Amer anniversaire de mariage

Le combat pour l'ouverture du mariage n'a pas commencé avec le PS, mais avec les rares militantEs qui ont dénoncé les insuffisance du PacS et l'homophobie socialiste. Il s'est soldé par une banalisation de l'homophobie du fait de l'irresponsabilité de Valls et Hollande.

Mariage à Notre-Dame, 2005, CC Act Up-Paris Mariage à Notre-Dame, 2005, CC Act Up-Paris

 

1996 : mon ex meurt du sida. Sa famille m'interdit de venir à son enterrement et me prive de tout souvenir.

Octobre 1998 : trahison socialiste. Les députéEs PS ne viennent pas voter le Pacs. Boutin en profite pour faire obstruction. Le débat est retardé.  Les homophobes ont un boulevard. Pendant les débats on entendra des insultes, des appels à faire stériliser les homos. J'adhère à Act Up-Paris. E. Guigou, Garde des Sceaux, dit à l'Assemblée nationale que trop d'égalité (le mariage, notamment) attenterait à "l'ordre symbolique de la société". Le Pacs est adopté : il ne règle rien en matière d'héritage, de filiation ou de régularisation pour les sans-papiers. Act Up-Paris est une des rares associations à porter la revendication de l'égalité totale avec le mariage.

Début des années 2000 : avec Act Up-Paris, occupation à plusieurs reprises du siège du PS, Solférino, pour obtenir que le mariage soit inscrit dans les programmes ou que les droits des trans soient reconnus.

2005 : je marie deux femmes à Notre-Dame pour Act Up-Paris. Le PS signe, enfin, une plateforme commune, promettant le mariage.

On occupe Solférino pour le droit des trans. En vain. Adeline Hazan explique que le changement d'état civil pemettrait à des prisonniers évadés de changer facilement d'identité. Puis le PS prend enfin position.

2006 : la candidate S. Royal remet en cause la promesse du mariage obtenue un an avant.

Pendant ces années, plus la revendication du mariage prend de l'ampleur, plus les gouvernements de droite concèdent des progrès au PaCS. Pendant ces années, aucun progrès dans les positions du PS n'est venu d'ex nihilo, mais bien d'un travail et des pressions extérieures.

2012-2013 : Hollande reçoit la Manif pour tous, légitime donc leurs propos. propose la "liberté de conscience pour les maires", j'ai des pensées suicidaires. Explosion des agressions rapportées, parallèle à l'omniprésence des homophobes dans les studios et les palais républicains. L'ouverture aux lesbiennes de la PMA est sacrifiée pour faire plaisir à Gérad Collomb entre autres.

2013 : vote de la loi qu'on appelle Taubira, qu'on attribue au PS, effaçant ainsi tous les combats qu'il a fallu mener en 15 ans. Oui Taubira a été admirable, oui les attaques racistes dont elle a été victime sont ignobles, non cela ne doit pas effacer l'engagement de chaque militant les 15 années précédentes, y compris contre un PS marqué par l'homophobie.

2014 : Valls au Vatican dit définitvement "non" à l'ouverture de la PMA. Sacrifice complet des lesbiennes,de la laIcité, des familles homoparentales. Plus tard, sacrifice des trans.

2018 : Macron devant les évêques. Sacrifice des lesbiennes, une nouvelle fois, du droit à l' avortement, de la laIcité, des familles homoparentales (qu'il appelle "familles homosexuelles"...)

Non, je ne me suis pas marié. Oui, le PS a une lourde responsabilité dans l'opposition à l'égalité et la création de la manif pour tous. Oui, l'histoire de l'ouverture au mariage doit être écrite, car la Révélation n'est pas tombée du ciel sur un PS historiquement homophobe, qui a permis la création de la Manif pour tous. Invisibiliser les luttes passées, c'est décourager les luttes actuelles :  Macron a pris le relai avec la PMA, encourage l'homophobie catholique et cautionne les discours de la Manif pour tous en leur ouvrant un "débat" sur nos droits et nos vies. Comme si ces 15 dernières années n'avaient rien appris.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.