Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1440 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2016

Désinformation sur l'affaire Nisman: le Monde Diplo s'y met aussi

J'ai découvert la semaine dernière avec stupéfaction l'article de C. Gabetta dans le Monde Diplomatique d'avril: "En Argentine, les régimes passent, la corruption reste". Toute la partie concernant l'affaire Nisman est un tissu de contre-vérités et de reprise acritique des thèses complotistes les plus délirantes propagées depuis un an et demi par les ennemis politiques de Cristina Fernandez.

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le paragraphe en question démarre par une contre-vérité flagrante qui montre que le journaliste-sic Gabetta n'a même pas pris la peine de se documenter sérieusement sur cette affaire: "...Alberto Nisman, retrouvé mort, une balle dans la nuque". Or même les partisans les plus acharnés de la thèse d'un assassinat ne contestent pas que la balle mortelle a été tirée dans la tempe, deux centimètres au-dessus de l'oreille, ce qui est compatible avec l'hypothèse plus raisonnable d'un suicide (tous les éléments matériels et chronologiques disponibles: disposition du corps dans la salle de bain, données de vidéosurveillance, traces de consultation de divers sites via Internet vont d'ailleurs dans ce sens, même si une certitude à 100% est évidemment impossible à atteindre.)
C. Gabetta reproduit sans la moindre distance critique l'allégation de Nisman selon laquelle "Madame Kirchner et son ministre Hector Timerman avaient tenté de faire obstruction aux mandats d'arrêts internationaux lancés par Interpol à l'encontre de cinq fonctionnaires iraniens". Là encore, si C. Gabetta s'était informé un minimum, il aurait découvert que cette allégation mensongère avait été démentie par le Directeur d'Interpol lui-même (ce n'est d'ailleurs pas Interpol qui avait lancé ces mandats d'arrêt mais bien le gouvernement argentin) confirmant que le gouvernement argentin n'avait jamais annulé ces cinq mandats d'arrêt, à la fureur de certains Iraniens.
Toujours sans la moindre distance critique, Gabetta reprend un autre élément de la théorie complotiste de Nisman selon laquelle était en négociation un accord commercial troquant du blé argentin contre du pétrole iranien. Le seul élément de preuve avancé à ce sujet (et non mentionné par C. Gabetta) est une conversation interceptée de l'activiste Luis d'Elia, qui s'était auto-proclamé intermédiaire officieux soi-disant mandaté par la Présidence, avec un de ses interlocuteurs iraniens auquel il faisait miroiter un tel accord, sans doute pour en tirer un profit personnel. On peut critiquer le fait que d'Elia ait pu avec quelque vraisemblance se présenter ainsi, du fait de la complaisance du gouvernement kirchnériste à son égard, mais aucun projet de ce type n'a pu exister ailleurs que dans l'imagination fertile dudit d'Élia pour la bonne et simple raison technique que les raffineries argentines ne peuvent pas traiter le pétrole iranien qui contient trop de soufre.
Dernier point évoqué par Gabetta: "l'accord secret pour qu'une "commission vérité" montée de toute pièce blanchisse Téhéran" est un autre élément du dossier bâti par Nisman qui ne résiste pas à l'examen sérieux du déroulement des faits. La démarche, peut-être politiquement naïve mais en aucun cas criminelle, adoptée par Timerman, était de sortir de l'impasse du refus d'extradition des présumés coupables (mais beaucoup de pays n'extradent pas leurs nationaux, et pas seulement l'Iran) en montant un tribunal international dont les membres auraient été choisis à parité par les deux parties afin d'examiner les éléments de preuve à l'encontre des Iraniens mis en cause. Timerman (comme l'a raconté dans Pagina/12 J. Elbaum ancien membre du directoire de la DAIA, équivalent argentin du CRIF) avait d'ailleurs tenu les dirigeants de la communauté juive informés de cette démarche et avait au départ recueilli leur assentiment. Ceux-ci se sont ensuite ravisés au moment ou le journaliste Pepe Eliaschev (décédé depuis) avait ébruité l'affaire et commencé à crier au complot.
Last but not least, ce qu'oublie soigneusement de préciser C. Gabetta c'est que des preuves matérielles existent (sous forme de virements bancaires vers des comptes non déclarés détenus par Nisman à l'étranger) que le procureur Nisman était en fait partie prenante d'une manoeuvre de destabilisation organisée par les fonds-vautours américains à l'encontre du gouvernement Kirchner, manoeuvre qui a d'ailleurs pleinement réussi puisque le nouveau gouvernement Macri va payer 12,5 milliards de dollars aux fonds-vautours qui rémunéraient Nisman. À ce compte-là, les quelques centaines de milliers de dollars versés à Nisman ont été un investissement très rentable pour Singer et compagnie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti