Michel Deléan
Journaliste au pôle Enquêtes.
Journaliste à Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2016

Les nombreuses vies de David Bowie

En presque cinquante ans de carrière, David Bowie a expérimenté une multitude de créations, sans commettre aucune faute de goût. Promenade subjective en musique et en images.

Michel Deléan
Journaliste au pôle Enquêtes.
Journaliste à Mediapart

David Bowie est mort d’un cancer, dimanche 10 janvier, à l’âge de 69 ans (comme Lemmy Kilmister quelques jours plus tôt), deux jours seulement après la sortie de son 26e album, Blackstar.  En presque cinquante ans de carrière, David Bowie a expérimenté une multitude de choses, et cela sans commettre aucune faute de goût. Son œuvre protéiforme est celle d’un artiste total, qui soignait tout autant ses paroles, compositions, arrangements, production, lumières, costumes et décors, avec un souci de la perfection et une envie de renouvellement qui expliquent quelques éclipses dans une carrière très riche. Promenade subjective dans un univers magique.

L'émotion. Cultivant un timbre de voix très particulier, David Bowie est l’un des rares chanteurs à reprendre Jacques Brel sans avoir à en rougir.

La provocation. Aimant brouiller les codes et jouer avec les signes, il bouscule la prude Angleterre du début des années 1970 en mettant en scène l’androgynie et la bisexualité.

La mélancolie. Absent des scènes depuis une dizaine d’années, il revient en 2013 avec un album novateur, The Next Day, dans lequel affleurent les thèmes de la nostalgie et de la mort.

La musique noire. Passant avec grâce de la ballade à la musique électronique, Bowie est également capable de chanter la soul en restant talentueux et crédible.

Le groove. Au début des années 1980, il s’offre quelques tubes que les puristes négligent, mais qui feraient danser une maison de retraite toute la nuit.

La classe. Bowie, c’est aussi celui qui peut jouer le beau gosse sympa et élégant devant un public gigantesque sans sombrer dans le ridicule.

Le vampire altruiste. Curieux des nouveautés, aux aguets devant les talents émergents, sachant bien s'entourer, Bowie joue aussi le bon copain en aidant Iggy Pop à se désintoxiquer, et en lui offrant quelques chansons réussies.

Gros son. Après une courte traversée du désert à la fin des années 1980, il forme un groupe de hard rock crédible quoique sous-estimé, Tin Machine.

La sensualité. Dans sa période glam rock, au début des années 1970, Bowie réussit à magnifier un hit des Rolling Stones.

L'étrange. En 1969, après deux années de vaches maigres, cette chanson curieuse et envoûtante le lance.

Son double. Le personnage de Ziggy Stardust le fait connaître dans le monde entier. Un double encombrant, qu'il finira par tuer pour mener sa propre existence artistique.

Moderne. Jamais en retard d'un nouveau son, Bowie accorde également beaucoup d'attention aux techniques de l'image.

Photos souvenirs.

Avec Iggy Pop et Lou Reed
ziggy-stardust

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone