Subventions territoriales à la santé : Le Pen l'a rêvé, et, à Paris, le Front de Gauche le fait

En refusant une subvention au Lotus Bus et à Médecins du Monde, le groupe parisen PC-Front de Gauche soutient la même logique que Marion Maréchal Le Pen à l'égard du Planning Familial. Explications.

Refuser une subvention à une association de santé dont l'intérêt est reconnu de tous-tes, au seul motif qu'on ne partage pas ses principes sur tel ou tel sujet : cela a été un axe de campagne pour Marion Maréchal Le Pen lors des régionales, autour du Planning Familial et du droit à l'avortement. Le 15 décembre dernier, le groupe PC-Front de Gauche au Conseil de Paris a appliqué le même principe en refusant de voter une subvention pour Le Lotus Bus (Médecins du Monde) et ses actions de soutien aux travailleuses du sexe. Le refus est motivé, non pas sur la base du bilan de l'association, mais sur de purs motifs idéologiques, d'autant plus scandaleux qu'ils contredisent les impératifs de la lutte contre le sida.

Le 15 décembre dernier, le Conseil de Paris examinait le versement d'une subvention au Lotus Bus, structure émanant de Médecins du Monde (MDM), qui accueille et soutient des prostituées, en majorité chinoises, au Nord de Paris. La vidéo de cette discussion se trouve à ce lien ( à 1 h 44 minutes et 42 secondes) et on trouvera en note le verbatim de l'intervention du groupe PC-FDG1 que je critique ici.

Rassemblement contre les violences faites aux travailleuses du sexe, 17 dec 2015 Rassemblement contre les violences faites aux travailleuses du sexe, 17 dec 2015

 

Obscurantisme

Parlant au nom de ce groupe, le conseiller Hervé Bégué a indiqué ne pas remettre en cause le rôle de Médecins du Monde en matière de santé. Il se la joue épique : «  Qui pourrait remettre en cause le rôle de MDM sur tous les fronts depuis des années dans les lieux les plus difficiles où d'autres ont renoncé à aller. ; à Calais avec les migrants, dans les camps de réfugié-es à la frontière syrienne, etc, etc. Cette association attire le respect et l'admiration de tous ? ».

Cette présentation héroïque de MDM pose problème tant elle dépolitise les questions sanitaires : si les inégalités en santé étaient moins importantes, MDM n'aurait pas à faire tout cela. L'association est la première à le dire, et cela vaut notamment pour la prostitution. Parmi ce qui pose problème en matière de santé : les lois qui répriment des personnes, notamment les travailleuses du sexe.

Le travail de terrain, une réflexion avec les personnes directement concernées, les données scientifiques, ont amené MDM à se positionner contre la pénalisation des clients, actuellement en débat au Parlement. On trouvera à ce lien la lettre que l'association a envoyée aux député-es l'été dernier et qui résume leurs arguments. On y verra la relation directe qu'y fait Médecins du Monde entre cette disposition et les dégâts sanitaires qu'elle va provoquer.

Médecins du Monde n'est pas la seule structure à faire ce constat. Aides, Act Up-Paris, Arcat, etc. le font. Le Conseil national du sida, le défendeur des droits le font. L'ONU, l'OMS le font. L'ensemble des chercheur-ses impliqué-es dans la lutte contre le sida le fait.

FN vs PC/Fdg : même combat

Rien que pour rire, imaginons : le PC-FDG pourrait-il menacer, comme l'a fait Marion Maréchal Le Pen au sujet de l'avortement, de priver le Planning familial de subventions à cause de sa position sur la prostitution ?

C'est bien pourtant ce que fait le groupe PC-FDG du Conseil de Paris en justifiant dans ces termes leur refus de financer Le Lotus Bus : « Nous souhaiterions vivement que nous réorientons notre aide vers des associations qui ont clairement pris ce parti, celui de l'être humain, celui de la sortie de la prostitution, plutôt que celles qui sont pour le moins ambigs sur le sujet ».

Le critère d'une telle subvention doit être fondé sur des éléments factuels, et non idéologiques. Trente ans de lutte contre le sida hurlent contre la bêtise du groupe PC-FDG du Conseil de Paris, qui est venu nous expliquer que la terre était plate, et que celles et ceux qui pensaient autrement ne méritaient aucun financement public.

Pour celles et ceux qui seraient choqué-es par cette comparaison entre un Hervé Bégué et une Marion Maréchal Le Pen, il faut bien comprendre : aucune association de lutte contre le sida travaillant avec les prostituées ne prônerait la « sortie de la prostitution » : cela ne marche pas, tout simplement. Hervé Bégué et tous-tes ses ami-es du PC et du Front de Gauche parisien peuvent bien vouloir réécrire trente ans de lutte contre le sida : cela ne marche pas. En fixant un tel critère aux subventions aux associations travaillant avec des prostituées, Hervé Bégué ne vaut pas mieux que Marion Maréchal Le Pen menaçant de baisser ses subventions au Planning Familial, il ne vaut pas mieux que toutes celles et ceux qui, depuis trente ans, de l'extrême-gauche à l'extrême-droite, se sont opposé-es à l'échange de seringues et la réduction des risques au motif que cela encouragerait l'usage de drogues.

Et oui, le Planning familial s'oppose à la pénalisation des clients. Le Pc-FDG va-t-il leur sucrer les subventions ?

D'habitude, quand j'écris de tels textes, je mets plein de liens vers des ressources savantes, activistes, expertes. Mais là, j'en ai marre : que les obscurantistes de l'extrême-gauche mettent leur lien pour nous expliquer que la répression des putes et de leurs clients va empêcher des contaminations. Et mettez des liens sur l'histoire de vos partis avec la lutte contre le sida. Please.

Financer le lobby catholique

Il existe des associations dont le principal objet est la sortie de la prostitution : l'association catholique du Nid, qui refuse depuis toujours de distribuer des préservatifs aux prostituées. On attend avec impatience les justifications du PC/Front de gauche pour nous dire que c'est sympa de leur donner de l'argent. Car dans l'état actuel, leur position se réduit à ceci : filons du fric à une assoc catho anti-capotes, refusons-la à une association qui distribue des préservatifs.

 Faire taire les minorités

 Le porte-parole du groupe PC/FDG ne se contente pas de nier les enjeux de santé. Il nie la parole des premières concernées. Il leur fait en effet tenir les propos suivants : « Mais quand ces femmes parlent, que disent-elles ? Qu'elles se prostituent pour rembourser les passeurs ou les faussaires qui les ont aidées à venir ici. Elles disent que leur famille et parfois leurs enfants restés en Chine sont victimes de chantage ou de menaces. Que devons-nous faire ? »

Or, elles disent aussi, réunies dans un collectif, les Roses d'acier, qu'elles sont persécutées par les forces de l'ordre, qu'elles veulent des droits et des papiers, qu'elles ne représentent une menace pour personne, qu'elles entendent être actrices des mesures qui les concernent. Elles nettoient les rues de Belleville. Que le PC/FDG parisien invisibilise tout cela est juste la cerise sur le gâteau de l'abjection. Et un autre élément de comparaison avec le FN.

 

1« Cette délibération a mis notre groupe dans un grand embarras, et je vais tenter de vous dire ce qui nous gêne.

 A la lecture de l'exposé des motifs, nous ne pouvons qu'être d'accord avec les objectifs et les motivations qui conduisent à aider cette association. Qui pourrait remettre en cause le rôle de MDM sur tous les fronts depuis des années dans les lieux les plus difficiles où d'autres ont renoncé à aller. ; à Calais avec les migrants, dans les camps de réfugié-es à la frontière syrienne, etc, etc. Cette association attire le respect et l'admiration de tous. Mais il est un sujet pour nous essentiel qui doit sous-tendre l'action d'une association qui s'occupe des personnes prostituées : a-telle pour objectif de tout faire, de tout proposer pour que la personne sorte de sa situation de prostitutiée - qu'elle aide ces personnes à dénoncer ceux qui profitent de leur situation de faiblesse, leur indique les parcours qui permettent à ces femmes de sortir de la clandestinité et de la violence – ou bien renonce-t-elle à ce choix ?

Nous avons plus que des doutes sur le Lotus Bus. Non pas dans le travail accompli en matière sanitaire, mais en matière d'information et d'aiguillage de ces personnes vers une sortie de leur condition. Je sais bien que la chose n'est pas simple et que peut-être que plus que d'autres, le phénomène de la prostitution chinoise est encore largement méconnu. Mais quand ces femmes parlent, que disent-elles ? Qu'elles se prostituent pour rembourser les passeurs ou les faussaires qui les ont aidées à venir ici. Elles disent que leur famille et parfois leurs enfants restés en Chine sont victimes de chantage ou de menaces. Que devons-nous faire ?

Renoncer à les aider, certainement pas. Elles ne sont en rien responssables et elles disent toutes, ou presques, qu'elles n'ont pas eu le choix, et que si elles l'avaient , elles ne se prostitueraient pas. La France s'enorgueillirait de voter définitivement le texte issu du Parlement sur la pénalisation du client car il remet les choses dans le bon sens. Ce n'est pas la prostituée qu'il faut dénoncer mais bien celui qui considère que s'acheter un corps est une action comme une autre. Nous ne pouvons nous y résoudre.

Bien entendu, il faut être d'une grande sévérité à l'égard de ceux qui organise ces réseaux de trafic d'êtres humains car le marché prostitutionnel a explosé dans le monde. Il est désormais aussi important que le trafic d'armes ou de stupéfiants. Nous souhaiterions vivement que nous réorientons notre aide vers des associations qui ont clairement pris ce parti, celui de l'être humain, celui de la sorite de la prostitution, plutôt que celles qui sont pour le moins amnigues sur le sujet . Il existe plusieurs associations qui répondent à cette philosophie. C'est donc pour ces raisons que notre groupe votera contre cette délibération. »

 La subvention a été votée, soutenue par l'exécutif et la maire. L'adjoint à la santé (groupe écologiste) en a appelé à la responsabilité du groupe FG/PC. Des élu-es socialistes, notamment la maire socialiste du XXème arrondissement, l'inénarrable F. Calandra, ont voté contre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.