Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 mars 2021

Epidémies: connaitre les luttes passées (1)

Je reproduis ici des extraits du livre publié par Act Up-Paris en 1994: «Le sida, combien de divisions ?», paru aux éditions Dagorno. L'incurie des politiques et des pouvoirs publics face à l'urgence sanitaire n'est pas nouvelle, les malades du sida ont eu à l'affronter et des outils ont été développés pour y faire face. Il faut y puiser.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Affichiche d'appel à la manifestation du 1er décembre 1992

« S'il est permis de mesurer une guerre au nombre de ses morts, alors le sida n'est pas une petite guerre.

Cette guerre, nous la menons tous les jours. Combien de temps faudra-t-il encore pour que d'autres s'y engagent, et qu'elle devienne celle de tous. Que faut-il faire pour que les responsables politiques cessent de se payer de mots et engagent tous les moyens logistiques et financiers nécessaires avec la promptitude qu'on leur a connue pour des guerres moins légitimes ? [...]

Chaque minute qui passe est celle de nouvelles contaminations ; chaque nouvelle heure se traduit en décès ; chaque jour en France, 16 nouvelles personnes meurent du sida.Les pouvoirs publics feignent de l'ignorer. Aucun signal d'alerte n'a été déclenché. Nous avons en face de nous, dans les ministères et les différentes institutions de la Santé publique, des interlocuteurs qui ne veulent pas entendre les mesures d'urgence que nous préconisons. Ils répondent : 'c'est bien, mais il nous faut du temps', 'pour faire de la prévention efficace, laissez-nous le temps', 'vous voulez tout tout de suite, vous n'êtes pas réalistes', laissez du temps au temps', etc. Le monde médical, les laboratoires ne disent pas autre chose quand ils retardent inexplicablement les décisions médicales, la parution des essais thérapeutiques […].

Deux conceptions du temps s'affrontent, deux logiques, dont l'une est meurtrière à force d'irresponsabilité.

En 1989 déjà, Act Up parlait d'urgence, mais personne ne semblait comprendre ce langage – pas même les autres associations de lutte en quête de respectabilité, et que nous gênions avec notre rhétorique activiste. Mais tout se passe comme si Act Up avait raison trop tôt, comme si le temps, paradoxalement, donnait malheureusement raison à Act Up sur l'ampleur de l'hécatombe. Progressivement, tout le monde a repris le langage de l'urgence […] Dans le rapport remis au ministre de la santé le 1er décembre 1993, il y a des propositions que nous formulions depuis quatre ans déjà […] Mais combien de temps faudra-t-il attendre encore pour passer des paroles aux actes ? Le temps est assassin, mais il a des complices. […]

Sur d'autres sujets que le sida, il est probable que les pouvoirs publics jouent le même jeu de négociations, de faux-semblants et de demi-mesures ; sur d'autres sujets, ils traînent probablement autant les pieds par manque de courage politique. Mais là, il s'agit de la vie de centaines de milliers de personnes. On ne transige pas avec la mort. ».

Act Up-Paris, Le sida, combien de divisions, Dagorno, 1994, pages 413, 416-417.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel