El Desdichado

On n'a pas tant d'occasion de s'amuser avec l'actualité politique ces temps-ci, mais les palinodies et le carriérisme ministériel des cheffaillons écolos nous fournissent un trop rare motif de franche rigolade; voici donc dans la série de mes pastiches satiriques du gentil Gérard un sonnet consacré à l'un d'entre eux:

El Desdichado

Je suis le doucereux, le flou, l'intrigant-né,
Le prince du Sénat à la rondeur polie,
Mes scrupules sont mort et mon discours borné
S'habitue au pouvoir plus qu'à l'écologie.

De la nuit des restaus vous m'avez extirpé,
Rendez-moi mes grands crus: bien vivre est mon souci
Vos trucs végétariens m'ont toujours fait flipper
Et pour le quinoa je vous dis pas merci.

Saint-Amour ou Pétrus, sous-Waechter ou Dumont?
Mon front est rouge encor d'un déjeuner costaud,
J'ai rêvé d'une sieste à l'ombre d'un tonneau,

Et j'ai plein de ferveur prié Saint-Emilion
Qu'on remplace bientôt tous les magnums vidés
Et que je sois ministre avant d'être viré.

Jean-Vincent de Nerval

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.