Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 août 2018

"Notre collègue Vanessa Campos a été assassinée" Communiqué d'Acceptess Transgenre

"Une pute qui meurt c’est un peu comme un personnage de jeu vidéo qu’on tue, ce n’est pas grave. C’est un peu comme une blague sexiste, on en rit, puis on passe à autre chose." Je relaie le communiqué de l'association de personnes trans, Acceptess-T, suite au meurtre d'une travailleuse du sexe trans dans la nuit du 6 au 7 août. Aucune réaction politique n'a suivi ce meurtre transphobe et raciste.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une fois de plus nous sommes sous le choc. Dans la nuit du 16 au 17 août, nous avons reçu plusieurs messages et appels de collègues du Bois de Boulogne signalant l’agression et la mort de Vanessa.

7 à 8 hommes s’en sont pris à elle. Cela fait suite à d’autres agressions antérieures. Il s’agirait probablement d’une bande d’hommes qui agresse régulièrement les travailleuses du sexe et leurs clients pour les voler. Ce phénomène de bandes visant les travailleuses du sexe tend actuellement à se développer dans toute la région Ile de France. Celles qui tentent de s’organiser pour se défendre et les chasser sont ensuite prises à partie séparément.

Aujourd’hui nous pleurons cette perte et nous sentons comme d’habitude abandonnées. Les assassinats de femmes trans travailleuses du sexe n’ont rien de rare. C’est un phénomène récurrent et régulièrement nous tentons d’alerter l’opinion publique et les autorités sur ces violences. Malheureusement comme toujours, nous nous retrouvons seules.

Pourquoi la vie des femmes trans migrantes travailleuses du sexe importe-t-elle si peu ? Pourquoi nos morts sont-elles traitées uniquement comme des faits divers ? Pourquoi les journalistes sont-ils si ignorants ou si irrespectueux qu’ils titrent sur la mort d’ « un prostitué travesti » et continuent de nous mégenrer jusque dans la mort ? La vie d’une pute ne compte-t-elle pas ?

Nous avons en nous cette étrange impression que nos morts ne suscitent aucune émotion. Pour nous, il n’y a jamais de deuil national. Il n’y a jamais de commémoration officielle. La classe politique reste muette. Une fois les articles de presse sensationnalistes passés, c’est le retour au silence, et on doit retourner travailler la peur au ventre, en attendant d’être peut-être la prochaine.

Nos morts sont normalisées. Une pute qui meurt c’est un peu comme un personnage de jeu vidéo qu’on tue, ce n’est pas grave. C’est un peu comme une blague sexiste, on en rit, puis on passe à autre chose.

Une femme trans tuée, ça ne reste qu’un « travelo », cette insulte qu’on entend tous les jours de la part des passants, et cette remarque à laquelle on fait face toute sa vie, y compris dans des mouvements politiques qui se disent progressistes et féministes:

« Tu n’es pas une vraie femme ». Et nous comprenons parfaitement ce que cela signifie, à savoir que nous ne faisons pas partie de cette humanité normale qui a droit au respect de sa vie. Nous sommes traitées comme une sous espèce, qu’on peut écraser comme un insecte, au point que la police, ceux qui sont payés pour protéger les citoyens normaux, nous harcèle quotidiennement, nous colle des amendes et détruit nos tentes au cutter, nous appelle « monsieur » pour nous humilier, et nous place en détention dans des cellules pour hommes, où nous sommes agressées par nos codétenus.

Acceptess Transgenre, 17 août 2018

Communiqué original

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes