El Desdichado

 

El Desdichado

 

Je suis l'hyper-nerveux, le bref, le déjanté

Le prince du seizième au baratin rassis

 Ma présidence est morte et mon pari raté

 Signe le désespoir d'Auteuil et de Passy

 

Dans la nuit des bobos, toi qui m'a dégommé

Rends-moi les projecteurs qui me montraient ravi

Les Kärchers qui plaisaient à mon public borné

 Et les vannes pourries qui séduisaient Neuilly

 

 Suis-je à court de micros, d'estrade ou de talons ?

 Mon front est rouge encore d'avoir heurté la benne ;

Je n'ai plus ni gyros, ni motards, ni sirène,

 

Et j'ai deux fois vaincu traversé l'Atlantique,

Pour jacter en franglais à des nuls pleins de ronds

Comme il s'en trouve tant, là-bas, en Amérique.

 

Nicolas de Nerval

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.