Un soignant propose la création d'une brigade de contrôle des mesures barrières

Les petits commerces vont-ils fermer ? Ayant conscience de leur trésorerie, perdu pour perdu, n'auraient-ils pas intérêt à bafouer l'interdit ? Est-ce la faute d une partie des citoyens qui attendent la restriction des libertés ? Est-ce la faute d'un gouvernement trop laxiste dans le respect des mesures préventives ? Pourtant une fois de plus nous aurions pu innover pour la nation...

La semaine dernière,  nous étions en vacances avec ma conjointe et ma fille. C'était les vacances estivales en retard.

Pour ces vacances d'automne nous avions décidé de faire un petit tour de la France. L'objectif était simplement de changer d'air afin de penser à autre chose depuis Mars 2020. Ce voyage nous a permis de nous confronter à la réalité du respect des mesures barrières.

La première confrontation à lieu à Nantes, en se baladant dans les rues du centre ville en pleine après midi,  on remarque sur certaines terrasses de café une affluence non négligeable. Le respect de la distanciation et du port du masque n'existent pas. Après quelques minutes, on observe qu'une patrouille de militaire en mission sentinelle va passer devant la terrasse de ce café. Les militaires regardent mais n'interviennent pas car sans doute leur mission ne concerne  que la sécurité liée aux attentats de Conflans-Sainte-Honorine.

Nous reprenons la route et nous nous arrêtons à Limoges afin de visiter un zoo. Le zoo est en extérieur, le port du masque est obligatoire dans ce parc. On constate que les 3/4 des visiteurs  portent le masque.

Nous abordons la ville de Cahors et la visite de son centre-ville. Ce jour-là je fus interloqué par des comportements dénués de bon sens. Devant la mairie, une foule de plus de 40 personnes étaient présentes pour célébrer un mariage. Il n'y a point d'embrassade néanmoins une proximité familiale et amicale de moins d'un mètre.  On dénombre 6-7 porteurs de masque mais pas forcément chez les séniors. Ce jour-là, il fait beau, nous sommes heureux de quitter la veste, il  y a un air d'été indien. Il y a du monde dans l'hyper-centre historique. Beaucoup de personnes profitent de cette douceur automnale mais dans ces ruelles, peu de gens portent le masque. Je me surprends à développer un reflexe enfantin, cette curiosité d'incivisme me pousse à compter et à faire des proportions sur les porteurs versus non porteurs. Un tiers des personnes que nous croisons portent un masque. Ce ne sont pas les seniors qui le portent le plus. Ceux qui ont des enfants le portent majoritairement et les ainés (+80 ans) qui présentent une vitesse de marche ralentie.

Ce soir-là, j'ai mon père au téléphone, il a passé aujourd'hui un examen cardiaque dans un centre hospitalier dans le nord de la France. Il me témoigne  le comportement de certains soignants à qui il a eu à faire. Il a passé 2h à l'hôpital, les infirmières portent le masque mais les deux médecins qui ont réalisé les examens successifs ne le portaient pas.

Enfin terminant par Toulouse, pour une nuitée. Par l'intermédiaire d'une application nous achetons un repas à aller chercher. À l'heure du rendez-vous, j'arrive dans ce restaurant. La pièce doit faire 30 mètres carrés. Il y a une faible buée à la porte d'entrée. Là sous mes yeux ébahis, je suis choqué par le désordre. Il y a une vingtaine de personnes qui mangent. Les épaules se touchent entre voisins et les personnes sont dos à dos entre les chaises. Je prends mon repas, je paye et je me casse.

Je reprends le travail, heureux de ce repos. 4 jours après être rentré. Le confinement est annoncé une seconde fois.

Je suis assis est prostré dans mon canapé. Je ressens une certaine forme de frustration. Dans ma tête je me refais le film.

Je ne sais pas à qui j'en veux le plus.

Est-ce la faute d une partie des citoyens qui attendent la restriction des libertés pour agir?

Est-ce la faute d'un gouvernement trop laxiste dans le respect des mesures préventives ? 

Depuis les derniers jours, nous entendions des messages peu optimistes par les scientifiques et certains médecins  à la radio. A force d'utiliser chaque jour des courbes et des chiffres, cela rappelle des cours de mathématiques mal structurés ! Cette approche scolaire dans la construction de la communication envers la population risque d'avoir l'effet inverse dans l'attitude des Français. Cette approche est couramment utilisée dans les programmes d'éducation thérapeutique dans la prévention des maladies chroniques.  Il suffit de regarder les résultats catastrophiques des 20 dernières années sur les comportements ! Si on infantilise la population, on ne peut pas attendre d'elle un comportement d'adulte!  

Les faits sont là, c'est toujours à cause de ceux qui ne respectent pas, que la liberté d'autrui est diminuée. 

Aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de penser aux petits commerces. Si on a laissé les commerces d'été ouverts alors ceux d'hivers s'attendent au même sésame. Il y a de nombreux petits commerces qui n'ont jamais cessé de faire respecter les mesures depuis cet été.  

Vont-ils fermer ? Ayant conscience de leur trésorerie, perdu pour perdu, n'auraient-ils pas intérêt à bafouer l'interdit ? Doivent t-ils encore tout respecter et cela  au nom de quoi ? Au final, les seuls qui vont s'en sortir seront toujours les plus grands. Ceux qui ont une trésorerie et les faveurs du gouvernement! Pire, on ne peut s'empêcher de penser à  Amazon qui exploite, pollue et bénéficie de réduction d'impôts. Monsieur le Président, quel magnifique cadeau de Noël avez-vous offert aux grands patrons !

Devant si peu de réflexion ! On se demande si le gouvernement a  réellement appris de ses erreurs ? Sur le littoral, de nombreux commerçants ont battu des records de chiffre d'affaire cet été ! Il ne fallait pas confondre vacances avec la fin de la guerre! Ne fallait-il pas faire un rappel à l'ordre entre l'été et cette semaine. Une fois de plus, il semblerait que la vérité ait été cachée. Sinon nous n'en serions pas là. J'ose espérer que ce confinement n'arrive pas trop tard et que la vague ne sera pas trop submersible. 

Dans un pays qui compte autant de chômeurs, pourquoi ne pas avoir formé et créé des brigades de contrôle des mesures barrières ? Cette brigade aurait pu contrôler les commerçants, les bars,.... A titre d'exemple, comme amende il y aurait pu avoir des fermetures provisoires pendant la période de l'été et ce début d'automne... Nous aurions pu former des personnes pour ces missions de prévention. Une innovation qui aurait permis d'avoir le sentiment d'apprendre à vivre avec le virus ! Celle d'une réelle responsabilité populationnelle. De façon hypothétique cela aurait réduit et cassé les fameuses chaînes de contamination. La peur de cette brigade aurait contraint indirectement à mieux respecter les règles.  Une application pour Smartphone aurait permis d'avoir un suivi en temps réel des commerces qui sont en règles.

Il suffit de se balader avec un mètre et de contrôler le port du masque... 

Alors à qui revient la faute de cette décadence ?

 

Pour cette seconde vague, il n'y a point de hasard ; tout est épreuve, ou punition, ou récompense, ou prévoyance. (Voltaire)

M.Bulvestre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.