Mantes-la-Jolie : Blanquer veut du "contexte" ? En voici.

J'ai participé au rassemblement à Mantes-la-Jolie en protestation aux arrestations massives et humiliantes d'hier. Il y avait plusieurs dizaines de personnes, profs, parents, élèves dont certains ont fait partie des jeunes arrêtés, et beaucoup de médias. Quelques infos collectées :

 

selection-999-426

- Les premières images vidéo viennent d'un policier qui a filmé la scène avec comme commentaire « en voila une classe bien sage ». ll l'a fait supprimer ensuite, apparemment sur ordre de la préfecture, mais les réseaux sociaux avaient déjà capté le film qui témoigne d'une véritable volonté d'humilier et d'un sentiment d'impunité incompatibles avec la simple gestion d'un regroupement violent.

- Les jeunes ont dû rester deux heures dans la position où on les voit.

- Des jeunes se sont pris des tirs de flash ball.

- De nombreux jeunes arrêtés juste devant la grille du lycée n'étaient que de simples badauds qui n'avaient pas participé au cortège sauvage. L'information est confirmée par des profs qui étaient à la grille et leur demandaient, trop tard, de rentrer.

- Des jeunes ont vu leur garde à vue prolongée au motif qu'il fallait voir toutes les vidéos avant de les libérer. On a donc franchi les 36 heures de GAV.

- Sur les 50 arrêté-es, la police a trié ceux qui avaient des objets suspects dans leur sac et d'autres non, mais ont arrêté tout le monde. Ils ont libéré d'abord les jeunes filles, les plus jeunes après vérification d'identité. Le reste a été en GAV avec libération de certain-es selon des critères qui sont obscurs.

- Certains arrêtés sont dans de lointains commissariats : Trappes, Plaisir. Certains parents n'ont pas de véhicule pour aller les chercher.

- Tous les jeunes et les parents avec qui j'ai discuté m'ont indiqué venir à Paris demain samedi pour la manif des gilets jaunes, ce qu'ils n'auraient pas fait sans cette arrestation.

- Enfin, Mantes a été le lieu en 1991 d'émeutes similaires, où le jeune Aïssa a été arrêté (l'enquête montrera qu'il n'avait pas participé aux émeutes), enfermé dans une cellule où il est mort d'une crise d'asthme pendant la nuit, alors que les gendarmes et le médecin de garde refusaient que la famille lui apporte sa ventoline.

Plus de témoignages :

 - dans le live-tweet que j'ai réalisé ce matin :

© peabodyjoshua

 - sur le compte twitter de Sihame Assbague. On notera notamment ce passage : "Yasser explique que ses camarades & lui se sont retrouvés à 15 dans une cellule prévue pour 5 : "Moi j'ai dormi par terre, il y en a ils ont essayé de se serrer sur les banquettes mais il n'y avait pas de place." Il est sorti aujourd'hui avec un rappel à la loi."

© s_assbague

 

© s_assbague

- sur le compte Twitter de Sud Education 78 :

© sudeduc78

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.