Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

1415 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2020

Coronavirus: le match Norvège-Suède

Un Argentin vivant en Norvège jette un regard décentré sur la Suède voisine

Michel DELARCHE
retraité de l'ingénierie informatique et aéronautique et de l'enseignement dit supérieur (anglais de spécialité), écrivain et esprit curieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que certains (surtout du côté de la Droite néolibérale) nous vantent la méthode suédoise de responsabilisation individuelle et de maintien de l'activité économique, il est utile d'écouter d'autres points de vue, et surtout de comparer les résultats obtenus avec ceux des autres pays scandinaves, ayant un fond politico-culturel voisin (tradition égalitaire, démocratie parlementaire, religion protestante majoritaire...).

La comparaison des taux de décès par million d'habitants (relevés ce jour sur Worldometers.info) entre les divers pays scandinaves nous fournit un premier motif objectif de rejet de l'approche suédoise, par rapport aux mesures plus contraignantes adoptées par les pays voisins:

Danemark: 91
Finlande: 48
Norvège: 40
Suède: 319

Quant à l'argument du maintien de l'activité productive manufacturière dans un pays aussi inséré dans les réseaux mondiaux d'échange que la Suède, elle est un peu illusoire: comme partout, les pièces détachées importées manquent, et les débouchés à l'exportation sont également très réduits.

Seul l'argument du maintien en activité des services publics et des services privés marchands mérite considération, ce qui n'est certes pas négligeable. Mais là encore, il faut relativiser; comme partout ailleurs, on observera une chute historique du PIB, ainsi que le prévoit ce site d'analyse macroéconomique dont je vous traduis un extrait:

"Au second trimestre, le plongeon du PIB sera très probablement le plus grand jamais enregistré en un trimestre à l'époque moderne. Pendant l'automne 2008, quand la crise financière a éclaté, le PIB ,'a pas chuté de plus de 4% en base trimestrielle. La baisse au second trimestre de cette année semble partie pour être bien pire si les mesures prises pour limiter la propagation du virus sont maintenues en Suède et ailleurs. La baisse du PIB pourrait être d'une ampleur telle qu'elle soit difficile à calculer par l'Institut Suédois de Statistiques."

Dans un entretien publié par Pagina/12 (faisant suite à une présentation du président Fernandez évoquant la gestion de la crise par ces deux pays scandinaves) un Argentin établi à Langhus en Norvège depuis 8 ans fait quelques commentaires acides sur la gestion de l'épidémie par le pays voisin, après avoir mis en relief, par contraste avec l'Argentine, la tradition de discipline et de respect trans-partisan des consignes gouvernementales commune à ces deux pays:

"En Suède, les bars, les restaurants, les shoppings, les écoles, les universités, tout est resté ouvert, seuls les spectacles de masse ont été suspendus. Ils ont négligé les institutions gériatriques qui sont devenues le principal foyer de contagion... Le premier ministre social-démocrate Löfven est arrivé au gouvernement en faisant des concessions à des secteurs de Droite et ce sont ces secteurs qui ont fait pression pour que tout reste ouvert."

"La Suède est un pays-frère et le gouvernement norvégien dit qu'il ne suivra en aucun cas la méthode suédoise, mais ils le disent avec précaution car c'est un important partenaire commercial"

"Ma vision est que les Suédois sont un peu plus arrogants et snobs que les Norvégiens."

"Comment peuvent-ils approuver un système qui produit tant de morts ? Bon, je t'ai déjà dit que ce sont des sociétés obéissantes, et dans le cas de la Suède, la mentalité bourgeoise de faire des affaires est très implantée. Mais maintenant elle commence à reculer un peu."

Dans un autre article du même journal, le sociologue Juan Cruz Esquivel pointe le racisme implicite de l'approche suédoise:

"Actuellement en Suède, environ 20% de la population sont des immigrants, en majorité du Moyen-Orient et d'Afrique. Avec d'autres habitudes de proximité sociale et une plus forte densité dans les lieux de résidence, ce qui contraste avec les 40% de foyers unipersonels des Suédois, ils sont employés dans les métiers les plus exposés comme les soins aux personnes âgées dans les maisons de retraite ou dans des tâches subalternes des métiers de la santé. Le modèle d'autonomie personnelle dans la gestion du Covid-19 a eu un impact fatidique et inégalitaire, car on observe une sur-représentation des étrangers parmi les décès."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale