Macron, le lobby pharmaceutique nuit aux malades – et aux candidatEs d'En Marche !

Communiqué des Irrécupérables, qui salue la victoire de la mobilisation activiste : Agnès Buzyn apporte un soutien relatif à la résolution obligeant à une transparence sur les prix des médicaments. Mais le lobby pharmaceutique fait pression. Il faut donc rester mobiliser pendant la session de l'Assemblée mondiale de la Santé.

Après une journée et demi de mobilisation des activistes, la ministre de la santé a enfin apporté son soutien, tout relatif, à une résolution mondiale sur la transparence des prix des médicaments. Le LEEM, lobby des industriels du médicament, qui organise aujourd'hui dimanche 19 mai un évènement à Genève, et qui était prêt à sabrer le champagne, est furieux et fait pression, notamment sur l'Elysée, pour que la France fasse marche arrière.

leem

Malgré son explicite soutien à la résolution “italienne” sur la transparence des prix des médicaments qui devrait être présentée à l’ordre du jour de la 72ème assemblée mondiale de la santé (AMS), Agnès Buzyn est restée bien vague : “la France est un pays engagé en faveur de plus de transparence sur le médicament. C’est pourquoi elle soutient la résolution sur ce thème et cherchera à la co-parrainer dès lors que la résolution sera suffisamment forte et applicable.” Sur Twitter, l’ambassadrice Stéphanie Seydoux a quant à elle déclaré : “La France, précurseur de la transparence sur le médicament, soutient la résolution à l’AMS. Notre objectif est de la parrainer, et nous oeuvrons pour un texte fort, c’est à dire, applicable. Merci pour votre engagement et votre vigilance. Restons mobilisés”

Ce sont nos médicaments !

Nous nous félicitons de cette victoire d’une mobilisation exemplaire des activistes qui nous rappelle que les luttes paient. Mais nous ne sommes pas entièrement rassuré-es pour autant.

En posant sans le définir un critère d’applicabilité, la ministre et l’ambassadrice santé laissent encore beaucoup de marge à l’industrie du médicament et s’offrent facilement un alibi pour un retour en arrière. La proposition de résolution est déjà forte et applicable. Cette résolution permettrait d’établir la transparence sur les prix des médicaments et les réels investissements en recherche et développement (R&D), ce qui permettrait probablement de mettre en lumière la part très importante de financements publics et donc payés par les contribuables.

Si la France, notamment Emmanuel Macron, venait à revenir en arrière sur cet engagement et à céder encore une fois aux pressions du lobby pharmaceutique, ce renoncement français serait au centre de la dernière semaine de campagne pour les Européennes, et les candidatEs En Marche et Renaissance pourront compter sur nous pour leur demander des comptes. Ils pourront aussi compter sur plusieurs candidat-es de gauche qui se sont d’ores et déjà exprimé-es sur les blocages français à cette politique de transparence et que les activistes ont su mobiliser.

Le programme d’En Marche promet une plus grande indépendance des lobbys industriels. « Rendre l’Europe aux citoyens » fait partie des 9 priorités du programme « Renaissance » de Nathalie Loiseau. Le texte promet : « Nous rendrons l’Europe plus transparente et indépendante des lobbies. » Si le gouvernement ou Emmanuel Macron cédaient aux pressions du LEEM , ce serait une catastrophe pour les malades, cela maintiendrait un système opaque qui participe, aux côtés des discriminations racistes, LGBTQIphobes, sexistes ou de classe, à entraver l’accès aux soins. Mais comme on peut douter que cela préoccupe nos responsables politiques, il faudrait aussi rajouter : ce serait une preuve supplémentaire que les éléments de langage du programme de LREM, se faisant passer pour humanistes, reposent sur de fausses promesses et des discours mensongers.

lamoureux-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.