Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2018

Agressions contre les LGBT+ : « Libération » irresponsable

Au lendemain d'un rassemblement d'alerte sur les agressions contre les personnes lesbiennes, transgenres, gays et bis, "Libération" alimente les pires préjugés sur les bisexuel-les. Quand les médias prendront-ils leurs responsabilités face aux homophobies qu'ils alimentent, cautionnent et diffusent ?

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est au départ un article médiocre sur les bisexuel-les. Le texte part de l'enquête nationale 2015 sur la bisexualité coordonnée par Act Up-Paris, le MAG, SOS Homophobie et Bi'Cause. Cela commence mal : l'article ne cite que les deux dernières organisations comme responsables de l'enquête.

Le texte part donc des préjugés exprimés sur les bisexuelLEs dans cette enquête, confirmés par une étude sociologique  auprès de 28 personnes bis. Rien à reprocher à l'article jusque là. Mais c'est quand elle sort du compte-rendu des ressentis individuels et qu'elle se livre à des explications que l'autrice devient ridicule. On apprend par exemple que : « Depuis la légalisation de la pilule et du divorce, il est en effet devenu obligatoire d’aimer ET de baiser exclusivement son conjoint ou sa compagne. L’adultère qui était autrefois toléré, voire encouragé, fait maintenant l’objet d’une forte réprobation sociale. La sexualité n’a plus le droit d’exister en dehors de l’amour. »

Et en guise de conclusion, des généralités sur la liiiiiiiiberté (qui ne font, à bien y réfléchir, que reproduire les clichés que cet article prétend déconstruire) : « Tout comme les adeptes de plans culs et d’aventures sans lendemain, les bis font tâche dans notre société. Ils ne cadrent pas avec l’idéal normatif de l’amour institutionnalisé. Ils n’entrent pas dans les catégories binaires. On les accuse d’être pollués par «l’idéologie marchande». On voit en eux des «consommateurs de sexe». Et si c’était le contraire ? Et s’ils incarnaient une forme de liberté ? Eux, au moins, s’accordent le droit de ne pas choisir. »

Cet article ne mériterait donc que peu d'attention, tant il n'apporte aucun savoir, n'offre aucune prise pour déconstruire les préjugés biphobes. Mais il est diffusé sous le titre « Les bisexuels sont-ils frivoles ou bipolaires ? » et relayé ainsi sur les réseaux sociaux.

Ce titre est ouvertement humiliant pour les bisexuelLEs comme pour les bipolaires (et on peut être les deux). On imagine les responsables de Libération plaider leur cause : « le terme de « bipolaire » revient régulièrement dans les préjugés homophobes recensés par l'enquête, le titre est interrogatif et invite à lire la réponse qui déconstruit ces préjugés, donc de quoi vous plaignez-vous ? »

Or, rien de tout cela ne tient. Mettre en interrogation la validité d'un préjugé sous cette forme interrogative, ce n'est pas le déconstruire, c'est le cautionner puisqu'on envisage qu'il soit possible. Le jour même de la mort de Faurisson, on devrait être capable de comprendre que choisir comme titre « Les chambres à gaz sont-elles vraiment une invention ? » à un article rigoureux d'un historien démontant impeccablement le négationnisme de cet antisémite serait problématique et contre-productif. Le lendemain d'un rassemblement contre les agressions sur les personnes LGBTI+, on devrait être capable de comprendre que poser de telles questions alimentent les préjugés.

Cela alimente d'ailleurs les pires préjugés sur les personnes bipolaires – préjugés sur lesquels l'article ne revient pas, ne tente pas de déconstruire.

En réponse à la colère suscitée par ce titre, Libération a choisi l'ironie infantilisante, appelant à lire l'article avant d'en commenter le titre.

Or une rédaction et une équipe de communication responsables sont documentées sur la réalité propre aux réseaux sociaux du partage sans lecture d'articles, en fonction du seul titre. Elles lisent les études pour adapter leur communication à cette réalité, au nom du devoir qu'elles ont d'informer.

Imaginons que j'aie appelé cet article « Libération veut-elles plus d'agressions contre les personnes LGBT ? ». Je sais qu'un tel titre m'apporterait plus de trafic, serait plus facilement relayé et que le taux de relai de ce titre serait bien supérieur au taux de lecture de mon article. On peut tester avec cette seule icono :

L'étude que cite Libération en alibi contient un volet sur la visibilité : « Au-delà des connaissances proches, les réponses mettent clairement en lumière un manque de visibilité des personnes bies dans les médias. » résumait un article de Yagg. Treize jours après avoir déroulé le tapis rouge à la Manif pour tous en mentant effrontément sur la responsabilité des médias dans la banalisation de ce mouvement homophobe, le lendemain d'un rassemblement contre les « LGBT+phobies », Libération a décidé d'accorder avec ce titre une visibilité très particulière, alimentant sciemment pour faire du clic les préjugés, et poursuivant une politique irresponsable à l'égard des minorités.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : Construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS