Manque de style

« J’espère de tout cœur que l’Assemblée Nationale acceptera la lavallière de Villani et la non-cravate de Ruffin » : cette phrase a été coupée (bon, disons le mot juste, censurée) dans le journal Les Échos. Parce que ce journal « s'efforce de faire le moins de publicité possible à ce personnage ». Ce personnage ? Vous avez deviné, si vous avez vu Merci Patron. C'est ainsi.

Il y a quelques années, on m’avait demandé d’assurer une chronique dans Les Echos. Autour des mathématiques, environ tous les deux ou trois mois. J’en ai publié vingt, en toute liberté, sur les sujets de mon choix, avec la seule contrainte de remettre un texte d’au plus 2100 signes caractères compris.

J’ai envoyé la vingtième jeudi dernier, pour parution ce lundi. Elle faisait 2096 signes caractères compris. Le responsable de la rubrique s’en est déclaré, comme à son habitude, tout à fait satisfait, et m’a proposé comme titre « un matheux à l’assemblée », ce que j’ai accepté. J’avais écrit la chronique en réaction à l’apostrophe de Mélenchon adressée aux intellectuels, chercheurs, et au « matheux ».

La chronique se terminait par des considérations de Guy Debord sur le style (« on est facilement devenu coupable d’avoir du style »), et se concluait par la phrase suivante :

« J’espère de tout cœur que l’Assemblée Nationale acceptera la lavallière de Villani et la non-cravate de Ruffin. »

La chronique vient de paraître. Amputée de cette dernière phrase. Amputée, sans m’avoir consulté, ni même informé. Je ne m’étendrai pas sur le caractère complètement inhabituel de ce comportement, ni sur sa grossièreté. Mais le pourquoi me taraude.

Bernard Arnault, propriétaire des Echos, était le sujet principal du film « Merci Patron » qui a rendu célèbre Ruffin. Serait-ce qu’il est interdit, dans un journal possédé par Bernard Arnault, de faire référence avec un égal respect à Cédric Villani et à François Ruffin ? Ou qu’un membre de la rédaction se sente obligé de l’interdire ? Est-il possible que là soit la raison de cette coupe ? Sérieusement ?

Mais sinon ?

P.S. Après avoir rédigé ce billet, je reçois à l’instant, du rédacteur en chef, une réponse à ma protestation envoyée dès ce matin. Il y écrit :

« [•••] J’ai en effet pris la liberté de couper cette phrase pour la simple raison suivante : François Ruffin passant le plus clair de son temps à dénigrer notre journal dans des termes qui ne sont pas de l’ordre du débat — légitime — mais systématiquement caricatural, nous nous efforçons de faire le moins de publicité possible à ce personnage. Je reconnais que j’aurais dû vous en avertir. [•••] »

Je pense donc avoir le droit d’écrire en conclusion, comme je le fais parfois ailleurs : « C.Q.F.D. ». 

P.P.S.  Le billet a été rédigé ce matin tôt. Le post-scriptum a été rajouté à midi, et le billet publié sur ce blog juste après.

Ce soir vers 18h30 j'ai pris connaissance du communiqué suivant de la SDJ des Echos. Merci aux journalistes, qui défendent leur métier, donc nos libertés.

Le communiqué de la SDJ des Echos Le communiqué de la SDJ des Echos

=======================

Voici la chronique non amputée :

Drôle de statut des mathématiques aujourd’hui : elles fascinent et elles repoussent, on les admire et elles inhibent. On les sait partout, du smartphone à la table de chirurgie, des sondages aux engins spatiaux, et on se targue d’en ignorer tout. En cause : le rôle excessif dévolu aux mathématiques dans la sélection scolaire, l’aspect rasoir de leur enseignement perçu comme sans rapport avec le « réel » — à l’opposé de ce que sont les mathématiques : « subversives » disait Laurent Schwartz, « le seul domaine où l’élève peut prouver à son maitre qu’il a tort » disait mon grand-père instituteur, « le langage des lois de la Nature » disait Galilée, « déraisonnablement efficaces » disait un Nobel de physique.

L’un des mérites de Cédric Villani est d’avoir utilisé l’amplificateur médiatique fourni par la Médaille Fields pour faire mieux connaître les mathématiques, joies et merveilles ; en somme « rendre des comptes » (devoir démocratique s’il en est) sur le travail des mathématiciens. Et pour cela il mérite notre reconnaissance. Il s’est engagé sur bien d’autres sujets, en dirigeant un Institut, en agissant pour que, soixante ans après, soit connue la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin. Pas un « dans la lune ».

Bien sûr, l’amplificateur médiatique déforme un peu : la Médaille Fields, gage prestigieux d’un travail de tout premier plan, n’est pas « le Nobel des Maths » (vaudrait mieux comparer alors au prix Abel), Cédric Villani est un merveilleux mathématicien dont ses collègues ne disent pas qu’il est « le plus grand » : les mathématiques nous montrent plein de domaines où il n’y a pas de « meilleur », « plus important », « plus haut », que sais-je : l’Australie est-elle « en-dessous de la France » sur le globe terrestre ?

Mais il est reconnaissable entre tous, dans cette société du spectacle. Comme disait Guy Debord : « on est facilement devenu coupable d'avoir du style, là où il est devenu aussi rare de le rencontrer que la personnalité elle-même ». J’espère de tout cœur que l’Assemblée Nationale acceptera la lavallière de Villani et la non-cravate de Ruffin.

======================= 

Les 19 chroniques précédentes sont disponibles, sous forme de fichiers pdf, à l'adresse suivante :

https://webusers.imj-prg.fr/~michel.broue/Echos/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.