L'ordre républicain en marche

Journal des répressions en cours pendant cette journée de mobilisation. Article mis à jour tout au long de l'après-midi.

⇒ 16 h 30 Parce qu'ils ont co-organisé et maintenue la Marche pour le climat, interdite au dernier moment par la préfecture, et alors même qu'elle s'est déroulée dans le plus grand des calmes, le président des Amis de la terre et un membre du Mouvement pour une alternative non violente sont placées en garde à vue.

© reporterre

 

⇒ 17 h 54. Le Journal du Dimanche indique qu'un de ses photographes a été "frappé à deux reprises par un CRS" . Le journal demande à la Préfecture de police des explications.

© lejdd

 ⇒ 15 h 56 Julien Coupat et des amis arrêtés préventivement ce matin n'ont donc pu manifester. Ils sont arrêtés pour prévenir un « groupement en vue de commettre des violences »Pour son avocat, "les services de renseignement voulaient se venger de Tarnac de l'humiliation qu'ils ont subie et c'est de nouveau un échec." De toute évidence, l'ordre républicain n'a pas fini de s'humilier.

© lundimat1

⇒ 13 h 41 Le Monde fait état de policiers de la BAC tirant à hauteur de la tête, sciemment, prenant pour cible des photographes pourtant identifiables.


© emmanueldi

 

⇒ 8 h 10 à Dijon : jet de grenade de décencerclement... sur un seul manifestant, ne représentant aucun danger.

© gguerin82

 

 

⇒  14 h 31 Justifier les violences aveugles, les atteintes au droit de la presse et au droit de manifester demande à BFM Télé quelques circonvolutions.

© afanp2c

⇒ 14 h 16. Après avoir expliqué qu'il avait rarement eu aussi peur en manif, ce photoreporter témoigne de la présence de blindés et des menaces des tirs au flashball.

© stuvpic

⇒  13 h 56 : "Des gens agenoullés devant des chars. La police qui leur tire des lacrymos dessus."

© crowdagger

⇒  13 h 33 : On fait état de deux journalistes du Parisien blessés au flashball.

© lobs

 

⇒13 h 24 :  Un homme bras en l'air reçoit un tir de flash ball quasiment à bout portant. Dans le même temps une grenade est envoyée sur la presse pourtant clairement identifiée.


© steph_roy_

⇒ 13 h 16 Paris. Usage intense de grenades GMD par les forces de l'ordre sur les Champs-Elysées. Un reporter s'étonne de ce nombre.

© expliciteja

⇒ 13 h 06 Le cortège pacifique du Claq et d'autre est scindé par une nasse, des lacrymo et des canons à eau, sans aucune justification.

© claqcontact

 

⇒ 13h: boulevard haussmann, les forces de l’ordre viennent littérralement d’arroser les manifestants assis de gaz lacrymogène (sans raison apparente). Jet de dizaines de grenades simultanément. Atmosphère irréspirable. Et le canon à eau avance.

© labasofficiel

Voir aussi la vidéo à ce lien. 

⇒ 12 h 38. Paris du côté des Champs-Elysées. Un manifestant perd un oeil après un tir de flashball.

© lucasjaniszews2

 

⇒ 12 h 21 : un reporter du Parisien se prend un tir de flash ball dans la nuque.

© yannforeix

⇒ 12 h 03 :  Avenue de la Grande Armée, la police charge des manifestantEs alors qu'elles et ils sont à genoux.

© lci

⇒ 9 h 01. Témoignage d'un photoreporter sur la confiscation du matériel de protection. Ces témoignages se multiplient de la part de tous les manifestantEs au long de la journée. Un manifestant s'en plaint aussi sur I Télé.


© stuvpic

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.