Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 oct. 2018

Lettre ouverte à Emmanuel Macron sur la brutalité et l'homophobie de sa politique

"Quand il s'agit de démanteler le droit du travail ou celui des étudiantEs, vous n'hésitez pas à user de toutes les armes de la brutalité de l’État, y compris les armes illégales d'un Benalla. Et nous devrions vous croire quand vous nous affirmez que c'est pour éviter toute brutalité que vous entendez encore retarder l'égalité des droits et la reconnaissance de toutes les familles !"

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Président,

Dans un article du Journal du Dimanche, vos proches vous font souhaiter une énième consultation pour savoir si l'égalité doit s'appliquer à toutes les familles, notamment aux couples de lesbiennes. Ils vous font dire : «  Sur ces sujets plus intimes, ne comptez pas sur moi pour passer à la hussarde, il n’est pas question de brutaliser les consciences. ».

Or, l'ouverture de la PMA n'est pas un « sujet intime », mais une question politique. Reconnaitre toutes les familles, corriger inégalités et discriminations, n'est pas « brutaliser les consciences ». Vous vous êtes livré à un de vos sports favoris : l'inversion des violences et des droits.

Maintenir une hiérarchie de la société autour de l'orientation sexuelle serait donc selon vous de la diplomatie. Vous sacrifiez nos vies, nos droits, nos familles aux homophobes.

Vous n'avez pourtant pas hésité à « brutaliser les consciences », la démocratie parlementaire, mais aussi les paroles et les corps dissidents, quand vous avez démantelé le droit du travail à coup d'ordonnances, sans tenir compte des manifestations massives dans la rue. Ces manifestations de rue  ont été réprimées dans la sang par les forces de l'ordre officielles, assistées de barbouzes qui comptent parmi vos proches. Ce n'était pas votre première fois : la loi qui porte votre nom, votée sous une mandature à laquelle vous avez participé pleinement, et qui entamait ce long travail de sape du droit du travail, est aussi passée contre la démocratie parlementaire et grâce à une répression violente des manifestations.

Ainsi, donc, quand il s'agit de démanteler le droit du travail ou celui des étudiantEs, vous n'hésitez pas à user de toutes les armes de la brutalité de l’État, y compris les armes illégales d'un Benalla. Et nous devrions vous croire quand vous nous affirmez que c'est pour éviter toute brutalité que vous entendez encore retarder l'égalité des droits et la reconnaissance de toutes les familles, alors que les opposantEs homophobes ne sont qu'une petite minorité dotée de forts moyens et pour beaucoup construite par les médias ?

Votre légitimité est faible : 18 % au premier tour, un appel à faire "barrage à Le Pen" au second tour. Mais la brutalité de votre politique est inversement proportionnelle. Elu pour contrer le FN, vous en appliquez la politique. Vous avez affamé, assoiffé des migrantEs. Vous enfermez des enfants. Vous laissez des milices suprémacistes empêcher des sauvetages en mer. Vous faites enfermer des militantEs des droits humains. Vous déportez des malades du sida dans des pays où ils et elles ne pourront se soigner, des homos, bis ou trans dans des pays où elles et ils seront persécuté-es ou tué-es. Vous faites insulter par votre ministre de l'intérieur les associations humanitaires. Cette brutalité là, réelle, physique, morale, politique, elle ne vous a jamais fait peur.

La brutalité est au contraire inhérente à votre politique, elle en est le coeur: contre les retraitéEs, les salariéEs, les étudiantEs, les agriculteurRICEs, les personnels de l'éducation nationale, les chômeurSEs, les victimes de racisme, les habitantEs des territoires dit d'Outre-Mer, etc, etc. Contre l'environnement et les écosystèmes, contre la biodiversité. Contre le pluralisme et la démocratie.

Et soudain, vous entendez préserver les homophobes de toute « brutalité » en maitenant les inégalités et l'ordre hiérarchique homophobe de la société. Ce qui est brutal, Monsieur le président, c'est que les agressions LGBT-phobes rapportées explosent, et que vous ne faites rien. Vous ne dites rien. Une femme trans est assassinée au bois de Boulogne et la secrétaire d'Etat en charge attend une semaine pour réagir, et ne met toujours pas à l'ordre du jour le changement d'état civil inconditionnel pour les personnes trans. Des couples d'hommes et de femmes témoignent des agressions physiques, et vous vous en foutez, tout entier tourné vers celles et ceux qui nourrissent la haine à l'origine de ces agressions. Le surtaux de suicide frappe les jeunes personnes LGBT, et vous vous en foutez. Le président d'une association familiale nationale dit « le problème n'est pas que les pédés », et personne ne dit rien dans votre gouvernement ni dans votre majorité. Nos familles ne sont pas reconnues, elles sont insultées et vous défendez, encore et toujours, les responsables de ces insultes. Tout cela vous a été rappelé sous le hastag #CeQuiEstBrutal.

Je ne vais pas faire semblant d'être surpris ou indigné. L'homophobie, comme le racisme, vous savez la récompenser : vos ministres ou vos députés ennemis de l'égalité en témoignent. Tout comme au Printemps dernier où vous avez vendu l'IVG et les familles homoparentales aux évêques, en pleine contestation sociale, vous pensez encore acheter la paix sociale auprès des mêmes forces, avec la même brutalité homophobe assumée. Votre cynisme en la matière, comme en tant d'autres domaines, économiques, sociaux, juridiques, est avéré, documenté, et l'indignation morale ne sert à rien face à vous, car de morale, vous n'en avez aucune, si ce n'est celle qui enrichit les plus riches.

Mais la question que vous devriez vous poser n'est pas morale. Elle est stratégique. Croyez-vous vraiment que les allié-es que vous entendez vous faire auprès de la Manif pour tous vous seront fidèles ? Regardez Gérard Collomb, bien fidèlé pour conduire votre politique raciste, bien pressé aujourd'hui de retrouver sa Manif pour tous à Lyon.

Et inversement, croyez-vous réellement que les personnes que vous sacrifiez vont rester gentiment sans rien faire pendant le temps que vous pensez encore économiser avec un énième comité de réflexion ? Pensez-vous que l'attentisme plein d'espoir à votre égard, qui a marqué les grandes organisations LGBTI, va se maintenir alors que vous accumulez les insultes à notre égard et que vous cautionnez l'homophobie ? Croyez-vous que ces personnes ne vont pas rejoindre les luttes en cours sur toute votre entreprise de démantèlement des droits, notamment contre votre politique raciste et inhumaine à l'égard des migrantEs, contre le sacrifice des services publics de santé et d'éducation ? Pensez-vous réellement que nous allons encore perdre du temps à discuter avec votre comité Théodule, au lieu d'établir des alliances qui vont vous surprendre ? Le temps que vous pensez gagner, nous serons certain-es à l'exploiter pour rappeler à notre communauté une réalité qu'elle a parfois oubliée : tous nos droits, nous les avons acquis par la lutte, pas par la bonne volonté de dirigeantEs. Ne voyez-vous pas que là où vous auriez pu contenter à peu de frais, au vu des sondages d'opinion sur la PMA, des personnes que vous tenez pour négligeables, vous ouvrez un nouveau front alors que vos « fidèles » désertent, que la violence de votre politique n'a jamais été autant dénoncée et que les convergences sur les sujets les plus divers s'esquissent enfin ?

Sans brutalité, mais sans cordialité aucune,

Jérôme Martin

Photo de Une : Par EU2017EE Estonian Presidency [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin