Michel FIZE
Sociologue, ancien chercheur au CNRS
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2022

Michel FIZE
Sociologue, ancien chercheur au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Les mathématiques en perdition

Je viens d’un temps, les années 60, où les mathématiques étaient devenues « reines » à la place du latin. Moi, je n’aimais pas les « maths », je n’y comprenais rien ; la géométrie surtout était ma bête noire. Une chose est sûre, les élèves se sont peu à peu détourné de la discipline. Pourquoi ce désengouement pour les « maths » ?

Michel FIZE
Sociologue, ancien chercheur au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je viens d’un temps, les années 60, où les mathématiques étaient devenues « reines » à la place du latin. Appartenir à la prestigieuse filière « C » (qui deviendra plus tard « S ») et y avoir réussi, cela va de soi, était la suprême reconnaissance de l’institution scolaire pour un élève. Du coup, les littéraires de la filière « A » devenaient des sortes d’élèves de « seconde zone » - eux, qui pendant des décennies et des décennies, avaient occupé le sommet de l’échelle scolaire. Moi, je n’aimais pas les « maths », je n’y comprenais rien ; la géométrie surtout était ma bête noire ; et puis j’avais un prof en 3ème qui terrorisait littéralement ses classes.

Bref, à cause de ce désamour de la discipline ou de mon inaptitude à son égard, j’avais de « sales » notes. Et mon père qui voulait que je « fasse » ingénieur plus tard ! [Si l’on en croit nombre de témoignages actuels, la peur des « maths » n’a pas disparu de la tête de nombreux élèves français].

Malgré un prestige demeuré intact, les attaques contre les mathématiques sont tout de même arrivées au début des années 1980 avec la création de la « seconde indifférenciée ». Cette réforme, officiellement, devait permettre aux élèves de bien réfléchir avant de s’engager en 1ère dans l’une des filières proposées. Et réalité, le projet de Christian Beulac, le ministre de l’Education de l’époque, était tout de même de minorer le rôle des mathématiques dans l’enseignement français. À noter que quelque temps auparavant, en juillet 1980,devant les lauréats du Concours général, le président Giscard d’Estaing avait tenu ce discours étonnant pour un polytechnicien : « Il y a des matières qui tendent à prendre trop d’importance, déclarait-il. Jadis c’était le latin. Aujourd’hui les mathématiques occupent une place trop centrale. Elles ne doivent pas être une épreuve test de tout savoir, de toute filière".

On comprend mieux, après ces déclarations, que, deux ans auparavant, les crédits des Instituts de recherche sur l’enseignement mathématique (IREM) aient été subitement réduits. Une chose est sûre, les élèves se sont peu à peu détourné de la discipline.

Pourquoi ce désengouement pour les « maths » ? Bien sûr, il y a l’image un peu farfelue du savant mathématicien, un mélange du professeur Tournesol et du député Cédric Villani - à la tenue que l’on qualifiera, au choix, d’excentrique ou de rétrograde. Mais il y a surtout le problème de la nature des « maths » enseignées, jugées trop abstraites, aux solutions trop définitives, se trouvant de surcroît sans lien avec les interrogations de la recherche scientifique ou le contexte culturel et social. Il y a encore les méthodes d’enseignement sans doute trop magistrales et pas assez participatives. La conséquence est que cet enseignement n’est plus adapté à la formation des futurs chercheurs ou techniciens de haut rang.

Il en résulte un taux d’échec en « maths », particulièrement élevé, attesté depuis plusieurs années, notamment par les études internationales PISA qui classent les élèves français aux plus mauvais rangs, et même au dernier rang des pays européens et à l’avant-dernier des pays de l’OCDE, selon l’enquête Timss publiée en décembre 2020.

Ce phénomène de décrochage des « maths » n’est en fait pas vraiment nouveau. Dès 1959, la presse commençait à évoquer ces centaines d’élèves de 6ème et 5ème qui n’avaient pas acquis au primaire les automatismes de base du calcul, pas appris à raisonner (Le Monde du 03/05/1959). Cinq ans plus tard, le président du Mouvement Défense de la jeunesse scolaire, Marcel Bataillon, notait pour sa part que les programmes de « maths » des élèves du cours moyen étaient surchargés et confus. Puis, en 1966, la Société des agrégés alertait, quant à elle, sur les difficultés des mathématiques et de la physique dans les séries scientifiques. Notons que l’introduction des « mathématiques modernes » à cette même époque ainsi que la réduction du nombre d’heures de « maths » avec la réforme Haby de 1975, n’ont pas permis d’enrayer le déclin de la discipline. Il y avait pourtant eu un rebond en 1995 avec la mise en place des filières ES, L et S et la "montée" des filles avec 48 % en "S" dans les lycées. En 2010, les filles étaient 38 % parmi les élèves qui faisaient plus de huit heures de "maths" par semaine et 52 % parmi les élèves qui en faisaient plus de trois heures. Ce rebond a été stoppé avec la réforme des lycées de 2018. Aujourd'hui, les filles ne sont plus que 31 % à faire plus de huit heures de "maths" par semaine et 47 % à en faire plus de trois heures. Les stéréotypes de genre ont repris le dessus dans l'inconscient collectif, et, plus encore, dans l'inconscient féminin : les "maths" ou l'informatique, ce serait pour les hommes. Conséquence, au moment de faire les choix d'options à la fin de la classe de seconde, les filles se détournent des matières scientifiques.

On a cependant besoin des mathématiques. On le sait, les chiffres sont partout de nos jours : dans les sondages, dans les études des sciences humaines elles-mêmes, celles que l’on appelle « quantitatives ». Les « maths » sont censées fournir des solutions incontestables, poser objectivement les problèmes : c’est excessif, mais notre monde numérique ne peut se passer de l’apport des mathématiques. Dans ce domaine du reste, tous les besoins en main-d'oeuvre ne sont pas couverts. Il faut juste réhabiliter cette discipline, en augmentant par exemple de quelques heures sa présence en première et en terminale, en recrutant des profs de "maths" car nous en manquons.  

Michel Fize, sociologue, auteur de L’Ecole à la ramasse, L’Archipel, 2019.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André