Ils insultent les victimes de la Shoah (1) : JD Flaysakier

Le journaliste condamne des références au passé nazi qu'il est pourtant le premier à faire de la façon la plus outrancière. Il participe à une campagne de harcèlement de la sénatrice Esther Benbassa, allant jusqu'à utiliser un ressort antisémite.

selection-999-1128

Lors de la marche nationale contre l'islamophobie du 10 novembre, plusieurs manifestant-es portaient un symbole, musulman, rappelant en même temps l'étoile juive. Quelques pancartes comparaient la situation des musulman-es aujourd'hui en France à celle des juif-ves dans les années 30 et 40 en Europe.

Cette comparaison a provoqué de vives critiques de personnes se réclamant de la lutte contre l'antisémitisme et du respect de la mémoire des victimes de la Shoah. Parmi ces personnes, le journaliste Jean-Daniel Flaysakier s'en est particulièrement pris à Esther Benbassa. La sénatrice EELV avait publié une photo d'elle aux côtés de manifestant-es, dont une petite fille qui portait ce symbole.

flyskier-merde

flaysakier-kapo

flaysakier-truie

« Grosse merde », «kapo» et à nouveau «merde» dans le même tweet, ou encore « truie » : ces insultes, dont celle sexiste et grossophobe, n'ont rien à voir avec le débat d'idées qu'un tel symbole peut susciter légitimement. Leur caractère injurieux et répétitif relève clairement du harcèlement. Invoquant le respect des victimes de l'antisémitisme nazi, Jean-Daniel Flaysakier ne peut par ailleurs pas ignorer le caractère antisémite de l'insulte « truie » lancée à une femme juive. Reprenant le thème de « truie à juifs » (Judensau) de l'antisémitisme chrétien, les nazis ont systématisé les insultes « Saujude » ou « Judenschwein » (Cochon de juif). Le journaliste prétend donc défendre la mémoire des victimes juives de la Shoah en réutilisant un vieux motif antisémite utilisé contre ces mêmes victimes – et de façon multiséculaire, par tous les antisémites européens.

Le 7 octobre 2019, Jean-Daniel Flaysakier parlait du rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, en ses termes : « Ce minable collabo m’a bloqué depuis un bout de temps. (...) Il a l’ame d’un vrai traitre. »

flaysakier-collabo

En traitant le rapporteur de l'Observatoire de la laïcité, de collabo, le journaliste insulte la mémoire des victimes de la déportation et de la politique de Vichy. Faute d'arguments de fond pour exprimer un désaccord sur la laïcité, il instrumentalise la Shoah. En s'arrogeant le droit d'instrumentaliser un crime contre l'humanité pour une attaque si basse, tout en refusant à des musulman-es toute référence à ce passé, Jean-Daniel Flaysakier prouve que la dignité des victimes de la Shoah ne l'intéresse pas. Il ne veut qu'un prétexte à son racisme islamophobe.

Je réaffirme tout mon soutien à Esther Benbassa.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.