Eric Naulleau, le gardien de porcs

Viols, harcèlement, agressions sexuelles : pour le faire-valoir d'Eric Zemmour, les témoignages n'appellent aucune condamnation des agresseurs, ni soutien aux victimes. C'est juste une occasion d'attaquer... une féministe, Caroline de Haas, et de la faire taire.

eric-naulleau-nabilla-334x470

16 femmes, victimes déclarées de harcèlement sexuel au sein de l'UNEF, ont témoigné auprès de Laure Breton et Ismaël Halissat pour Libération révélant un système machiste (voir article à ce lien) déjà décrit par Le Monde quelques semaines plus tôt.

Polémiste servant de caution à Eric Zemmour sur la chaîne Paris Première, Eric Naulleau n'appelle pas au soutien des victimes, ne condamne pas les agresseurs. Il s'en prend à Caroline de Haas, parce qu'elle était secrétaire générale de l'UNEF pendant une partie de la période indiquée. Et ce, alors même que le nom de la féministe n'est pas mentionné dans les témoignages publiés par Libération :

© ericnaulleau

Ayant de la constance, à défaut de la moindre dignité, ou d'inventivité dans le choix de ses visuels, il reprend la même idée deux jours plus tard, accompagné de l'image-cliché de trois singes se bouchant les oreilles, se masquant les yeux et la bouche :

© ericnaulleau

Quelques jours avant, Naulleau estimait que « Dans un pays normal, Caroline De Haas ne partagerait ses risibles élucubrations qu'avec quelques copains de bistro. »

© ericnaulleau

Eric Naulleau pense donc être en mesure de donner des leçons de cohérence politique, alors qu'il confesse qu'il ne reniera jamais son ami Eric Zemmour (voir article à ce lien), à qui il sert la soupe chaque mercredi dans un dialogue télévisuel intitulé « Zemmour et Naulleau » (les femmes participant à l'émission, Alba Ventura et Anaïs Bouton, n'ayant pas droit d'être dans le titre, ce qui n'a pas l'air d'émouvoir Naulleau).

Eric Zemmour a été condamné à plusieurs reprises pour des propos racistes et incitation à la haine raciale. « Dans un pays normal », Eric Naulleau devrait refuser de cautionner les propos d'un tel individu ; mais il continue à dialoguer avec lui « sans s'en émouvoir ».

Eric Zemmour a publiquement déclaré que Pétain avait sauvé des juifs. « Dans un pays normal », Eric Naulleau devrait refuser de cautionner ce négationnisme antisémite ; mais il continue à dialoguer avec lui « sans s'en émouvoir ».

Eric Zemmour multiplie les propos sexistes ou homophobes. Eric Naulleau continue à dialoguer avec lui « sans s'en émouvoir ». Est-on « dans un pays normal » ?

En le traitant en ami, en faisant mine de débattre avec lui, Eric Naulleau pose les thèses de Zemmour comme valables, discutables – alors qu'elles ne sont que la manifestation obscurantiste d'obsessions racistes, antisémites, homophobes et sexistes, alors que Zemmour ne vise qu'à discriminer, stigmatiser, rabaisser, faire disparaître. Naulleau sait parfaitement que  ses pseudo-prises de bec avec son « ami » ont deux effets : assurer un peu plus la légitimité du raciste ; faire de l'audience et rapporter des parts de marché.

« Sans s'en émouvoir », et en étant largement bénéficiaire du troc, Eric Naulleau assure le SAV progressiste des discours de haine de Zemmour, leur apporte sa caution. « Sans s'en émouvoir », Eric Naulleau prend prétexte du témoignage de victimes – envers qui il ne témoigne aucune empathie – pour invectiver une féministe. « Sans s'en émouvoir », Eric Naulleau néglige de dire que Caroline de Haas a été victime de viol.

Insultée encore plus que d'habitude parce que l'Obs a déformé ses propos, et parce que des gardiens de porcs comme Eric Naulleau l'ont prise pour cible, Caroline de Haas a pris la décision de partir des réseaux sociaux. Elle s'en explique sur un billet de blog (lire à ce lien). Concernant Eric Naulleau, voici ce qu'elle écrit : « Eric Naulleau aurait pu viser les agresseurs. Il aurait pu dire un mot gentil pour les femmes victimes. Il aurait pu avoir un mot sympathique pour moi qui avait été victime de viol lors que j'étais étudiante. Non, il a décidé de se payer une militante féministe. »

Le Grand Progressiste Eric Naulleau dialogue donc avec un homme qui affirme que Pétain a sauvé les juifs ; mais le grand progressiste ne connait que l'invective face à une femme dont il dénonce la soi-disante complicité, sans jamais prendre en compte ce qu'elle a déjà éxpliqué : « Il y a 10 ans, je n'étais pas une militante contre les violences sexistes et sexuelles. J'étais une femme, une victime de violences, qui n'était pas formée pour détecter les violences dans mon entourage. En fait, j'étais comme l'immense majorité de la population. Comme vous, qui lisez ces lignes, et qui n'avez pas toujours vu dans votre famille, dans votre travail, dans votre quartier, que des femmes étaient harcelées, tapées, violées. Parce que les agresseurs s'organisent précisément pour qu'on ne voit pas. Parce que la société ne s'organise pas pour qu'on ne soit formé.e.s, outillé.e.s et éveillé.e.s pour détecter les violences et les faire cesser. Est-ce que cela signifie que nous sommes complices ? Non. Les seuls responsables des violences, ce sont les agresseurs. »

Dialoguer avec des réactionnaires, racistes, antisémites, sexistes et homophobes, faire taire en contribuant à son harcèlement une féministe : voilà le fait d'arme que l'histoire du progressisme retiendra d'Eric Naulleau.

Eric Zemmour estime que les femmes en général, et les féministes en particulier, prennent trop de place dans l'espace public. Eric Naulleau l'a entendu et a contribué à faire partir une d'entre elle des réseaux sociaux. Les porcs ont leurs gardiens, sur Paris Première, ils s'appellent Éric.

 

[Mise à jour du 27 février : comme il fallait s'y attendre, l'intéressé nie toute responsabilité dans la vague d'insultes qu'a subie de Haas :

© peabodyjoshua

 

selection-999-033

 

selection-999-037
selection-999-038

selection-999-039

 

selection-999-040

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.