Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 mai 2020

Extrême-droite, islamophobie, transphobie et censure

Peut-on sans risque poser la question de l'instrumentalisation des luttes contre l'homophobie et la transphobie par l'extrême-droite ?

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je dépublie ce jour un billet « Extrême-droite, islamophobie et homophobie ». J'en assume chaque phrase. Ce texte circulera par d'autres voies. Mais je ne veux pas exposer Mediapart aux actions judiciaires éventuelles du président de l'Amicale des Jeunes du Refuge, Mehdi Aifa, qui, avant de menacer de poursuites le média qui m'en a averti, m'a souhaité de mourir et s'en est pris à mon fils, qualifié de « joujou exotique ».

Dans ce texte retiré de Mediapart, j'analyse sa dernière tribune pour le magazine d'extrême-droite Valeurs Actuelles à l'occasion du début du Ramadan, comme symptôme de la rhétorique anti-musulman. J'en relève les ressorts islamophobes. Je rappelle que le statut de son auteur, gay et racisé, peut surprendre quand on connait la ligne politique du magazine, mais que l'instrumentalisation par l'extrême-droite des minorités est courante. Je rappelle ses propos sur les musulman-es ou les immigré-es.

Dans mon texte, je questionne aussi le statut de « militant LGBT » que lui a accordé Valeurs Actuelles : d'une part, en citant les propos problématiques de Mehdi Aifa à l'égard des hommes trans ; d'autre part, en m'étonnant de son silence sur le sujet qui touche indirectement à l'objet de l'association* qu'il préside, l'hébergement de jeunes homos ou trans victimes de violences intra-familiales. Ce silence est d'autant plus étonnant que le confinement a rendu cette question criante. Le président de l'Amicale des jeunes du Refuge n'a pas consacré son exposition médiatique et sa visibilité sur les réseaux sociaux à faire avancer le sujet.

A la suite de la publication de mon billet, Mehdi Aifa a donc souhaité ma mort et s'en est aussi pris à mon fils, réduit dans un autre tweet à son statut de migrant. Avant la publication de ce billet, il avait déjà eu recours à des ressorts âgistes, après avoir ri du fait que j'avais été agressé sur mon lieu de travail.

De mon côté, comme je l'écris dans le texte dépublié en rappelant le harcèlement homophobe, raciste ou grossophobe dont il est l'objet : « Les attaques dont il est la cible doivent être dénoncées, [...] La dignité humaine doit être défendue tout le temps. ». Ma position sur le sujet n'a pas changé.

L'enjeu ici n'est donc pas inter-personnel. Il porte bien sur l'agenda de l'extrême-droite et son appropriation des luttes contre les homophobie et transphobie. Il porte bien sur les moyens que nous nous donnons de la dénoncer.

Il porte aussi sur le monde associatif. Personnalité publique, le contributeur de Valeurs Actuelles est un des visages du Refuge, association subventionnée et bénéficiant de dons privés au nom de valeurs contredites par le président de l'Amicale, qui apparaît pourtant dans un spot vidéo de soutien à cette association, qui passait encore à la télévision pendant le confinement. Il est président d'une association dont l'objet est la convivialité et le soutien apporté à des jeunes exclu-es parce qu'homos, bi, trans, intersexe ou queers. Parmi ces jeunes, on compte des personnes trans, des musulman-es et des migrant-es.

Il est donc légitime d'interroger les préjugés qu'un responsable associatif exprime publiquement contre les personnes trans, les migrant-es ou les musulman-es. Les financeurs du Refuge, les structures qui orientent des jeunes vers cette association doivent avoir l'assurance que de tels préjugés n'ont pas d'impact sur la prise en charge de ces jeunes par le son Amicale.

 Au-delà de cette exigence légitime envers ce militant, l'instrumentalisation par l'extrême-droite de nos combats devrait être au cœur des préoccupations de toutes les associations et organisations travaillant sur ces questions.

 Posons le débat, malgré les insultes et les menaces judiciaires.

* Dans les statuts disponibles publiés en 2014, il est indiqué que l'assoc vise à « offrir un lieu d'échanges et d'entraide aux jeunes qui ont été accompagnés par les différentes délégations et antennes de l'association nationale le Refuge; apporter également des conseils aux jeunes actuellement sur liste d'attente pour intégrer l'un des dispositifs d'hébergementet d'accompagnement psychologique et social gérés par l'association nationalele Refuge ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat