La victoire de Stockfish au championnat du monde des ordinateurs

Après 100 parties, la super-finale du Top Chess Engine Championship (TCEC) 2018 entre les deux champions Stockfish et Komodo vient de se terminer.

La victoire de Stockfish est nette: 28 parties gagnées (dont 22 avec les Blancs) pour seulement 9 perdues (dont 6 avec les Blancs) et 63 parties nulles (une proportion légèrement supérieure à ce qui est observé entre joueurs humains de haut niveau qui annulent entre 55 et 60% des parties).

Le taux de succès de Stockfish s'établit à 59,5%, ce qui indique une différence de niveau un peu supérieure à 65 points Elo entre les deux programme

Le fait que Komodo ait gagné plus de parties avec les Noirs qu'avec les Blancs m'a rappelé un aphorisme humoristique du grand Nimzowitsch: "Quand j'ai les Blancs, j'ai l'avantage du trait, mais quand j'ai les Noirs, j'ai l'avantage que mon adversaire commence à s'affaiblir dès son premier coup".

Après un bon démarrage (10 victoires au cours des 25 premières rondes) Stockfish a confirmé sa supériorité sur son adversaire en enfonçant le clou jusqu'à la fin (18 victoires au cours des 25 dernières rondes): il semble que les ordinateurs, contrairement aux humains, ne gèrent pas leur avance à la marque en cherchant systématiquement la nulle.

Les deux programmes ont joué une grande variété d'ouvertures.

Ainsi Stockfish a remporté des parties aussi bien avec l'ouverture italienne (38ème) qu'avec l'attaque Trompowsky (39ème) ou l'Espagnole (variante fermée avec 3... a6) (50ème).

Komodo a perdu aussi bien en choisissant la défense Alekhine  (34ème) que la Sicilienne (36ème), le Gambit-Dame accepté (33ème), la défense Française (42ème), la Benoni (45ème), la Pirc (48ème) ou l'Est-Indienne (49ème) et a gagné en tout et pour tout deux parties dans la seconde moitié du match: une contre une Benoni et une autre contre une Défense Pirc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.