Et la présomption de victime ?

"Indignez-vous" ? Je le suis, indigné, par les réactions politico-médiatiques manifestant "la stupeur", "l'incrédulité", affirmant que "tout cela ne ressemble en rien à DSK", voire évoquant un "complot" … alors que dans le même temps on n'entend rien, aucune marque de respect, aucune solidarité avec la "femme de chambre", comme ils disent – hormis quelques questions soupçonneuses à son égard.

"Indignez-vous" ? Je le suis, indigné, par les réactions politico-médiatiques manifestant "la stupeur", "l'incrédulité", affirmant que "tout cela ne ressemble en rien à DSK", voire évoquant un "complot" … alors que dans le même temps on n'entend rien, aucune marque de respect, aucune solidarité avec la "femme de chambre", comme ils disent – hormis quelques questions soupçonneuses à son égard.

 

Le directeur général du FMI menotté arrache des larmes au député. La jeune femme africaine, mère célibataire, qui a peut-être été humiliée, souillée, cela lui arrache quoi ? Pas un mot de commisération, même éventuelle.

Ils ont pourtant tous entendu parler du témoignage de Tristane Banon, sans doute en ont-ils regardé la vidéo, et probablement ont-ils entendu les commentaires de sa mère. Ils connaissent tous au moins une femme journaliste ou politique (en ce qui me concerne, j'en connais deux) qui leur a raconté une histoire analogue à ce que rapportait Aurélie Filippetti dans un interview il y a trois ans : les femmes, politiques et journalistes, évitent en général soigneusement de se retrouver seules avec DSK, par peur de tentatives de drague "très lourdes, très appuyées".

Ce n'est pas de la violence, cela ? Est-ce "aimer les femmes", comme ils l'écrivent, que de tenter de les forcer ? Ça, de la "séduction" ? Mais vous êtes vraiment fous ! Ce qu'on reproche à DSK d'avoir fait au Sofitel n'est-il pas dans la droite ligne de ces comportements répétés et avérés ? Dont on savait qu'ils allaient tôt ou tard sortir dans la campagne, ce qui n'a pas empêché ce parti pusillanime de se préparer à se ranger derrière un candidat aussi improbable sur le plan personnel.

On a ri jaune, ou on s'est indigné, quand Stéphane Guillon conseillait aux femmes de se mettre aux abris lors de la venue de DSK à France Inter, alors que tout le monde savait bien pourquoi Guillon disait cela.

Oui, beaucoup du petit monde politico-journalistique le savait. Quel aveuglement, volontaire !

Oh que je voudrais que d'autres victimes de ces comportements puissent enfin, osent enfin se manifester maintenant, pour imposer un peu de dignité à ce pays et à ses représentants !

Mais bien sûr la pression morale de la présomption d'innocence se rajoute à toutes les autres pressions. Peut-être un peu plus tard, si la police new-yorkaise trouve les preuves qu'elle recherche ?

Comment ces commentateurs osent-ils même esquisser un rapprochement avec l'affaire Lewinsky ou la double vie de Mitterrand ? D'un côté, des relations sexuelles et/ou amoureuses entre personnes consentantes. De l'autre, une jeune femme de condition modeste qui dit avoir été agressée et forcée par un homme puissant. Où est le rapport ? Où ?

"Mentalité latine" ? Machisme violent et inadmissible, omerta nationale, tout simplement ! Je pense que DSK n'aurait jamais été poursuivi, ni même inquiété, si cette affaire s'était produite en France. Et un certain nombre de commentateurs de s'en prendre à la justice américaine. Honte.

Mais où est le combat féministe aujourd'hui ?

Quel désastre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.