Olivier Galzi, islamophobie et galvaudage du nazisme

Mercredi matin, le présentateur de LCI a comparé le voile à un uniforme SS. Je relaie ici mon signalement au CSA et rappelle l'origine de cet amalgame, insultant à la fois les musulman-es, mais aussi les victimes du nazisme.

olivier-galzi-lci-rentree-2019-2400x1350-01-384ee4-0-1x

Voici mon signalement au CSA (Chaîne : LCI. Nom de l'émission : 9 h Galzi Heure : 9h 40)

"Lors d'un débat sur la question du port du voile et d'une éventuelle interdiction de ce signe religieux, l'animateur en charge, Olivier Galzi, a posé une question faussement innocente : "Ne pourrait-on l'interdire comme on interdirait un uniforme SS ?"

LCI avait diffusé dans son intégralité et sans aucun recul éditorial ou critique le discours d'E. Zemmour à une convention d'extrême-droite, dans lequel il assimilait islam et nazisme. La question d'Olivier Galzi procède du même amalgame.

Le propos est évidemment insultant envers toutes les musulmanes portant le voile et de nature à inciter à la haine, aux discriminations raciales ou convictionelles. Il est aussi indécent pour les victimes de l'Holocauste, réduites à un alibi pour manifester son racisme. Il galvaude le nazisme, transformé en simple épouvantail destiné à engendrer la peur islamophobe. Enseignant, je travaille avec les élèves à une compréhension de la singularité du nazisme et de la destruction des juifs et des tsiganes d'Europe. Comment le faire quand des médias galvaudent à ce point ce crime contre l'humanité et s'en servent pour discriminer les musulmans ?

Des sanctions contre la chaine sont indispensables."

Je rappelle au passage que l'assimilation de l'islam au nazisme n'a pas été inventé par Eric Zemmour. Polémiste qui n'existe médiatiquement que par son islamophobie, Céline Pina avait comparé le voile à un brassard nazi.

Mais, à ma connaissance, cette comparaison a été posée par Elisabeth Badinter, Alain Finkelkraut, Régis Debray, Elisabeth de Fontenay et Catherine Kinzler en novembre 1989, dans leur tribune qui interpellait de façon grossière Lionel Jospin sur la première "affaire du voile" à Creil. Alors ministre de l'Education nationale, Lionel Jospin avait légitimement demandé au Conseil d'état son avis sur le droit encadrant le port de signes religieux à l'école. Ce geste avait alors été qualifié par le cinq signataires de "Munich de la République", donc un pacte avec les nazis. La comparaison faisait de Lionel Jospin un Daladier, et de jeunes femmes musulmanes et leur famille des criminel-les contre l'humanité prêt-es à envahir l'Europe.

Que des autoproclamé-es universalistes fournissent depuis 30 ans à l'extrême-droite des élements de langage islamophobes devrait faire réfléchir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.