Mezian
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2021

Mezian
Abonné·e de Mediapart

Hôtellerie-restauration : les omissions des négociations salariales

Les négociations syndicales sur la revalorisation des salaires dans l’hôtellerie-restauration ne font que mettre un peu plus en lumière la médiocrité des rémunérations dans ce secteur. Violence multiforme et violation massive du droit du travail expliquent aussi la désaffection du personnel relevée par l'étude de la Dares largement reprise par la presse.

Mezian
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les négociations syndicales sur la revalorisation des salaires dans l’hôtellerie-restauration ne font que mettre un peu plus en lumière la médiocrité des rémunérations dans ce secteur. Ayant effectué une reconversion en cuisine il y a 3 ans, c’est une réalité que je vis maintenant. A l’inverse, ces laborieuses discussions contribuent à maintenir dans l’ombre d’autres problèmes structurels qui affectent la restauration commerciale, domaine dont il est exclusivement question ici. Confronté à mon expérience, ce qui est en négociation est important bien-sûr. Cependant, cela me semble beaucoup trop limité notamment pour répondre à la désaffection des salariés relevée par le très médiatisé rapport de la Dares1. En effet, le processus en cours évite soigneusement de parler de sujets graves que beaucoup, dans la profession ou au gouvernement, préfèrent ignorer.

J’assiste depuis 3 ans au non respect massif du droit du travail. A un point tel qu’il semble intégré au fonctionnement du secteur. Notez bien ! Je ne parle pas de situations exceptionnelles ou de « dérogations » qui pourraient sembler mineures rapportées au cadre légal en vigueur. Les faits rapportés ont été très majoritairement constatés dans plusieurs établissements. Une exception notable : le versement d’un salaire que je n’ai obtenu qu’après l’envoi d’une lettre recommandée en refusant de surcroît un paiement « au noir » lors de la « régularisation ».

Ainsi, il m'est arrivé : de travailler plus que la durée maximale de travail quotidienne et hebdomadaire, respectivement 11h et 48h (maximale absolue) ; d'effectuer des heures supplémentaires non rémunérées, parfois jusqu’à 10 heures par semaine ; de disposer d’un temps de repos inférieur au minimum légal soit 11h entre deux jours de travail… Je n’étais pas le seul concerné, évidemment. Et que penser des infractions relatives au travail des mineurs, d’autant que celles-là non plus ne sont pas fortuites. Elles répondent aux impératifs d’une profession qui paraît s’affranchir de la législation, sans grandes conséquences apparemment. Relaté pour l’anecdote : j’aurais pu, sur un problème de date de contrat, faire requalifier un CDD d’usage (dit « extra ») en CDI. Dans ce cas précis, il s’agissait, exceptionnellement, de grossière incompétence.

Quant aux comportements « de la hiérarchie » en cuisine, nous restons sur des arômes de 19eme siècle : agressions verbales (insultes, humiliations), menaces physiques (« je me sens devenir violent » me dit un jour un chef). Ce que j’ai vu et entendu montrent qu’un sérieux problème demeure, contrairement à ce que le discours lénifiant de la profession voudrait faire croire. Les arrière-cuisines bruissent de la mauvaise réputation de beaucoup de chefs, comme celui qui a menacé physiquement le jeune collègue stagiaire qui m’a rapporté ce fait survenu lors d’une expérience professionnelle précédente. NB : le comportement déviant du cuisinier en question est bien connu dans le milieu et la région ou il exerce. Organisation toujours militarisée (en référence au terme brigade qui désigne encore l’équipe de cuisine), défaut de formation de l’encadrement, transmission d’une génération à l’autre d’une panoplie de comportements déplorables. Ni les organismes de formation, ni les autorités publiques ne se saisissent sérieusement de ce problème puisqu’il perdure.

Une simple revalorisation salariale restera sans effet sur l’attractivité du métier de cuisinier si elle ne s'accompagne pas de plus respect pour les personnes et pour le droit du travail (ce métier doit par ailleurs se réinventer2 pour enfin faire face aux enjeux majeurs actuels notamment écologiques). Certes, une amélioration de l’organisation du travail aiderait (travail fractionné ou du week-end), mais il est urgent de faire évoluer un modèle économique et social qui repose sur une violation quasi systémique des droits des salariés.

1https://dares.travail-emploi.gouv.fr/publication/hebergement-restauration-quelle-evolution-des-effectifs-avec-la-crise

2On lira avec intérêt ce manifeste de l’Alliance Slowfood des cuisinier-e-s https://alliance-des-cuisiniers.fr/manifeste/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel