M.Georges.Bulvestre
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2023

M.Georges.Bulvestre
Abonné·e de Mediapart

François Ruffin face à la horde de journalistes millionnaires

Des millions de Français vont être impactés par ce bouleversement sociétal que peut provoquer la réforme des retraites. Lors de ces 5 dernières émissions (TMC, France 2, France 3, France Inter, RMC), Monsieur le député smicard a dû faire face au dédain et à la méprise de journalistes ayant sensiblement oublié leur neutralité journalistique…

M.Georges.Bulvestre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant que le président de la République aurait convié dix éditorialistes influents de la presse parisienne la semaine dernière, un homme en quête de progrès social se heurte depuis quelques jours au bloc des privilégiés dans les médias. Cet homme habitué des luttes sociales contemporaines, fait le tour des plateaux télévisés et des émissions de radio pour tenter d’expliquer les risques de cette réforme pour la vie quotidienne de plusieurs millions de Français.

François Ruffin a été désigné par son parti comme l’un des membres en première ligne contre le projet du gouvernement. C’est la première fois que nous voyons ce politicien enchainer des émissions aux heures de grande écoute en si peu de temps. Ce député tente sans relâche depuis plusieurs années de remettre la lutte des classes dans la vie politique. Lors de ces 5 dernières émissions (TMC, France 2, France 3, France Inter, RMC) interrogé par des journalistes millionnaires, il a dû faire face à des esprits purement altiers. A l’écoute de ces interviews, on comprend très vite que la tâche est ardue puisque l’ensemble des journalistes était d’un caractère si rogue qu’il méprisait la valeur-travail des Français.  Usant tous de la même ligne de communication,  c'est-à-dire d’une vague utilisation de contres arguments accompagnés de puérilité dans la manière de parler, à la limite de la mièvrerie : « Il n’ y avait pas beaucoup de monde à la manifestation de la jeunesse » ;  « Vous faites partie de l’élite, je suis désolée » ; « Les français ont élu Emmanuel Macron, vous contestez son élection » ; « 1200 euros brut à la retraite , c’est une avancée pour les français» ; « Les gens en grève perdent une journée de travail, cela leur coûte cher » ;  « Selon les renseignements généraux , on ne s’attend pas à une grande mobilisation » ; « Vous êtes féministe de gauche à la France Insoumise, comment vous faites ? »

La palme d’or revient certainement à la richissime Madame Salamé, cette journaliste ou plutôt femme d’affaire est vraisemblablement devenue une experte en économie. Avec condescendance, elle répondra à ces propres questions sans arguer de l’argumentaire de son interlocuteur.  A l’argument les sondages sont défavorables à la réforme, elle avancera « On ne fait pas de la politique sur des sondages. » N’hésitant pas à utiliser la rhétorique de la peur « Il faut dire les choses, le système des retraites peut s’effondrer dans les prochaines années ». Enfin elle compare l’âge de départ à la retraite en France avec d’autres pays européens n’ayant pas le même système de retraite. Sommairement, ces journalistes à la fortune colossale deviennent pendant quelques instants des portes paroles du gouvernement. Pourtant, leurs enfants à l’école apprendront qu’un journaliste peut avoir des opinions personnelles, mais elles ne doivent pas transparaître dans son travail : il doit rester neutre. La palinodie éthique est une pratique courante chez ces metteurs en scène de l’actualité. Alors que des millions de Français vont être impactés par ce bouleversement sociétal que peut provoquer cette réforme. Dans ces 5 interviews, le quotidien des Français fut tout simplement oublié. L’objet des interviews n’était pas la reforme mais François Ruffin et sa personnalité.

De formation journaliste, Monsieur le député ne tarit pas sur ce sujet. Il ne se perd pas dans ce dédale de contradictions. Point de discussion politiquement superfétatoire pour cet esprit particulièrement doué du sens des réalités des millions de travailleurs abandonnés à l’espérance. Il passe son temps dans chaque émission à ramener le sujet sur la question principale « Les Français vont-ils travailler 2 ans de plus ? » Il n’hésite pas à faire des portraits vifs et sensibles de Français qu’il prend le temps de rencontrer et de raconter. Il rappelle que la lutte des classes est présente à proximité des plateaux télévisées en prenant l’exemple de ces travailleurs de l’ombre qui nettoient les studios de ces stars dorées. Il fait face à l’évènement en rappelant les grandes victoires des partis de Gauche (des congés payés, à la fin du travail pour les enfants, le congé maternité, le repos dominical, …). Dans son argumentaire, il replace également la question de la famille en prenant l’exemple des grands-parents qui gardent les enfants à la retraite et fait le lien avec la reconstruction de la France et de son système social. Il rend ainsi la singularité aux Français et ce qui fait leur fierté depuis l’après-guerre.

Faisons comme ces journalistes cossus, intéressons-nous à Monsieur Ruffin. A titre d’exemple, on pourrait évoquer qu’il y a trois mois lorsque la majorité des députés refusait l'indexation des salaires sur l'inflation. Dans le même temps, ces derniers percevaient une augmentation de 250 euros, Monsieur le député de la Somme s’engagea à reverser cette somme à des associations. On découvre au fil des émissions un homme dont la modestie le précède. Rappelons que ce député ne se reverse qu’un salaire au smic depuis son premier mandat. De cette génération politique, c’est le seul à partager le quotidien financier d’égal à égal avec les smicards.  Une simplicité qui est de l’ordre de celle du Président de Gaulle qui refusa de percevoir sa pension de retraite de Président de la République. Aucune affaire politique ou judiciaire n’a éclaté contre cet homme dont l’archétype pourrait correspondre aux attentes des millénnials et d’une population écœurée de cette classe politique déconnectée et privilégiée.

Depuis 20 ans, la classe moyenne n’a rien obtenu des gouvernements successifs. Pire, cette classe sociale ne peut plus accéder à la propriété privée, se rapprochant de plus en plus de la précarité sociale. Elle attend inlassablement l’homme politique du 21e siècle qui inversera la tendance de leur quotidien. Le recul de l’âge du départ à la retraite a un corollaire de santé publique édifiant.  En effet, l’âge moyen de l’apparition des cancers en France est de 67 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes. Difficile d’avoir une carrière complète dans ces conditions d’existence ou de bénéficier d’une espérance de vie en bonne santé à la retraite. Alors quand Monsieur le député Ruffin conseille à Monsieur le Président de la République d’utiliser la formule « Je vous ai compris » on peut y percevoir une forme de providence. Un clin d’œil au partage de ces 2 destins croisés sur les bancs d’un lycée Amiénois.

Monsieur Ruffin a une certaine idée de la France comme Charles de Gaulle. Il a également une vision certaine de l’universalité et du droit social comme Jean Jaurès et partage soigneusement cette culture de la condition de vie des ouvriers comme Simone Veil.  

En dépit de la mauvaise volonté de cette classe aisée de journalistes qui s’érigent comme le bienpensant pour ceux qui les portent à l’audimat, les Français ne se résigneront peut-être pas à la sentence des 2 ans et une certaine mouvance sociale pourrait surgir avec l’aide précieuse de cet homme de caractère.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte