles au sein de l’Église catholique ? Comment La Croix peut-elle relayer une telle hypocrisie sur la protection de l'enfance, alors qu'elle diffuse aujourd'hui une chronique de Frédéric Boyer sur le sujet, où on peut lire : « La communauté ecclésiale ne peut être le lieu de l’étouffement des secrets, de l’évitement des responsabilités, du refus de culpabilité. Nous ne voulons pas de l’Église du mensonge ou de la lâcheté » ? Relayer les mensonges d'une organisation alliée à un complice des pédophiles, est-ce aller dans ce sens ?

La Manif pour tous est l'organisation qui fait censurer des campagnes de prévention du VIH. La Croix, qui dispose de journalistes très compétents sur la pandémie de sida, est bien placé pour connaître les ravages de l'épidémie au sein des homos et des trans mais n'a aucun scrupule à s'associer avec une organisation qui nous hait tellement qu'elle travaille encore à l'extension de la maladie dans nos communautés.

La Manif pour tous est l'organisation dont les campagnes se suivent de pics d'augmentation des agressions contre des personnes LGBT. Les rapport de SOS Homophobie de ces six dernières années en font foi. Quand on explique que les homos et les trans sont des sous-citoyen-nes, que leur accorder les mêmes droits est dangereux pour les enfants, pour la famille, pour la société, quand les politiques et les médias, comme la Croix, prennent ce discours pour une « opinion » valable, la relaient et la soutiennent, il ne faut pas s'étonner que les passages à l'acte soient plus faciles. Il ne faut pas s'étonner du surtaux de suicide chez les jeunes LGBT – et les journalistes de La Croix pourront commencer à en explorer les raisons dans les envois que leur responsable pub fait.

La Manif pour tous est l'organisation qui désinforme sur l'éducation à la sexualité à l'école, instrumentalisant le fossé qui peut séparer des familles et l'Education nationale pour effrayer, stigmatiser les profs, les féministes, les militantEs LGBT. Mais La Croix valide leur discours.

La Croix va-t-elle réparer cette faute éthique majeure ? Par exemple en proposant aux associations de familles homoparentales, aux associations de lesbiennes et de trans le même partenariat ?

De leur côté, le lectorat abonné de La Croix va-t-il laisser faire ? Allons-nous continuer à tolérer qu'une organisation de toutes les haines soit reconnue comme « interlocutrice » malgré les dégâts qu'elle fait sur les vies, les droits, la santé et la dignité des personnes ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social