Nouvelle théorie du ruissellement de la violence illégitime .

Après le "Black Friday" le "Black Saturday" . Parmi les « casseurs » et les 378 personnes en garde à vue suite au "Black Saturday" il y aurait une centaine d’ultra droite et ultra gauche. Les 3/4 restant se partagent en casseurs pro, en jeunes, parfois mineurs, souvent des cités mais aussi en de nombreux « monsieur et madame tout le monde ». (France info 10h dimanche 2 décembre)

Après le Black Friday le Black Saturday : gilets jaunes , gilets jeunes ou la théorie du ruissellement de la violence illégitime .Parmi les « casseurs » et les 378 personnes en garde à vue suite au Black Saturday il y aurait selon France info ce dimanche matin un centaine d’ultra droite et ultra gauche. Les 3/4 restant se partagent en casseurs pro, en jeunes, parfois mineurs, souvent des cités mais aussi en de nombreux « monsieur et madame tout le monde ». (France info 10h dimanche 2 décembre)

L’explication avancée par tous les éminents experts invités sur les plateaux est que ces « ultra » et « professionnels casseurs » auraient entraîné par des effets de foule « monsieur et madame tout le monde ».

Effectivement de nombreux reportage ou à la question adressé à un GJ : « cautionnez vous la violence….etc ? » beaucoup en substance réponde que si le gouvernement reste sourd, alors il ne faut pas s’étonner...etc.

Un point d’étape paraît judicieux pour constater alors la partition faite par notre président, à savoir qu’il ne faut pas confondre les « véritables » GJ et leur « colère légitime » avec les « casseurs professionnels » qui veulent que « rien ne change » et sont « sans honneur » ( ministre de l’intérieur samedi sur BFM TV).

BFM TV passe en boucle les images de saccage de magasins, banque, commerces et les interview de commerçants choqués et révoltés avec force commentaires tout aussi révoltés et condamnations appuyées.

Ces casseurs « n’ont rien à voir avec l’expression pacifique d’une colère légitime » (déclaration du président samedi 1er décembre)

La violence des uns a donc rendu légitime la colère des autres dont quelques jours auparavant le gouvernement et notre président nous expliquaient qu’il s’agissait d’un malentendu pédagogique.

Il faudrait appréhender ce phénomène de masse (85 % des français le soutiendraient) avec plus de rigueur sociologique et politique . La partition entre les bons et les mauvais révèle un déficit d’analyse.

On demande alors aux GJ « débordés » de faire le tri et leur ménage au risque d’être décrédibilisés, voire complices s’ils n’y parviennent pas, alors il faudrait cesser toute manifestation pour éviter l’insurrection. Il leur est demandé de se constituer en corps intermédiaire (!) avec des représentants

C’est le même processus qui avait été utilisé auprès des musulmans de France lors des attentats terroristes.

Cependant les syndicats de police ( CRS, commissaires…) entendus ce matin, expliquent que d’une part le filtrage organisé à l’entrée des Champs Elysée ne pouvait qu’engendrer des zones de conflits « de combat » ( ce qui sans être grand stratège est compréhensible) et que ces casseurs étaient facilement repérables et repérés grâce à leur équipement qualifié de « para militaire » qui devait aisément les permettre de les différencier de « monsieur et madame tout le monde ».

Certains étaient du reste parfaitement identifiés !

Certains de ces policiers expliquent aussi que dans ces conditions il était possible de les neutraliser.

4000 fonctionnaires de police étaient mobilisés et nombreux étaient en infiltration.

L’Arc de Triomphe a été « souillé » (président ), « profané » (ministre de l’intérieur) !

La République est en danger et déjà résonne l’appel à l’état d’urgence et à l’armée pour garder et protéger les lieux sacrés de la République.

Après l’opération sentinelle qui épuise et exaspère nos militaires ils assureront le gardiennage des hauts lieux de la République pour libérer leurs collègues civils par trop sollicités par leur mission de police.

Nos militaires apprécieront.

Que le ministre de l’intérieur ait malencontreusement parlé « d’armes de guerre » dissimulées dans les sacs des casseurs professionnels ne suffira probablement pas à calmer leur ressentiment. (BFM TV samedi 1er décembre 21h)

Qu’il ait à de multiples reprise réitéré le même lapsus « gilets jeunes » dans son interview est inquiétant.

https://blogs.mediapart.fr/michel-cazeneuve/blog/011218/des-gilets-jaunes-aux-gilets-jeunes?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66&fbclid=IwAR2DaNdpvB3VIm_-Ut6Ae2D-eG_4itL0oknwnnJddliwuUynWKCVwnN9AyA

 

 

Dans cette affaire réapparaissent des images et des signifiants :

- Classe « laborieuse » (président)

-Insurrection

-Mai 68-Cahiers de doléances

-États généraux de la fiscalité

L’affaire se politise avec les GJL ( Les gilets Jaunes Libres)

«  Nous demandons l'ouverture d'états généraux de la fiscalité ; d'une conférence sociale nationale ; d'assises "territoires et mobilité" qui prendront la forme de débats régionaux ; l'organisation de référendums réguliers sur les grandes orientations sociales et sociétales du pays ; l'adoption du scrutin proportionnel pour les élections législatives, afin que la population soit mieux représentée au Parlement.

En outre, et de manière immédiate et sans condition, nous demandons le gel de la hausse des taxes sur les carburants et l'annulation de l'alourdissement du contrôle technique automobile. Soucieux du respect des institutions et du dialogue social, nous condamnons toutes les formes de violence. Mais nous estimons que le gouvernement ne doit pas répondre à la colère par l'orgueil d'une politique sans issue. Nous souhaitons donc un accord rapide afin que l'économie du pays puisse retrouver sa vigueur, avant la période des fêtes de fin d'année.

Nous nous tenons à la disposition du Premier ministre pour un premier rendez-vous."

Les porte-parole des Gilets jaunes libres (GiletsJaunesLibres) (JDD du 2 décembre 2018) »

 

Alors que dire et que faire ?

De la politique...Quelques pistes !

https://blogs.mediapart.fr/michel-cazeneuve/blog/300918/le-consentement-au-partage-mode-de-production-et-mode-de-jouissance

 

...Le bouquin d'Eric Berr: L'intégrisme économique  (LLL) pamphlétaire, engagé: parti pris!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.