Michael Pauron
Journaliste
Pigiste Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2021

Sécurité des ambassades. Le traitement « low-cost » des vigiles africains

En Afrique de l’Ouest, la France est devenue une cible de choix pour les groupes djihadistes. La sécurité de ses chancelleries, de ses diplomates et de ses ressortissants est un enjeu coûteux. Elle choisit pourtant de sous-payer et de sous-équiper ses agents de sécurité locaux, qui sont les premières victimes lors d’attaques terroristes.

Michael Pauron
Journaliste
Pigiste Mediapart

J'ai publié cet article le 5 octobre 2021 sur le site Afrique XXI.

A lire en intégralité ici : https://afriquexxi.info/article4862.html

En 2018, Vincent Ledoux, rapporteur spécial de l’action extérieure de l’État à l’Assemblée nationale, écrivait : « En 2017 une légère hausse de la consommation du plafond d’emploi avait permis de créer 67 emplois au titre du ’plan de renforcement des moyens de lutte antiterroriste et de protection des communautés et intérêts français à l’étranger’, principalement pour la coopération de sécurité et de défense en Afrique et au Moyen-Orient, ainsi que pour des emplois de gardes de sécurité en Afrique et en Asie. » Ces moyens humains supplémentaires sont insuffisants, sinon ridicules, pour satisfaire pleinement les nouveaux besoins sécuritaires des ambassades de France en Afrique et des diplomates.

Après avoir renforcé les enceintes de ses chancelleries, en les rehaussant et en les doublant, la France a pu compter sur la coopération des pays d’accueil qui ont déployé des unités de protection. Les rues adjacentes ont été fermées et mises sous bonne garde, ou presque. […] Encore faut-il que les policiers ou militaires soient suffisamment bien formés, équipés et payés pour qu’ils consentent à risquer leur vie en cas d’attaque : en 2018, à Ouagadougou, lors de l’assaut contre l’ambassade de France mené par des combattants djihadistes, Diabri Razakou, un membre de l’Escadron de sécurité et d’intervention (ESI) du Burkina Faso, avait été le seul à perdre la vie, ses camarades ayant fui devant les assaillants. Le ministère des Affaires étrangères s’appuie également sur des sociétés locales de sécurité privée. Cette ligne budgétaire est constamment mise sous pression, ce dont pâtissent en bout de chaîne les vigiles.

Ainsi d’Abidjan. L’ambassade est située en plein centre-ville, dans le quartier du Plateau, à quelques centaines de mètres à vol d’oiseau de la Présidence. Depuis peu, comme d’autres chancelleries françaises, un second mur est venu doubler l’enceinte historique, le bâtiment principal est désormais invisible depuis la rue. Deux sas blindés permettent de passer chacune de ces protections. Devant la porte principale destinée aux piétons, deux vigiles font le piquet en plein soleil. L’un d’eux ouvre une porte vitrée sans teint. Elle donne accès à un premier local gardé par trois autres agents, équipé d’un scanner et d’un portique de détection. L’organisation est la même pour le second accès. Tous sont employés par une société de sécurité locale nommée Siga Sécurité. Pantalon bleu et polo jaune, aucun n’est armé ni équipé de gilets pare-balles. Une première ligne bien fragile si des hommes armés et déterminés se présentaient à eux.

Padou (le prénom a été changé) travaille pour Siga depuis une quinzaine d’années. Marié, père de quatre enfants, il vit dans le quartier populaire de Yopougon, à une quinzaine de kilomètres de l’ambassade, à l’ouest de la ville. « Tous les matins, à 5h20, je rejoins à pied une navette pour aller au travail  », témoigne-t-il. Il a accepté de parler sous couvert d’anonymat, après s’être inquiété de savoir si je ne travaille pas pour la société qui l’embauche. Il estime son emploi précaire. « Nous n’avons pas de représentants syndicaux, et chaque fois que nous avons voulu en élire un, la direction a menacé de nous licencier », dit-il. Il prend son service à 6h30. Sa journée dure douze heures, coupée par un déjeuner pris sur place. À raison de six jours sur sept, il travaille 72 heures par semaine.

Des petits jobs à côté

« Le droit du travail est pourtant clair : la durée hebdomadaire légale est de 56 heures par semaine, assure Jérémi Kouassi Yao, responsable du secteur de la sécurité privée au sein de la Confédération ivoirienne des syndicats libres (CISL). En réalité, les vigiles font effectivement 72 heures, et les heures supplémentaires ne sont pas payées. » Padou touche 110 000 francs CFA par mois, primes comprises, soit environ 170 euros. À l’embauche, le salaire est plutôt de 90 000 francs (137 euros), soit le smic (60 000 francs) auquel s’ajoutent 30 000 francs de prime de transport. Il précise par ailleurs que certains équipements, dont ses chaussures de sécurité, ont été payés de sa poche. « Nous cotisons à la caisse nationale de prévoyance sociale, mais il n’y a aucune autre assurance ou prime de risque », ajoute Jérémi, lui-même vigile.

En mars 2019, des salariés de Siga ont exprimé leur colère lors d’une manifestation devant les locaux de leur employeur. Ils dénonçaient des ponctions sur leur salaire, qu’ils considéraient injustes. Parmi celles-ci, « 30 000 francs pour la formation, 5 000 francs pour leur imperméable, 15 000 francs pour les chaussures » relate un journal local1. Et « malgré la présentation d’un certificat médical, les jours non travaillés pour cause d’arrêt maladie ne sont pas pris en compte par l’entreprise ».

Même les contrats ne sont pas pérennes. « Ces sociétés jouent avec la loi, reprend le syndicaliste. Normalement, les contrats à durée déterminée ne peuvent dépasser deux ans. Au bout de ce délai, le salarié doit être passé en contrat à durée indéterminée. Dans les faits, ils sont mis en CDD un an, parfois deux ans, au terme duquel on leur accorde des congés d’un mois ou deux. Puis on leur refait un CDD. » Aucun des vigiles interrogés pour cette enquête n’avait signé un CDI. « Mon salaire me permet tout juste de payer la maison et les charges. Ma femme est une commerçante qui gagne peu d’argent. Je suis obligé de faire des petits jobs à côté pour subvenir aux besoins de ma famille », conclut Padou.

Jérémi Yao, qui tente non sans mal d’organiser la profession afin de mieux la défendre, estime que les vigiles ivoiriens ne sont « ni équipés, ni protégés correctement. Beaucoup de nos amis sont morts dans l’exercice de leur fonction, comme lors de l’attaque de Grand Bassam2. Nous ne pourrons assurer correctement notre mission que si nous-mêmes sommes considérés et en sécurité  ».

Une histoire de famille

Siga Sécurité emploie quelque 3 000 vigiles dans le pays. Elle gère aussi le gardiennage de la résidence de France. Dirigée par une Française, Maryse Malaganne-Delpeuch, la société a été créée par son père en 1970. La patronne est depuis au moins 2011 l’un des deux conseillers du commerce extérieur de la France en Côte d’Ivoire. Siga est une filiale du premier groupe de sécurité français, Seris. Dirigé par la famille Tempereau, entrée dans le palmarès des 500 familles les plus riches de l’Hexagone3, il ne compte pas moins de 43 000 salariés. C’est ainsi : l’État français sous-traite le gardiennage de ses ambassades à une société française de droit local, qui profite des conditions minimales qu’offre une législation approximative pour faire de substantiels bénéfices. Le chiffre d’affaires mondial de Seris a atteint 662 millions d’euros en 2020.

(...)

A lire en intégralité ici : https://afriquexxi.info/article4862.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier