Michaël Hajdenberg
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

27 Billets

6 Éditions

Billet de blog 15 déc. 2014

Les électeurs du Front de gauche votent Merkel. Paraît-il.

Les semaines se suivent et se ressemblent au Journal du dimanche (JDD). Quand l’actualité manque de talent, rien de tel qu’un bon sondage de l’IFOP bien instrumentalisé. Avec le temps, on devrait être habitué. Mais à la lecture, ça empêche toujours le café de passer.

Michaël Hajdenberg
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Les semaines se suivent et se ressemblent au Journal du dimanche (JDD). Quand l’actualité manque de talent, rien de tel qu’un bon sondage de l’IFOP bien instrumentalisé. Avec le temps, on devrait être habitué. Mais à la lecture, ça empêche toujours le café de passer.

Après le tapis rouge déroulé à Marine Le Pen il y a quelques semaines, c’était ce 14 décembre au tour d’Angela Merkel d’être prétendument  portée aux nues par les Français (1011 en l’occurrence).

© 

Sur la couverture, « les Français votent Merkel ». Bien sûr, c’est une image. Mais le fond du problème est là : par Internet, entre un CV à envoyer et les enfants à aller chercher, on demande « aux Français » de se prononcer sur un chef d’Etat étranger. Les sondeurs imposent ainsi de répondre à une question que pas grand monde ne se pose, en tout cas dans ces termes : « Diriez-vous que vous avez une excellente opinion, une bonne opinion, une mauvais opinion ou une très mauvais opinion d’Angela Merkel ? » Première surprise : d’après les réponses publiées, non seulement 100% des Français ont une opinion sur ce sujet. Mais celle-ci est toujours réductible à un adjectif.

On ne saura probablement jamais ce que ce type d’interrogation posée à brûle-pourpoint donnerait pour l’Américain Obama, le Russe Poutine, l’Ivoirien Ouattara, l’Egyptien Al-Sissi, le Guinéen Condé. Mais avec ce type de méthode, et puisque les sans-opinions n’existent pas, on pourrait très bien imaginer une « Une » « Condé encensé par les Français ». Pour le coup, ça changerait.

© 

On ouvre le journal, on prend une gorgée d’eau, et on s’avale le bandeau : « Merkel plébiscitée ». En dessous : « Selon notre enquête exclusive de l’IFOP, les Français aiment la chancelière et souhaitent même que la France s’inspire des réformes allemandes ». Pour quelques milliers d'euros (mais l'IFOP n'a pas répondu à nos appels), voilà donc le JDD en possession d'une enquête, d'une exclu et d'une manchette. Avec l'assurance d'être cité dans presque tous les medias

Ensuite, on se plonge dans l’article pour comprendre. Et là, on apprend - comme quoi le journalisme peut encore faire tomber les pires préjugés -,  que 51% des électeurs du Front de gauche ont une bonne opinion d’Angela Merkel. Jean-Luc Mélenchon se fourvoie donc. Il prend à contre-pied une majorité de son propre électorat.

Lundi, un peu intrigué, on se réfère à l’étude exhaustive, disponible sur le site de l’IFOP. Les données brutes ne sont pas livrées. Mais par exemple, pour cette information sur le Front de gauche, on apprend, grâce à une petite astérisque, que moins de 40 personnes assurant « avoir une proximité politique avec le Front de Gauche » ont répondu à la question sur Angela Merkel (dans ce genre d’étude, on est sommé de déclarer une proximité avec quelqu’un, sinon l’institut n’arrive pas à dégager des majorités).

Attention, nous prévient donc l’IFOP : « Ces résultats sont à interpréter avec prudence en raison de la faiblesse des effectifs ». Si même l’IFOP nous dit d’être prudent (au delà de l’habituel cliché sur « la-photo-instantanée-de- l’opinion-qu’il-ne-faut-pas-sur-interpréter), c’est qu’il faut vraiment se méfier. Une prudence dont s’est exonéré le JDD.

Moins de 40, ça fait combien de pelés ? 35, 30, 20 ? Faute de réponse de l’IFOP, on ne saura pas. Imaginons qu’ils soient 30. 16 d'entre eux auraient une bonne opinion de Merkel. 14 une mauvaise. Bel échantillon pour tirer des conclusions. Sans même parler de la marge d'erreur, qui selon l'IFOP est déjà de 10 points pour un échantillon de 100 personnes, soit plus de deux fois supérieur !

Ensuite, en guise de conclusion mais pour donner des gages d’équilibre, une seconde question est posée. Il faut se concentrer pour comprendre le graphique mais on saisit que « 76% des Français considèrent que l’Allemagne connaît des problèmes de bas salaire et de pauvreté ». 74% « considèrent que l’Allemagne exerce une trop forte influence sur la politique suivie par l’Union Européenne ». D’où le titre « Merkel plébiscitée » ? N’y aurait-il pas une légère contradiction ?

Attention cependant à ne pas accorder trop de crédit non plus à ces deux dernières « informations » ?  En fait, tout dépend de la façon dont la question est posée. Car les Français interrogés sont en fait « d’accord » avec toutes les propositions suggérées. Ils trouvent à 73% « regrettable que des personnalités politiques critiquent l’Allemagne avec virulence compte-tenu de la relation franco-allemande ».

Mais quel résultat aurait-on obtenu si la suggestion avait été : « il est normal que des personnalités politiques puissent fortement critiquer l’Allemagne lorsqu’elles souhaitent que l’Union européenne mène une politique différente » ?

Enfin, 64% des Français pensent que « la France devrait s’inspirer des réformes mises en place par l’Allemagne ». Que veut dire s’inspirer ? Imiter ? Adapter ? Et de quoi parle-t-on ? Des réformes économiques ? Sociétales ? Lesquelles ?

Peu importe. L’auteur de l’article, lui a compris… Selon le journaliste du JDD, « pour les ¾ des Français, la première économie européenne connaît des problèmes de bas salaires et de pauvreté, prix à payer pour obtenir un chômage de 4,9%. » (…) « Comme si les Français savaient que les réformes avaient un prix élevé (…) mais que la France ne pouvait plus se permettre de rester à la traîne du pays de Frau Merkel ». CQFD. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon