La sentence pour Azat Miftakhov: 6 ans de prison

La communauté mathématique internationale est massivement concernée par le cas du mathématicien Azat Miftakhov, qui vient d'être condamné à 6 ans de prison. Le texte ci-dessous va circuler dans les universités du monde entier. Les mathématiciens ont mené d'autres campagnes, souvent victorieuses, pour obtenir la libération de prisonniers politiques. Celle-ci sera menée, jusqu'au bout.

Le cas d’Azat Miftakhov : fiche d'informations

La communauté mathématique internationale est profondément inquiète de la situation d’Azat Miftakhov, un étudiant de l’université d’état de Moscou qui est détenu depuis presque deux ans par les autorités russes. 

Azat est un jeune mathématicien talentueux originaire du Tatarstan (Fédération de Russie). Dès l’école, il a remporté des prix dans plusieurs concours de mathématiques et reçu le soutien offert aux jeunes talents par le ministère de l’Éducation et de la Science. Étudiant à Moscou, il s’est impliqué dans le mouvement anarchiste. En février 2019, juste après son retour d’une conférence à Nizhni Novgorod où il avait donné son premier exposé en anglais, Azat a été arrêté par la police et accusé d’avoir fabriqué des explosifs. Il a été torturé au poste de police. Après trois jours, Azat a été relâché, le tribunal n’ayant trouvé aucune preuve justifiant sa détention.

Il a été immédiatement arrêté à nouveau dans la cour du poste de police et accusé de la destruction d’une fenêtre d’un bureau du parti politique « Russie unie », événement qui s’était produit plus d’un an auparavant. Il est maintenu en prison depuis. L’absence de preuves dans le cas d’Azat est inquiétante, ainsi que son maintien en détention préventive pour la plus grande partie du temps qui a suivi son arrestation. Azat a plaidé non coupable.

Témoins secrets

Les charges contre lui sont basées sur les témoignages de deux « témoins » secrets. L’un d’eux l’aurait reconnu à cause de ses « sourcils expressifs » (étant donné que les lanceurs de bombes fumigènes portaient des masques). Il a offert son témoignage pour la première fois près d’un an après l’incident. Il a expliqué qu’il a vu Miftakhov dans les bureaux de « Russie unie », mais qu’il ne pouvait pas appeler la police à l’époque parce que son téléphone était hors d’usage. Il ne s’est souvenu de l’incident qu’après avoir vu les nouvelles de l’arrestation de Miftakhov en février 2019. Ce « témoin » secret est mort le 15 janvier 2020, plusieurs mois avant le procès, et son témoignage n’a donc pas été contre-examiné par la défense. 

L’autre « témoin » n’était pas présent sur la scène de crime et il n’a témoigné qu’en ce qui concerne l’appartenance de Miftakhov au mouvement anarchiste « Auto-défense du peuple ». Pendant l’audition au tribunal Golovinsky le 13 octobre, ce « témoin » a participé par lien vidéo depuis la salle du tribunal militaire du deuxième district occidental (l’audition elle-même était fermée aux journalistes et au public, à cause du coronavirus). Nikita Taranishchenko, avocat d’un co-défendant du même procès, a remarqué que les déclarations du témoin différaient de manière significative de l'information donnée pendant l’enquête. Le « témoin » lui-même a admis pendant l’audition qu’une partie importante de son témoignage sur Miftakhov n’était que de la spéculation.

Au tribunal, Miftakhov a nié les accusations et déclaré que l’affaire est une invention. 

https://therussianreader.com/2019/02/13/azat-miftakhov-3/

https://avtonom.org/en/news/expressive-eyebrows-russian-anarchist-azat-miftakhov-jailed-after-secret-witness-testifies

https://meduza.io/en/feature/2020/10/14/miftakhov-s-case

Prisonnier politique

La principale organisation des droits humains de Russie, le Centre pour les droits humains Memorial, a déclaré Miftakhov prisonnier politique :

« Le Centre pour les droits humains Memorial considère que les poursuites contre Azat Miftakhov sont des exemples sans équivoque de l’utilisation de procédures pseudo-juridiques pour mettre fin à une activité de la société civile que les autorités jugent indésirable (…) l’usage de la torture n’a pas aidé les agents des forces de l’ordre à fabriquer de manière plausible une affaire criminelle (…) les délits dont il a été accusé manquent tellement de substance qu’il n’a été mis en détention provisoire qu’à la troisième tentative, quelque chose qui est pratiquement inédit. » 

Memorial fait allusion dans cet extrait au fait que le tribunal a refusé à deux reprises, pour « insuffisance de preuves », la requête de l’accusation d’arrêter Miftakhov. 

Un dossier détaillé sur Miftakhov est disponible sur le site russe de Memorial à cette addresse :

https://memohrc.org/ru/defendants/miftahov-azat-fanisovich 

L’Union inter-régionale des professionnels de l’enseignement supérieur « Solidarité université » a rendu publique une déclaration sur Miftakhov le 3 août 2019 :

http://unisolidarity.ru/?p=8046

La déclaration note que Miftakhov a été torturé et qu’il « est impossible de lui envoyer des ouvrages mathématiques ». L’Union affirme qu’« il est nécessaire que Miftakhov soit libéré de détention provisoire » et exhorte « les mathématiciens- collègues [de Miftakhov] à soutenir cette initiative ». L’avocat de Miftakhov demande qu’il soit mis en résidence surveillée plutôt qu’en prison jusqu’à ce que son procès ait lieu. 

Torture

Le 16 janvier 2019, des menaces contre Miftakhov sont apparues sur une page Telegram anonyme «  Un agent vend la mèche » (« Опер Слил https://t.me/s/operdrain/17490 »), une page probablement liée aux forces de sécurité. Il y a une photo du passeport de Miftakhov sur ce post, des « salutations de Nizhni Novgorod » (littéralement) aux anarchistes de Narodnaya Samooborona et une menace contre Azat exprimée par des grossièretés.   

L’arrestation et la torture de Miftakhov se sont produites peu après, début février :

https://therussianreader.com/2019/02/02/azat-miftakhov/

Miftakhov a déclaré à son avocat avoir été torturé avec un tournevis électrique. Mr Valery Borshchyov, membre de la Commission indépendante pour la surveillance des prisons (Oбщественная наблюдательная комиссия), a confirmé que Miftakhov a été torturé. «  Il a des blessures sur le corps, sur le cou. J’ai vu des traces de torture par un tournevis électrique », a dit Borshchyov (Radio Free Europe). Cette déclaration a aussi été rapportée dans l’article suivant :

https://novayagazeta.ru/articles/2020/07/08/86203-podozrevaemuyu-ne-uznali-poterpevshie-ne-prishli

L’arrestation de Miftakhov a été filmée et diffusée par la chaîne de télévision dont l'État est propriétaire, Russia-24 (début à 0:20). Ce rapport extrêmement choquant qui viole les droits fondamentaux de Miftakhov n’est pas le seul diffusé par Russia-24. Un autre rapport révoltant diffusé le 11 avril 2019 pourrait même mettre sa vie en danger. 

Il n’y a jamais eu d’enquête sur la torture et le tribunal n’a jamais statué sur cette question. Il y a eu une vérification avant enquête (доследственная проверка) mais jamais d’enquête réelle. 

Pression sur la famille de Miftakhov

Une autre question troublante dans l’affaire Miftakhov est la pression sur sa famille exercée par les autorités de l'État. Le 6 juin 2019, le beau-père de Miftakhov et sa sœur mineure ont été appelés (sans mandat officiel) au poste de police de Nizhnekamsk, où ils vivent. Là, selon des parents de Miftakhov, ils ont été menacés d’avoir « des problèmes » au travail et à l’école s’ils ne cessaient pas de le soutenir. 

https://therussianreader.com/2019/06/14/police-intimidating-azat-miftakhovs-family-into-testifying/  

La condamnation antérieure de Miftakhov 

Miftakhov a été condamné dans une affaire antérieure en 2017. Selon un reportage de la BBC, dans la nuit du 19-20 mai 2017, Miftakhov et un ami ont marché dans Mascou et rencontré deux jeunes gens non identifiés qui, tout en marchant, ont commencé à casser les caméras de surveillance vidéo extérieures. Au 3 de la rue Tverskaya-Yamskaya, la police a essayé de les arrêter mais Miftakhov et un ami se sont échappés en courant. La police les a rattrapés et les fugitifs ont alors sorti des bombes de spray au poivre et ont pulvérisé le spray dans les yeux des poursuivants. Malgré cela, ils ont été arrêtés. Miftakhov et le deuxième détenu ont complètement admis leur culpabilité et ils ont été condamnés à des amendes de 45000 roubles chacun [c. 500 euros]. Le tribunal a pris en compte le fait que Miftakhov « a des témoignages exclusivement positifs sur son caractère, soutient matériellement ses parents et sa sœur mineure et qu’il a fait des excuses publiques à la victime », et l’a aussi volontairement indemnisée pour le dommage causé.

Ce jugement ne peut devenir une épée de Damoclès pesant indéfiniment sur Miftakhov, encore moins une raison pour lui inventer des crimes qu'il n'a pas commis. 

Le procès

Après de nombreux délais, le procès a commencé le 8 juillet 2020 et a duré jusqu’au 23 décembre 2020. Les journalistes et le public n’ont pas été autorisés à entrer dans le tribunal, à cause des restrictions dues au coronavirus.

Selon le procureur, le 31 janvier 2018, cinq personnes ont attaqué le bureau de « Russie unie » dans le district de Khovrino, dans la capitale. Elena Gorban a été accusée d’avoir cassé la vitre avec un marteau, Alexei Kobaidze d’avoir lancé une bombe fumigène dans le bureau, Alexei Eikin d’avoir filmé tous les événements, Svyatoslav Rechkalov d’avoir posté un engistrement sur Internet ; Azat Miftakhov se serait tenu à proximité et aurait surveillé la situation. Kobaidze et Rechkalov ont quitté la Russie et sont actuellement sur la liste des personnes recherchées. Gorban et Eikin sont co-défendants dans l’affaire, ils ont partiellement admis leur culpabilité et le procureur a demandé pour eux des peines avec sursis. Selon Novaya Gazeta, les experts ne classent pas comme arme la bombe fumigène jetée dans le bureau de Russie unie.

La cour accuse seulement Miftakhov d’avoir été présent et d’avoir été témoin d’un acte de vandalisme. Le procureur a requis 8 ans de prison contre lui.

Selon un article récent, «  pendant l’enquête préliminaire, puis pendant l’instruction judiciaire, Miftakhov a clamé son innocence et a refusé d’admettre sa culpabilité. Ses déclarations sont confirmées par le témoignage d’Eikin et de Gorban, qui ont affirmé que, le 31 janvier 2018, Azat n’était pas avec eux. » 

Selon un autre article récent, Eikin, qui a plaidé coupable, affirme qu’il n’a jamais rencontré Miftakhov. Un autre protagoniste de ce procès, Alexei Kobaidze, n’a pas pu reconnaître Azat lors d’une procédure d’identification de la police. Cette information a été confirmée dans un post sur Telegram de l’avocat de Miftakhov, Svetlana Sidorkina :

https://t.me/pchikov/4095 

La déclaration de Miftakhov au tribunal le 23 décembre est disponible ici.

Témoignages

Pendant sa détention, Azat Miftakhov a réussi à publier deux prépublications mathématiques sur arxiv. Dr Sergey Berezin, qui a co-signé avec lui un de ces articles, intitulé « On barycenters of probability measures » (Bull. Pol. Acad. Sci. Math. 68 (2020), no. 1, 11–20; arxiv), a écrit :

« A la fin de 2018, j’ai participé à la conférence sur les probabilités et la physique mathématique pour jeunes mathématiciens, organisée dans le département de l’institut Steklov à Saint-Pétersbourg. Un autre participant était Azat Miftakhov. Il a donné un joli exposé sur l’estimation de la distance de Kantorovich entre les mesures invariantes de deux diffusions de Ito via les coefficients de tendance et de diffusion correspondants. 

Plus tard, j’ai appris l’arrestation d’Azat. J’ai aussi appris qu’Azat travaillait sur les théorèmes de caractérisation pour les barycentres des mesures sur les espaces de dimension infinie et je suis allé lire les notes d’Azat. Il est clair que l’auteur a sans aucun doute un grand potentiel mathématique. Beaucoup de problèmes clés avaient déjà été résolus dans les notes ; et j’ai essayé moi-même de boucler quelques problèmes liés encore ouverts. J’ai donc envoyé un mail à Azat avec mes idées. Quelques semaines plus tard, j’ai eu sa réponse, et nous avons commencé à échanger des mails dans les deux sens jusqu’à ce que la prépublication soit prête.

L’aspect le plus gênant de tout le processus, c’étaient les délais — comme je l’ai appris plus tard, mes mails étaient relayés via plusieurs personnes, imprimés et ensuite seulement transférés au centre de détention où est Azat. En fin de compte, je suis content de réaliser que nous avons réussi à publier ce papier. »

Le professeur Alexander Bufetov a écrit le 8 août 2019 au Comité sur les droits humains des mathématiciens de la Société américaine des mathématiques le message suivant :

«  Pendant l’hiver 2018, Azat Miftakhov a donné un exposé brillant sur son travail de thèse à une conférence internationale annuelle de jeunes mathématiciens à Saint-Pétersbourg, organisée par Ildar Ibragimov et moi-même. Le  résultat principal de Miftakhov est une estimation intéressante de la distance de Kantorovich entre les distributions stationnaires de diffusions en fonction des coefficients des équations de Kolmogorov correspondantes. Ce résultat suffit largement pour une thèse de doctorat. Miftakhov a semblé être en bon chemin pour la soutenance de son doctorat prévue pour 2019.  J’ai été impressionné par le potentiel professionnel de Miftakhov et je l'ai encouragé à candidater pour le colloque et l’école d’été de la Chaire Jean Morlet au CIRM que Tamara Grava et moi-même avons organisés à Luminy pendant le dernier trimestre de printemps. L’arrestation soudaine de Miftakhov a mis un terme à ces plans. 

En prison, Miftakhov est privé de l’opportunité de pratiquer sa profession. Les règlements de la prison interdisent la plupart des livres de mathématiques et tous les articles de journaux mathématiques. La correspondance en prison est soumise à la censure. Dans une lettre que Miftakhov m’a adressée à propos de son travail, la formule mathématique avait été barrée par la censure. Dans ces condtions, Miftakhov ne peut pas terminer sa thèse. » 

Le professeur Anatoly Vershik, ancien président de la Société mathématique de Saint-Pétersbourg, membre de l’Académie européenne des sciences, lauréat du prix Humboldt, chercheur en chef de la section de Saint-Pétersbourg de l'Institut Steklov des mathématiques de l'Académie des sciences de Russie, a dit à Novaya Gazeta le 10 janvier 2021 :

«  Les actions en soutien d’Azat ont commencé immédiatement après qu’il a été emprisonné, le seul à l’être parmi les accusés ». Les collègues d’Azat et les étudiants de l'université d’état de Moscou ont affirmé à plusieurs reprises que le cas avait été falsifié. Nous, les mathématiciens, nous sommes des gens méticuleux, nous voulons des preuves. Peu à peu, même les sceptiques les plus conservateurs ont pris conscience de l’absurdité de la situation autour d’Azat Miftakhov. Et bien qu’il soit encore très jeune et qu’il n’ait pas eu le temps de faire une contribution majeure à la science, le cynisme qui entoure ce talentueux jeune homme (même entre les barreaux, il a réussi à publier deux articles scientifiques) fait que les mathématiciens du monde entier se sentent concernés par son sort. 

Le Congrès international des mathématiciens a lieu tous les quatre ans et c’est un événement important dans la communauté scientifique du monde entier. Pétersbourg a rivalisé avec Paris pour le droit à accueillir le congrès et les membres du comité exécutif penchaient pour la France. Le porte-parole russe a dit que les autorités russes étaient prêtes à accorder une dispense de visa à tous les participants et cela a fait pencher la balance.

La lettre, signée par 2500 scientifiques du monde entier, dit : « Pour nous scientifiques, la liberté est une des plus hautes valeurs. Assister au congrès alors que notre collègue Azat Miftakhov est détenu arbitrairement nous posera un dilemne sérieux, ainsi qu’à la communauté mathématique toute entière ». Et je suis complètement d’accord avec cela. » 

Liens utiles

Le cas d'Azat Miftakhov : lettre de 47 mathématiciens aux membres du comité exécutif d’organisation et du comité local d’organisation du Congrès international des mathématiciens (ICM) qui aura lieu à Saint-Petersbourg en 2022

Pétition en soutien d'Azat Miftakhov signée par plu de 3000 mathématiciens de plus de 15 pays

«  Мы призываем суд освободить Азата Мифтахова » [Nous appelons la Cour à relâcher Azat Miftakhov] Lettre d’académiciens, de correspondants et de professeurs de l’Académie russe des sciences  

Mise à jour de la Société américaine de mathématiques (AMS) sur le cas d'Azat Miftakhov

Lettre exprimant l'inquiétude de Jill Pipher, Président de l’AMS, adressée au tribunal où Miftakhov est jugé et exhortant les autorités russes à faire preuve de clémence et de compassion dans le verdict

Une déclaration de la Société mathématique de France (SMF) sur le cas d'Azat Miftakhov

«  Manifestação a favor de Azat Miftakhov  »  de la Société brésilienne de mathématiques 

Manifestation d'inquiétude de la Société italienne de mathématiques

D’autres liens utiles et une chronologie de l’affaire sont disponibles sur le site miftakhov.org

***********

La version en Anglais

The Case of Azat Miftakhov : fact sheet

The international mathematical community is deeply concerned about the situation of Azat Miftakhov, the graduate student from Moscow State University who has been detained by Russian state authorities for nearly two years.

Azat is a talented young mathematician who comes from the Tatarstan region in the Russian Federation. Already in school he won prizes in several math competitions and received support given to talented young people by the Ministry of Education and Science. As a student in Moscow he became involved with the anarchist movement. In February 2019, right after his return from a conference in Nizhni Novgorod where Azat gave his first talk in English, he was detained by the police and accused of manufacturing explosives. He was tortured at the police station. After three days Azat was released, since the court found no evidence to justify his detention. He was immediately detained in the backyard of the police station and accused of destruction of an office window of the United Russia political party, an act which had taken place more than a year earlier. He has been kept in jail since then.  The lack of evidence in Azat’s case is disturbing, as is the fact that, for most of the time since his arrest, he has remained in pre-trial detention. Azat pleaded not guilty. 

Secret witnesses

The charges against him are based on the testimonies of two secret "witnesses". One of them is said to have recognized him by his "expressive eyebrows" (as the smoke-bomb throwers wore masks). He gave his first testimony almost a year after the incident. He explained that he saw Miftakhov at the United Russia office, but he couldn’t call the police at the time because his phone was dead. He remembered the incident only after he saw the news of Miftakhov’s arrest in February 2019. This secret "witness" died on January 15, 2020, several months before the trial and thus his testimony has not been cross-examined by the defense.

The other "witness" wasn't present at the crime scene and testified only regarding Mitakhov's membership in the anarchist movement People’s Self-Defense. During the hearing at the Golovinsky Court on October 13, this "witness" participated by video link from the courtroom of the Second Western District Military Court (the hearing itself was closed to journalists and the public due to the coronavirus). Nikita Taranishchenko, the lawyer of a co-defendant in the same trial, noted that the witness’s statements differed significantly from the information given during the investigation. The "witness" himself admitted during the hearing that much of his testimony about Miftakhov was only speculation. 

In court, Miftakhov denied the accusations and declared his case a "fabrication". 

https://therussianreader.com/2019/02/13/azat-miftakhov-3/

https://avtonom.org/en/news/expressive-eyebrows-russian-anarchist-azat-miftakhov-jailed-after-secret-witness-testifies 

https://meduza.io/en/feature/2020/10/14/miftakhov-s-case

Political prisoner

Russia’s main human rights organization, Memorial Human Rights Centre, has declared Miftakhov a political prisoner : 

"Memorial Human Rights Centre considers that the prosecution of Azat Miftakhov is an unequivocal example of the use of pseudo-legal procedures to close down civil society activity unwelcome to the authorities (…) the use of torture did not help the law enforcement agents to plausibly fabricate the criminal case (…) the offences with which he has been accused were so lacking in substance that he was remanded in custody only on the third attempt, something that is virtually unheard of."

Memorial is referring in this extract to the Court declining the prosecution’s request to arrest him twice for "insufficient evidence". 

A detailed dossier on Miftakhov is available on the Russian website of Memorial at this address:

https://memohrc.org/ru/defendants/miftahov-azat-fanisovich 

The Inter-regional Union of professionals of higher education "University Solidarity" issued a statement on Miftakhov on August 3, 2019:

http://unisolidarity.ru/?p=8046 

The statement notes the torture of Miftakhov and that  "it is impossible to send him mathermatical literature". The Union states  that "it is necessary that Miftakhov be released from remand detention" and urges [Miftakhov’s] "colleagues-mathematicians to support this initiative". Miftakhov’s lawyer requests the alternative of house arrest for Miftakhov until his trial takes place.

Torture

On January 16, 2019, threats to Miftakhov appeared in the anonymous Telegram page "Officer leaked" ("Опер Слил" https://t.me/s/operdrain/17490) presumably connected to the security forces. There is a photo of Miftakhov's passport in the post, "greetings from Nizhni Novgorod" (literally) to the anarchists from Narodnaya Samooborona and a threat to Azat expressed in profanity.   

Miftakhov's arrest and torture happened soon after that, in early February: 

https://therussianreader.com/2019/02/02/azat-miftakhov/ 

Miftakhov declared to his lawyer to have been tortured by an electric-powered screwdriver. Mr Valery Borshchyov, member of the Independent Commission for Monitoring Prisons (Oбщественная наблюдательная комиссия), confirmed that Miftakhov has been tortured. "He has wounds on his body, on his neck. I saw traces of torture by an electric-powered screwdriver," Borshchyov said (Radio Free Europe).This statement is also reported in the following article:

https://novayagazeta.ru/articles/2020/07/08/86203-podozrevaemuyu-ne-uznali-poterpevshie-ne-prishli

Miftakhov's arrest was filmed and diffused by the state-owned TV Russia-24 (starting at 0:20). This extremely shocking report which violates Miftakhov's fundamental rights is not the only one broadcast by Russia-24. Another disgusting report aired on April 11, 2019 could even endanger his life.

There has never been an investigation into torture and the court has never ruled on this issue. There has been a pre-investigation check (доследственная проверка) but there was never a real investigation.

Pressure on Miftakhov's family

Another disturbing issue about Miftakhov's case is the pressure on his family by the state authorities. On June 6, 2019, Miftakhov's stepfather and minor sister were called without summons to the police in Nizhnekamsk, where they live. There, according to relatives of Miftakhov, they were threatened with "problems" at work and at school if they did not stop supporting him.

https://therussianreader.com/2019/06/14/police-intimidating-azat-miftakhovs-family-into-testifying/  

Miftakhov's previous conviction

Miftakhov was convicted in an earlier case in 2017. According to a BBC report, on the night of May 19-20, 2017, Miftakhov and a friend walked around Moscow and met two unidentified young people who, while walking, began to break the outdoor video surveillance cameras. On the street Tverskaya-Yamskaya 3, the police tried to stop them, but Miftakhov and a friend rushed to run. The police caught up with them, and then the fugitives took out cans of pepper spray and sprayed them into the eyes of the pursuers. Despite this, they were detained. Miftakhov and the second detainee fully admitted their guilt and were sentenced to fines of 45 thousand rubles each. The court took into account that Miftakhov "is exclusively positively characterized, provides materially to parents and a minor sister and made a public apology to the victim", and also voluntarily compensated him for the damage caused. 

This judgment cannot turn into a sword of Damocles which weighs indefinitely on Miftakhov, much less a reason to fabricate for him crimes he did not commit.

The trial

After numerous delays, the trial started on July 8, 2020 and lasted until December 23, 2020. Journalists and the public were not allowed into the courtroom due to the coronavirus restrictions.

According to the prosecution, on January 31, 2018, five people attacked the United Russia office in the Khovrino district of the capital. Elena Gorban is charged with breaking the window with a hammer, Alexei Kobaidze threw a smoke bomb into the office, Alexei Eikin filmed everything that happened, Svyatoslav Rechkalov posted a recording on the Internet, and Azat Miftakhov stood close by and watched the situation. Kaboidze and Rechkalov have left Russia and are currently on the international wanted list. Gorban and Eikin are co-defendants in the case, they partially admitted their guilt, and the prosecution requested suspended sentences for them. According to Novaya Gazeta, experts do not classify the smoke bomb thrown into the United Russia office as a weapon.

The court accuses Miftakhov of only being present and of witnessing an act of vandalism. The prosecution requested 6 years of prison for him.

According to a recent article, "throughout the preliminary and then judicial investigation, Miftakhov declared his innocence and refused to admit his guilt. His words are confirmed by the testimony of Eikin and Gorban, who stated that on January 31, 2018, Azat was not with them." 

According to another recent article, Eikin, who pleaded guilty, claims he hasn't ever met Miftakhov. Another protagonist of the trial, Alexei Kobaidze, couldn't recognize Azat during a police lineup. This information is confirmed in a Telegram post by Miftakhov's lawyer, Svetlana Sidorkina:

https://t.me/pchikov/4095  

Miftakhov's statement in the court on December 23 is available here.

Testimonies

During his detention Azat Miftakhov has managed to publish two mathematical preprints on arxiv. Dr Sergey Berezin, who co-signed with him one these articles entitled "On barycenters of probability measures" (Bull. Pol. Acad. Sci. Math. 68 (2020), no. 1, 11–20; arxiv), wrote:

"At the end of 2018, I participated in the conference on probability and mathematical physics for young mathematicians, organized in Saint-Petersburg Department of Steklov Institute. Another participant was Azat Miftakhov. He was giving a nice talk about estimating the Kantorovich distance between invariant measures of two Ito diffusions via the corresponding drift and diffusion coefficients.

Later on, I learned about Azat's arrest. Also, I learned that Azat was working on the characterization theorems for barycenters of measures on infinitely dimensional spaces and got to read Azat's notes. It was clear that the author no doubt has great mathematical potential. Many core problems had already been solved in the notes; and I tried myself to finish some related open ones. Then, I sent an email with my ideas to Azat. In several weeks or so I got the response, and we started exchanging emails back and forth until the preprint was ready.

The most annoying part of the whole process was the delays-- as I learned later, my emails were relayed via several people, printed, and only then delivered to the detention center where Azat is. At the end of the day, I am happy to realize that we have succeeded in publishing this paper." 

Professor Alexander Bufetov wrote on August 8, 2019 to the AMS Committee on the Human Rights of Mathematicians, the following message:

"In winter 2018, Azat Miftakhov gave a brilliant talk  on his thesis work at an annual international young mathematicians’ conference  in Saint-Petersburg organized by Ildar Ibragimov and  myself. Miftakhov’s main result is an  interesting estimate on the Kantorovich distance between stationary distributions of diffusions in terms of the coefficients of the corresponding Kolmogorov equations. This result is amply sufficient for a Ph.D. thesis. Miftakhov appeared to be well on track  towards his Ph.D. defence planned for  2019.  I was impressed by Miftakhov’s professional potential and encouraged him to apply for the  conference and school of the CIRM Jean Morlet Chair that Tamara Grava and I organized in Luminy this last spring term. Miftakhov’s sudden arrest put an end to these plans.

Miftakhov is  deprived of the opportunity to practise his profession in gaol. Prison regulations forbid most of Mathematics monographs and all Mathematics journal papers. Prison correspondence is subject to censorship. In Miftakhov’s letter to me about his work, the mathematical formula was censored out. In these conditions, Miftakhov cannot complete his thesis."

Professor Anatoly Vershik, the former president of the St. Petersburg Mathematical Society, a member of the European Academy of Sciences, a Humboldt Prize laureate, chief researcher of the St. Petersburg section of the Steklov Institute of Mathematics of the Russian Academy of Sciences, told Novaya Gazeta on January 10, 2021:

"Actions in support of Azat began immediately after he, the only one of the accused, was imprisoned. Azat's colleagues and students of Moscow State University have repeatedly stated that the criminal case was falsified. We mathematicians are meticulous people, we need proofs. Gradually, even the most conservative skeptics became aware of the absurdity of the situation around Azat Miftakhov. And although he is still very young and did not have time to make a significant contribution to science, the cynicism that is going on around this talented young man (even while behind bars, he managed to publish two scientific papers), made mathematicians from all over the world take part in his fate.

The International Mathematical Congress is held every four years, and this is a significant event in the world scientific community. Petersburg vied for the right to host the congress with Paris, and members of the executive committee leaned towards France. The Russian spokesman said the Russian authorities were ready to grant visa-free travel to all participants, and that tipped the scales.

The letter, signed by 2,500 scientists from around the world, says: 'Freedom is one of the highest values for us as scientists'. Attending the congress while our colleague Azat Miftakhov is arbitrarily detained will pose a serious dilemma for us and for the entire mathematical community.' And I completely agree with that."

Useful links

The case of Azat Miftakhov: letter by 47 mathematicians to the members of the Executive Organizing Committee and Local Organizing Committee of the International Congress of Mathematicians (ICM) that will be held in Saint-Petersbourg in 2022

Petition in support of Azat Miftakhov signed by more than 3000 mathematicians from more than 15 countries

Мы призываем суд освободить Азата Мифтахова” [We call on the court to release Azat Miftakhov]: letter from academicians, corresponding members and professors of the Russian Academy of Sciences

Update of the American Mathematical Society (AMS) on the Case of Azat Miftakhov

Letter of concern from Jill Pipher, the President of the AMS, to the court where Miftakhov is on trial, urging Russian law enforcement authorities to exercise leniency and compassion in the verdict

A statement of the French Mathematical Society (SMF) on Azat Miftakhov's case

"Manifestação a favor de Azat Miftakhov" of the Brazilian Mathematical Society

Statement of concern of the Italian Mathematical Society

Further useful links and a timeline of the case are available on the website miftakhov.org



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.